Mobilisation contre le marché du carbone

COP28 : militants pour le climat et l’énergie exigent que les dirigeants africains mettent fin aux investissements dans les énergies fossiles

6 décembre 2023

Des militants africains pour le climat et les défenseurs de l’industrie des énergies renouvelables ont tenu ce 5 décembre une conférence de presse à la COP28 à Dubaï. Ils exhortent les dirigeants africains à donner la priorité à leurs communautés et à rejeter les nouveaux investissements dans les combustibles fossiles.
Dans une lettre ouverte adressée aux chefs d’État et de gouvernement africains, 50 scientifiques africains et plus de 4 000 jeunes de 30 pays africains ont dénoncé une nouvelle ruée vers le pétrole, le gaz et le charbon sur le continent, motivée par les anciennes puissances coloniales et néocoloniales, exhortant les dirigeants à rejeter les énergies fossiles à la COP28.

« La crise climatique continue d’avoir un impact sur les moyens de subsistance des communautés de première ligne dans les pays du Sud, en particulier en Afrique. Les voix des communautés affectées doivent être entendues. Les dirigeants africains doivent faire le bon choix et prendre la bonne décision lors de la COP28, des décisions qui tiennent compte des besoins de leurs communautés. L’élimination progressive des combustibles fossiles doit être une priorité pour les dirigeants africains, et non le marché du carbone qui continuera à alimenter la crise climatique », a déclaré Kwami Kpondzo, directeur exécutif du Centre pour la justice environnementale du Togo.

Nouvelle ruée vers le pétrole, le gaz et le charbon

Même si les dirigeants africains ont tendance à accroître les investissements dans les énergies renouvelables, la ruée actuelle des sociétés pétrolières et gazières vers l’Afrique et la volonté de certains pays de s’engager dans de nouveaux investissements dans les combustibles fossiles demeurent largement préoccupants.
Dans une lettre ouverte adressée aux chefs d’État et de gouvernement africains, 50 scientifiques africains et plus de 4 000 jeunes de 30 pays africains ont dénoncé une nouvelle ruée vers le pétrole, le gaz et le charbon sur le continent, motivée par les anciennes puissances coloniales et néocoloniales, exhortant les dirigeants à rejeter les énergies fossiles à la COP28.

« Que nos dirigeants s’opposent à de nouvelles tentatives de pillage néocolonial »

« L’Afrique fait des progrès prometteurs pour s’éloigner des pratiques d’extraction dépassées des industries des combustibles fossiles qui, pendant des décennies, ont enfermé les communautés dans des conflits, des souffrances humaines et la mort écologique. Nous devons encourager un développement plus poussé fondé sur l’innovation enracinée dans le panafricanisme. Pour réaliser cet avenir, nous avons besoin que nos dirigeants s’opposent à de nouvelles tentatives de pillage néocolonial des ressources du continent au détriment des Africains. » a déclaré Thandile Chinyavanhu, responsable de la campagne Climat et énergie de Greenpeace Afrique.

Autonomie énergétique du Kenya en 2030

Certaines parties du continent africain sont déjà en avance dans le domaine des énergies renouvelables, avec des pays comme le Kenya générant plus de 80 % de leur énergie à partir d’énergies renouvelables et le gouvernement promettant d’atteindre 100 % d’ici 2030.
L’Éthiopie dispose de plus de 4 GW de capacité hydroélectrique installée et elle prévoit d’ajouter 10 GW de capacité dans les années à venir.
Le Maroc a réalisé d’importants investissements dans l’énergie éolienne et solaire, et le pays dispose désormais de plus de 5 GW de capacité d’énergie renouvelable installée. Le Maroc décarbonise également rapidement son réseau électrique, éolien et solaire.
L’Afrique du Sud a réalisé des progrès notables dans le développement des énergies renouvelables sur le continent et a des projets ambitieux visant à produire 42 % de son électricité à partir de sources renouvelables d’ici 2030. Le Fonds historique pour les pertes et dommages, convenu lors de la COP28, pourrait soutenir davantage les plus pauvres et les plus vulnérables du monde à renforcer ces investissements dans les énergies vertes.

L’énergie solaire la moins chère

« L’énergie solaire peut fournir un système énergétique plus accessible, moins cher et plus propre aux pays africains. Mais cela ne peut se produire que si les dirigeants du continent prennent les bonnes décisions à Dubaï pour accroître leur ambition, leur action et leur responsabilisation. Ils peuvent commencer par rejoindre plus de 100 pays. du monde entier pour soutenir un objectif mondial visant à tripler la capacité d’énergie renouvelable d’ici 2030 », a déclaré Sonia Dunlop, PDG du Global Solar Council.

A la Une de l’actuAccord de Paris sur le climatImpasse du modèleEnergies renouvelablesCOP28

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?