Programme de soutien aux femmes africaines pour une cuisine propre

COP28 : une cuisine sans bois de chauffe ni biomasse pour tous les Africains est possible

4 décembre 2023

La cuisson au bois de chauffe ou à la biomasse est une obligation pour 80 % des familles de notre région. Ceci contribue à la déforestation, aux émissions de gaz à effet de serre et aux maladies respiratoires. A la COP28 organisée par les Emirats arabes unis, le Programme de soutien aux femmes africaines pour une cuisine propre a été lancé. Il vise à remplacer bois et charbon par des moyens moins polluants pour l’atmosphère, notamment le gaz.

A la COP28 à Dubaï, les dirigeants du monde entier ont déclaré leur engagement à fournir une énergie de cuisson propre d’ici 2032 à près d’un milliard de personnes en Afrique qui cuisinent encore en utilisant du bois de chauffage et d’autres formes de biomasse. Ils se sont ralliés au Programme de soutien aux femmes africaines pour une cuisine propre (AWCCSP) lancé par la présidente de la République-Unie de Tanzanie, Samia Suluhu Hassan, en marge de la COP28 à Dubaï.

Le lancement s’est déroulé en présence du président sud-africain Cyril Ramaphosa, du président du Groupe de la Banque africaine de développement, le Dr Akinwumi Adesina, de 26 représentants de gouvernements et d’organisations internationales, dont diverses agences des Nations Unies, ainsi que de philanthropes.
La présidente Suluhu a déclaré que 80 % des ménages d’Afrique subsaharienne dépendent de la biomasse ligneuse pour cuisiner. Elle a déclaré : « Les femmes et les filles sont touchées de manière disproportionnée lorsqu’elles n’ont pas accès à des solutions de cuisson propres. L’exposition à des fumées toxiques affecte leur santé et leur bien-être », et que le programme garantira que les longues heures qu’ils passent à chercher du bois de chauffage soient consacrées à des activités économiques productives.
La présidente Suluhu a déclaré que cuisiner avec de la biomasse ligneuse accélère la déforestation. « Cela a conduit à la perte de 3,9 millions d’hectares de forêt entre 2010 et 2020 en Afrique », a-t-elle déclaré, soulignant que si l’accès à une cuisine propre s’est accru dans le monde, en Afrique, c’est l’utilisation de la biomasse ligneuse qui se développe.

Le président de la Banque africaine de développement a déclaré : « 300 000 femmes et 300 000 enfants meurent chaque année à cause de maladies respiratoires simplement parce qu’ils ont essayé de cuisiner un repas — ce qui est tenu pour acquis dans les économies développées. »
Il a déclaré que le coût économique mondial des heures passées par les femmes à aller chercher du bois de chauffage est estimé à 800 milliards de dollars par an et que le coût de la santé est estimé à 1,4 billion de dollars par an. « Le risque que les femmes meurent faute de solutions de cuisson propres est trois fois plus élevé que le risque de mourir du paludisme. »

La présidente Suluhu a déclaré que le secteur privé avait un rôle important à jouer pour résoudre le problème : « Nous appelons le secteur privé à établir une chaîne d’approvisionnement commerciale pour des alternatives de cuisson propres, y compris des fourneaux améliorés et en facilitant l’accès à l’électricité dans les zones rurales. »

Le président Adesina a déclaré : « L’Afrique a besoin d’investissements de 4 milliards de dollars par an pour fournir des équipements de cuisson propres à 250 millions de femmes d’ici 2030 », et a expliqué comment l’Afrique subsaharienne pourrait parvenir à un accès à 100 % à des solutions de cuisson propres. « Cela nécessite que les gouvernements consacrent au moins 5 % des investissements énergétiques actuels de 70 milliards de dollars par an à la fourniture de solutions de cuisson propres. Cela fournirait près des 4 milliards de dollars requis par an. Ce n’est pas trop demander ».
« Deuxièmement, l’accessibilité et le prix abordable des solutions de cuisson propre devraient être assurées grâce au développement de la capacité en amont du gaz de pétrole liquéfié, en particulier pour les infrastructures de production, de stockage et de distribution. »
« Troisièmement, les institutions financières multilatérales devraient réserver une part importante de leur financement énergétique annuel spécifiquement à la fourniture de solutions de cuisson propres à grande échelle. Cela devrait inclure un financement mixte concessionnel, ainsi que des garanties pour réduire les risques des prêts accordés par les banques commerciales et autres institutions financières », a déclaré Adesina.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a décrit l’expérience de son pays dans la transition des communautés rurales du bois de chauffage et de la bouse de vache vers l’électricité produite au charbon et maintenant vers les énergies renouvelables « sur une base équitable ».
Il a déclaré que même si l’accès à l’électricité était passé de 50 % à 93 % au cours des 30 dernières années, l’électricité était produite à partir du charbon, un combustible fossile. « Nous ouvrons la voie de la transition vers une énergie plus propre.
Le Dr Jean d’Arc Mujawamariya, ministre rwandais de l’Environnement, représentant le président du Rwanda, Paul Kagame, a déclaré : « Soutenons cette noble cause du soutien aux femmes africaines. »
Le directeur du Fonds d’équipement des Nations Unies et responsable du financement transformateur local, David Jackson, a fait l’éloge du Programme de soutien aux femmes africaines pour une cuisine propre (AWCCSP) en déclarant : « Cette initiative libérera de l’espace dans la vie des femmes et des filles pour qu’elles puissent progresser. »

Parmi les autres intervenants figuraient la PDG de Clean Cooking Alliance, Dymphna van der Lans, la Sous-Secrétaire générale et Directrice du Bureau régional du PNUD pour l’Afrique, Ahunna Eziakonwa, Sarah Borchers du Programme alimentaire mondial, la directrice exécutive d’ONU Femmes Sarah Hendriks, la représentante du programme Bloomberg Energy Transition Initiative for Africa, Jide Ikeako et la directrice du réseau ENERGIA Sheila Oparocha.

Accord de Paris sur le climatCOP28

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?