Changement climatique

Cyclone Enawo : Gélita Hoarau écrit au président du Sénat

Appel à la solidarité avec Madagascar

Témoignages.re / 11 mars 2017

Dans un courrier daté du 7 mars, la Sénatrice de La Réunion demande à Gérard Larcher, président du Sénat, d’aider à mobiliser des moyens importants pour venir en aide aux victimes d’Enawo.

JPEG - 55.9 ko

Monsieur le Président,

L’île de Madagascar est actuellement touchée par un cyclone tropical très intense. Des vents de plus de 270 kilomètres par heure en rafales et des vagues de plusieurs mètres sont en train de ravager le Nord-Est du pays. C’est une des régions les plus importantes sur le plan économique de la Grande-île. Cette zone est d’ailleurs surnommée la Côte de la Vanille. Ce drame suscite une forte émotion chez les Réunionnais. En effet, outre une proximité géographique, des liens historiques et culturels unissent nos deux îles.

Selon Maplecroft, Madagascar est parmi les pays les plus vulnérables au changement climatique. Le Sud du pays connaît d’importants épisodes de sécheresse. Cette année, près d’un million de personnes étaient en état d’insécurité alimentaire à cause du manque d’eau. La situation géographique de Madagascar la place sur la trajectoire des cyclones. Le phénomène Enawo est le plus violent de ces dernières années. Des dégâts importants sont malheureusement à prévoir. Des centaines de milliers de personnes seront touchées.

Située à 800 kilomètres de Madagascar, La Réunion est une base d’arrière d’actions humanitaires ayant pour cadre Madagascar. Un dispositif d’urgence est déployé, sous l’égide de la PIROI, qui regroupe les Croix Rouge de La Réunion, de Maurice, des Seychelles, de Madagascar ainsi que le Croissant Rouge des Comores. Il est à craindre qu’il faille aller beaucoup plus loin que les dispositions de soutien habituels. Des infrastructures seront détruites, notamment des bâtiments, des routes et des lignes électriques.

Dans les situations de crise, la France se fait un devoir d’être présente et c’est tout à son honneur. Elle l’a maintes fois prouvé avec la mobilisation de moyens humains et financiers pour réparer au plus vite les dégâts de catastrophes telles que tremblements de terre, raz-de-marée ou cyclones.

C’est pourquoi je sollicite, Monsieur le Président, votre appui afin qu’en accord avec les autorités malgaches, des moyens supplémentaires soient dépêchés en urgence vers Madagascar. L’objectif est de reconstruire au plus vite afin d’éviter que s’ajoutent aux dégâts des eaux une catastrophe sanitaire.

Souhaitant que ma demande puisse retenir votre attention, veuillez recevoir, Monsieur le Président, l’assurance de mes sentiments distingués.

Cordialement,

Gélita Hoarau