Changement climatique

Des femmes courageuses et des filles prennent position contre les mutilations génitales féminines

Journée internationale

Témoignages.re / 8 février 2018

La Journée internationale contre les mutilations génitales génitales féminines (MGF), célébrée chaque année, le 6 février, des femmes et des filles courageuses déclarent “NON” à cette horrible pratique, une aversion pour les droits humains de millions de personnes.

JPEG - 59.5 ko
Latty, 14 ans, militante contre les mutilations génitales imposées aux femmes. Photo Luca Zordan pour UNFPA

Latifatou Compaoré, 14 ans, originaire du Burkina Faso, qui a appris l’esprit de résistance de sa mère, en est un bon exemple. Sa mère a été soumise à des mutilations génitales féminines (MGF) au Burkina Faso. « Elle m’a déclaré qu’une des filles qui avait été coupée le même jour qu’elle avait eu de graves problèmes et est décédée à la suite d’une hémorragie dont personne ne s’était occupée », a déclaré Latty, comme elle est affectueusement appelée. Selon le canal médiatique de l’UNFPA, les mutilations génitales féminines peuvent entraîner de graves conséquences sur la santé, y compris non seulement des hémorragies, mais aussi des chocs, des infections et des complications lors de l’accouchement. Pourtant, la pratique est répandue dans le monde entier, où environ 200 millions de femmes et de filles vivant aujourd’hui ont été soumises à la pratique. Quelque 3,9 millions de filles ont été victimes de MGF en 2015 seulement. Et si les MGF continuent aux niveaux actuels, 68 millions de filles seront coupées entre 2015 et 2030. Mais des femmes et des filles courageuses prennent position contre les mutilations génitales féminines, risquant parfois la stigmatisation et le rejet de leurs familles et de leurs communautés.

Près de 4 millions de filles mutilées en 2015

La mère de Latty était une de ces femmes courageuses. « Quand elle est devenue maman, elle a pris l’engagement que si elle avait des filles, elle ne les couperait jamais, et elle a tenu parole », a déclaré Latty. Latty avait 10 ans lorsqu’elle a entendu le récit de sa mère. « Cette histoire m’a vraiment choqué », a-t-elle déclaré. « Je ne peux pas comprendre qu’on puisse faire souffrir les enfants de telle sorte qu’ils puissent être mutilés dans des conditions d’hygiène médiocres ou inexistantes ». Elle a décidé de devenir une avocate pour mettre fin à la pratique.

Une chanteuse talentueuse, Latty a enregistré une chanson à ce sujet, appelée “Excision”, qui a attiré l’attention dans tout le pays, obtenant même du temps d’antenne sur les chaînes de télévision et de radio nationales. Latty a depuis enregistré deux autres chansons sur la fin de la pratique. Sur une page Facebook qu’elle a créée pour éliminer les MGF, ses vidéos ont été visionnées des centaines de milliers de fois. Mais elle a également fait face à un contrecoup. « Il y en a qui me félicitent et m’encouragent à aller de l’avant, mais il y en a d’autres qui me dérangent beaucoup », a-t-elle indiqué. « Je reçois aussi des messages qui me demandent d’arrêter, de m’occuper de mes propres affaires ».

Cependant, l’opposition ne la décourage pas. « C’est une cause que je défendrai toute ma vie », a promis M. Latty. Partout dans le monde, des milliers de filles courageuses comme Latty réclament l’élimination des MGF dans leurs familles et leurs communautés.

Lien avec le mariage des enfants

Au Kenya, Sharleen Cherop, âgée de 17 ans, a également déclaré « Non » à la MGF. Elle a réussi à échapper à la fois aux mutilations génitales féminines et au mariage des enfants - qui sont liés dans certains endroits, avec une pratique considérée comme un précurseur de l’autre. « Ma famille voulait que je sois coupée et être mariée, mais j’ai refusé », a déclaré Sharleen. Elle s’est enfuie de chez elle et a trouvé du soutien et de la sécurité dans une école voisine. Elle est maintenant une défenseuse des droits de l’enfant.

En Egypte, les MGF sont répandues. Plus de 90 % des femmes ont subi cette pratique, selon un sondage de 2014. Le Programme commun FNUAP-UNICEF de lutte contre les mutilations génitales féminines travaille avec des partenaires et des communautés locales pour sensibiliser le public aux dommages causés par les mutilations génitales féminines. La mère de Fatmah a entendu certains de ces messages d’une ONG locale et les a appris à Fatmah. Aujourd’hui, à 13 ans, Fatmah a rejeté les MGF et est une défenseuse passionnée de leur élimination. « Les mutilations génitales féminines sont mauvaises et il y a beaucoup de méfaits », a-t-elle déclaré. « J’ai convaincu ma sœur de ne pas couper ses enfants ».

En Ethiopie, Sofia Hussen, âgée de 18 ans, a subi à la fois des mutilations génitales féminines et un mariage des enfants. Elle a appris les méfaits des deux pratiques d’un groupe de filles adolescentes soutenu par l’UNFPA, et aujourd’hui, elle utilise sa propre histoire pour appeler au changement. « Je suis un exemple vivant », a-t-elle dit à propos de son travail.

