Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Développement > Changement climatique

Face aux critiques, Kyriakos Mitsotakis promet des réformes

Inondations et incendies en Grèce

lundi 18 septembre 2023


« En l’espace de deux semaines, le pays a connu le plus grand incendie et les plus grandes inondations de l’Histoire » de la Grèce, a déclaré le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis qui a prononcé un discours lors de la Foire internationale de Thessalonique (TIF) à Thessalonique, dans le nord de la Grèce, le 16 septembre 2023.


Les intempéries ont tué 17 personnes et englouti sous les eaux des cultures de coton, des arbres fruitiers et tué des centaines de milliers d’animaux sur ces terres de production agricole vitale

Appelé à agir face aux critiques sur sa gestion jugée hasardeuse des incendies et des inondations qui ont frappé la Grèce cet été. Le Premier ministre s’est engagé à augmenter les moyens alloués à la lutte contre les effets du changement climatique.

"En l’espace de deux semaines, le pays a connu le plus grand incendie et les plus grandes inondations de l’Histoire" de la Grèce, a souligné Kyriakos Mitsotakis. "La crise climatique est là" et "nous sommes dans une sorte de guerre en temps de paix", a indiqué le conservateur, alors que des inondations ont dévasté début septembre la plaine fertile de Thessalie, dans le centre du pays.

Ces intempéries ont tué 17 personnes et englouti sous les eaux des cultures de coton, des arbres fruitiers et tué des centaines de milliers d’animaux sur ces terres de production agricole vitale.

Les intempéries ont dévasté un pays touché juste auparavant par l’incendie "le plus grand jamais enregistré dans l’UE", selon un porte-parole de la Commission européenne, dans le nord-est frontalier de la Turquie.

26 personnes ont été tuées dans cette région de l’Evros, alors qu’en juillet, de violents incendies avaient ravagé les îles touristiques de Rhodes et de Corfou où des milliers d’évacuations avaient été ordonnées dans la confusion.

Face à ces fléaux, Kyriakos Mitsotakis, réélu en juin, a promis de doubler à 600 millions d’euros une réserve spéciale pour les catastrophes naturelles dès l’an prochain.

Il promet également une réduction de 10% sur la taxe d’habitation à tous ceux qui assureront leur logis contre les catastrophes naturelles et envisage de rendre obligatoire cette assurance.

Le quotidien dominical Protothema a vu le 17 septembre dans ces annonces "un nouveau départ" pour le gouvernement.

Kyriakos Mitsotakis a évoqué une certaine "confusion des responsabilités" entre les services d’Etat chargés d’intervenir lors de ces pluies diluviennes ainsi que "la tendance fréquente à rejeter la responsabilité" sur un autre service.

"En Thessalie et dans l’Evros, j’ai entendu la colère des citoyens", a assuré le Premier ministre dont le parti Nouvelle Démocratie (ND) grand vainqueur lors des élections législatives de juin. Son gouvernement fait face à des critiques acerbes de l’opposition et d’habitants victimes des inondations.

Beaucoup ont dénoncé la lenteur des secours et le manque de préparation face à ces intempéries alors que la Thessalie avait déjà été touchée en 2020 par des intempéries.

Des ratés dans la coopération entre l’armée et la Protection civile dans les heures qui ont suivi la catastrophe ont été pointés du doigt.

Les médias ont diffusées des images d’habitants réfugiés sur les toits de leur maison attendant désespérément de voir arriver les secours. Ces images ont écorné l’image du gouvernement. Des experts ont aussi dénoncé le manque de prévention des incendies en Grèce face à des feux récurrents d’été en été.

En trois mois de gouvernance, le Premier ministre a vu deux de ses ministres démissionner, dont l’un, chargé de la Protection des citoyens, parce qu’il était toujours en vacances sur une île de la mer Egée alors que la Grèce luttait contre les incendies.

La presse a également évoqué des rumeurs de remaniement ministériel à l’issue d’élections locales le 8 octobre, bien que le porte-parole du gouvernement ait démenti cette information.

Le ministre de la Protection civile et de la Crise climatique, Vassilis Kikilias, est également sur la sellette, selon certains analystes et médias.

Le gouvernement Mitsotakis porte "d’énormes responsabilités" dans ces intempéries, a dénoncé Effie Achtsioglou, ancienne ministre du Travail et candidate à la présidence du parti de gauche Syriza. Elle a dénoncé le fait qu’"aucun travail sérieux de prévention des inondations n’a été effectué".

Selon un sondage pour la chaîne de télévision privée Mega, 61% des personnes interrogées ont une image négative du gouvernement et 66% estiment que le pays va dans la mauvaise direction.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus