Changement climatique

Cyclone Kenneth : nouvel appel à la solidarité lancé par l’ONU

Le premier cyclone à toucher la province du Cabo Delgado au Mozambique

Témoignages.re / 2 mai 2019

D’après l’UNICEF, Kenneth est le premier cyclone à frapper la province du Cabo Delagdo dans le Nord du Mozambique. Ce phénomène exceptionnel a fait de nombreuses victimes. Il pose une nouvelle fois la question des effets du changement climatique en raison de sa situation et du fait que ce cyclone se soit formé à la fin de l’été. Dans un communiqué, l’ONU fait le point sur les dégâts et appelle à la mobilisation.

JPEG - 125.2 ko
António Manuel, qui vit à Pemba, dans le nord du Mozambique, est devant sa maison détruite par le cyclone Kenneth dans la nuit du 25 avril. (photo PAM/Deborah Nguyen)

Des taules ondulées au sol au milieu de branches d’arbres. C’est tout ce qui reste du toit de la maison d’António Manuel à Pemba, dans le nord du Mozambique, après le passage du cyclone Kenneth.
António Manuel et ses cinq enfants étaient dans leur foyer lorsque des vents violents ont soufflé jeudi soir sur leur ville de plus de 140.000 habitants, chef-lieu de la province de Cabo Delgado. « Ils sont aujourd’hui logés dans la maison d’un parent, en attendant de pouvoir reconstruire leur maison », explique Deborah Nguyen, chargé de communication du Programme alimentaire mondial (PAM) qui s’est rendue à Pemba.

Comme António Manuel et sa famille, ils sont des milliers de Mozambicains à avoir perdu leurs maisons après le passage de Kenneth. Dans certains villages touchés par le cyclone – le second en six semaines – jusqu’à 90% des habitations ont été détruites, souligne le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). 
Selon le PAM, ce qui reste de Kenneth pourrait verser deux fois plus de pluies que le cyclone Idai le mois dernier. « Le sol est saturé de pluie et les rivières sont déjà en crue. La situation d’urgence risque donc de s’aggraver après les inondations des prochains jours », explique Michel Le Pechoux, le représentant adjoint de l’UNICEF au Mozambique, dans un communiqué.

Les cyclones sont rares dans le nord du Mozambique et le passage de Kenneth a surpris les habitants de la région. « Il n’y a jamais eu de cyclones à Cabo Delgado et nous sommes profondément préoccupés par le fait que les communautés de la région n’auraient pas été préparées à faire face à une telle tempête » explique Michel Le Pechoux, alertant que les enfants et leurs familles sont dans une situation très précaire.
Selon l’UNICEF, 368.000 enfants supplémentaires sont actuellement en danger au Mozambique et ont besoin d’une aide humanitaire vitale après le passage du second cyclone. 

C’est la première fois dans l’histoire que deux cyclones tropicaux violents frappent le Mozambique au cours de la même saison. Le cyclone tropical Idai qui a touché le Mozambique le 14 mars a fait plus de 600 morts et laissé environ 1,85 million de personnes dans le besoin. Les ravages causés par les deux cyclones pourraient porter à près de 1,4 million le nombre total d’enfants ayant besoin d’une assistance humanitaire dans les zones touchées du nord et du centre du Mozambique.