Latty a également vu des changements tangibles dans sa communauté. « Tout à l’heure, une amie de ma mère est venue dans notre cour avec sa fille de 2 ans. Elle a déclaré que les membres de la famille insistaient pour couper la petite », a rappelé Latty. Elle a longuement parlé à la femme, expliquant les conséquences de la MGF. « Elle a fini par nous promettre qu’elle ne la couperait pas », a déclaré Latty. A ce jour, la fille n’a pas été coupée, a-t-elle ajouté. « Nous devons nous battre tous les jours pour essayer d’éduquer le plus de gens possible », a expliqué Latty. « C’est ce que j’essaie de faire. »

« Pourquoi les gens font cela à leurs filles ? »

Le Rapport annuel 2016 du Programme commun FNUAP-UNICEF sur les mutilations génitales féminines présente deux perspectives : le document principal analyse les progrès en termes quantitatifs, fournit un compte rendu de l’allocation de notre budget et présente les profils de chacun des 17 pays du programme. Cette brochure d’accompagnement utilise une approche qualitative et narrative pour examiner plus spécifiquement les défis, les complexités et les réalisations sur le terrain. Elle explore les approches novatrices utilisées par les équipes, les partenaires et les activistes du Programme commun pour déconstruire les normes sociales qui permettent aux MGF/E de se poursuivre dans de nombreuses communautés.

Au Soudan, Abdullah Ali Abdullah a passé 30 ans à travailler avec des communautés du Nord-Kordofan pour encourager l’abandon des mutilations génitales féminines. Au début des années 1980, Abdullah a vu des infections constantes et des complications lors de l’accouchement tout en faisant du bénévolat dans un centre de santé dans l’Etat soudanais du Nord Kordofan. Il s’est vite rendu compte que beaucoup de ces problèmes avaient la même cause : les mutilations génitales féminines (MGF). « C’était ma première expérience avec les MGF », se souvient-il récemment. « J’ai vu la réalité en faisant du bénévolat au centre de santé ».

Cela a amené M. Abdullah - qui s’appelle Aljaile - à demander : « Pourquoi les gens font cela à leurs filles ? » - une question qu’il poursuivra pendant 30 ans. Au Soudan, beaucoup de gens pensent que les MGF sont une obligation religieuse. Mais Aljaile a étudié cette idée et a découvert que l’Islam - la religion prédominante dans le Nord Kordofan - n’exige pas de MGF. Les MGF sont également pratiquées par peur que les filles non excisées ne puissent pas se marier. Mais si des communautés entières abandonnent la pratique ensemble, les MGF ne seront plus une obligation pour les filles de se marier. Aljaile a commencé à partager ces idées avec d’autres, mais il a rencontré une grande résistance. Beaucoup de gens ne voulaient même pas discuter des MGF avec lui. Aljaile a finalement rejoint le ministère de l’Education du Nord Kordofan, où il a travaillé sur l’éducation religieuse. Là, il a eu l’occasion de parler avec les imams et les cheikhs de la MGF.

Mobiliser les femmes

Finalement, les gens ont commencé à écouter. Aljaile est devenu un pionnier dans le mouvement contre les MGF au Nord-Kordofan. « Je pense que parler aux femmes est plus efficace que de parler aux hommes », a-t-il déclaré à propos de son expérience. « Les femmes peuvent être très fortes, si elles sont convaincues, de démarrer un mouvement social - beaucoup mieux que les hommes ».

En 2014, Aljaile a participé à un atelier soutenu par l’UNFPA à Khartoum, la capitale soudanaise, où il a appris comment encourager les communautés à changer, ce qui a été un succès dans d’autres régions et pays. Une approche encourage les leaders communautaires à utiliser des textes religieux pour approuver les valeurs de la miséricorde et de l’amour lorsqu’ils discutent des mutilations génitales féminines. La deuxième approche préconise l’utilisation du terme « saleema », qui signifie « entières ou indemnes », pour décrire les femmes et les filles non excisées. Les deux stratégies aident les communautés à repenser les mutilations génitales féminines.

Arrêter ensemble

Pendant deux ans, Aljaile a continué son travail de sensibilisation, avec le soutien technique du Programme commun FNUAP-UNICEF pour la lutte contre les mutilations génitales féminines. En 2016, il a commencé à organiser des ateliers et des discussions pour mobiliser les membres de la communauté sur le sujet, souvent avec le soutien du FNUAP et du Programme commun. Il a parlé à des chefs religieux de partout dans l’Etat. Et il a commencé à engager des groupes de femmes sur le sujet aussi. Aujourd’hui, il accueille régulièrement des segments de télévision et de radio sur les mutilations génitales féminines. Il travaille également avec une équipe de quatre personnes - une sage-femme, un conseiller, un agent de santé et un chef religieux - dans le cadre de sa sensibilisation communautaire, aidant à aborder le problème d’un point de vue religieux, sanitaire et familial.

Et ils font de vrais changements. Lors d’une formation récente, une sage-femme qui avait passé des années à pratiquer la MGF a promis de mettre fin à la pratique. 
S’adressant aux autres sages-femmes présentes, elle a déclaré : « Nous devons tous en tenir compte. Nous devons tous arrêter ensemble ou la pratique continuera ».

Au moins quatre communautés du Nord-Kordofan ont jusqu’ici publiquement abandonné les MGF. Et ces jours-ci, Aljaile pense encore plus grand : il espère atteindre chaque communauté dans l’Etat.