La vague de chaleur laisse craindre des feux de forêts dévastateurs

El Nino est arrivé en Australie

19 septembre 2023

Le bureau météorologique australien a annoncé le 19 septembre la formation du phénomène météorologique El Niño, généralement associé à une hausse des températures et d’importantes sécheresses pouvant entraîner des feux de forêts dévastateurs.

Karl Braganza, prévisionniste au sein du gouvernement, a déclaré qu’un phénomène El Niño s’est installé dans l’océan Pacifique, coïncidant avec la vague de chaleur printanière inhabituelle qui touche actuellement l’est de l’Australie.

Dans certaines parties de l’État de Nouvelle-Galles du Sud, les températures ont atteint jusqu’à 34°C, soit plus de 10 degrés au-dessus de la moyenne pour un printemps austral.

Karl Braganza a affirmé que ce phénomène météorologique va contribuer à réchauffer les océans, qui connaissent des températures record depuis avril. "Cet été (austral) sera plus chaud que la moyenne et certainement plus chaud qu’au cours des trois dernières années", selon lui.

En juillet, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) avait estimé à 90% les chances de formation du phénomène au cours du second semestre 2023.

"L’arrivée d’El Niño augmentera considérablement la probabilité de battre des records de température et de déclencher une chaleur plus extrême dans de nombreuses régions du monde et dans les océans", a souligné le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas.

El Niño se produit en moyenne tous les deux à sept ans, et les épisodes durent généralement de neuf à douze mois. Il s’agit d’un phénomène climatique naturel associé au réchauffement des températures de surface de l’océan dans le centre et l’est de l’océan Pacifique tropical.

Cependant, l’épisode actuel "s’inscrit toutefois dans le contexte d’un climat modifié par les activités humaines", a indiqué l’OMM.

El Niño est associé à une augmentation des précipitations dans certaines régions du sud de l’Amérique latine, du sud des Etats-Unis, dans la Corne de l’Afrique et en Asie centrale. Il peut provoquer de graves sécheresses en Australie, en Indonésie, dans certaines régions de l’Asie du Sud et en Amérique centrale.

En revanche, ses eaux chaudes peuvent alimenter les ouragans dans le centre et l’est de l’océan Pacifique, freinant la formation d’ouragans dans le bassin atlantique.

Les experts s’attendent à ce que la saison des feux soit la plus intense en Australie depuis "l’été noir" de 2019-2020, lorsque d’immenses feux hors de contrôle ont fait rage sur cette partie de l’immense île-continent.


Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?