Changement climatique

COP23 : conclusion aujourd’hui

Segment de haut-niveau à la Conférence de Bonn sur le climat

Manuel Marchal / 17 novembre 2017

Commencé hier, le segment de haut-niveau de la Conférence de Bonn sur le climat (COP23) devait s’achever dans la nuit. Au cours de cette session, les chefs d’État et de gouvernement, ou leurs représentants, viennent s’exprimer à la tribune. Deux ans après la signature de l’Accord de Paris, et un an après sa ratification, le moment de l’action est venu.

JPEG - 36.9 ko
Frank Bainimarama, président de la COP23 et Premier ministre des Fidji.

Les chefs d’État et de gouvernement ou leurs représentants ont commencé à arriver à Bonn mercredi pour participer au segment de haut-niveau de la conférence de Bonn sur le climat. Jusqu’à hier dans la nuit ils devaient s’exprimer. C’est aujourd’hui que la conférence doit s’achever. Ces deux jours sont donc très importants. Car même si l’essentiel du travail est fait par les négociateurs, les discours des dirigeants des États permettent d’avoir une idée de l’orientation politique qui préside à ces discussions.

Lors d’une conférence de presse mercredi, Frank Bainimarama, président de la COP23 et Premier ministre des Fidji, a demandé au gouvernement des progrès concrets dans les actions contre le changement climatique, et de finaliser la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le changement climatique.

Les îles en première ligne

« Nous sommes tous liés par un intérêt commun pour la réduction de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère », a-t-il dit, « c’est une mission de l’humanité. C’est le symbole du voyage que nous devons tous accomplir ensemble. Il reste deux jours pour atteindre notre destination ».

Le segment de haut-niveau est également l’occasion d’entendre la voix des dirigeants des pays qui sont en première ligne face au changement climatique. Beretitenti Taneti Maamau, représentant des îles Kiribati en fait partie. Son pays est en effet menacé de disparition à cause de la montée du niveau de la mer causée par la fonte des glaciers provoquée par le réchauffement climatique.

Recherche permanente du consensus

« Nous avons dépassé le temps du débat », a-t-il dit, « nous avons conclu un accord à Paris en 2015 où notre famille du monde dans sa diversité a pris d’importants engagements ». « Nous continuons à subir les effets du changement climatique et nous ne pouvons nous permettre d’attendre plus longtemps », poursuit-il, « des actions avec des impacts, c’est la tâche décisive de la COP23 ».

Après la succession des interventions à la tribune, la COP23 devra se conclure par un texte précisant la feuille de route pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris, et tirant les enseignements des progrès qui auraient pu être accompli pendant ces deux dernières semaines à Bonn. Une telle conclusion ne peut se faire qu’à l’unanimité de tous les États participants à la COP23.

M.M.