MSGBC Mauritania Roadshow : EPCM lance le projet Energy Service Zone Nouakchott

Gaz : importants gisements en Mauritanie

23 novembre 2023

A quelques jours du début de la COP28, une information rappelle la difficulté de réduire les émissions de gaz à effet de serre produites par l’utilisation du gaz notamment. Des puits de pétrole et des gisements de gaz importants vont être exploités en Mauritanie, au nom du développement de l’économie. La Mauritanie se positionne comme acteur de la transition énergétique, avec le projet de vendre du gaz pour remplacer le charbon dans la production d’électricité.

La société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction EPCM a annoncé le lancement du projet Energy Service Zone Nouakchott lors d’une session dédiée à la Mauritanie à la conférence MSGBC Oil, Gas & Power 2023 cette semaine. Le projet de développement vise à fournir des infrastructures aux acteurs clés du secteur des hydrocarbures de la République islamique de Mauritanie tout en encourageant les investissements directs étrangers dans le pays.

Le projet a été lancé par Alexandra Gazendam, directrice d’EPCM, lors d’une discussion sur « Focus sur la Mauritanie : Road Show sur l’exploration et les opportunités », et fait suite à l’annonce par EPCM de la présentation du concept du projet au ministère du Pétrole, des Mines et de l’Énergie sept mois plus tôt.

Gazendam a expliqué que le « Ministère du Pétrole, des Mines et de l’Énergie agira en tant que propriétaire du projet », et que, « En termes de calendrier, le gouvernement a l’intention de lancer le processus d’approvisionnement au début de 2024, et nous invitons tous les investisseurs intéressés. »

« Nous avons beaucoup parlé du potentiel énorme et des qualités exceptionnelles de la Mauritanie, et le moment est venu de nous assurer que nous disposons d’infrastructures de base pour permettre le potentiel de ce pays », a déclaré Gazendam, ajoutant : « Nous considérons ce projet comme un catalyseur pour les investissements directs étrangers et une opportunité de renforcer le secteur privé local. »

La session elle-même a servi de pont entre les décideurs gouvernementaux, les experts en données et les leaders de l’industrie, offrant une plateforme aux intervenants pour échanger des idées, partager des informations et définir l’avenir de l’exploration et du développement énergétiques en Mauritanie.

« Nous sommes dans le contexte de la transition énergétique, et nous envisageons d’explorer le potentiel que notre bassin offre pour faire de la Mauritanie une destination d’investissement privilégiée », a déclaré Moustapha Bechir, directeur général des hydrocarbures du ministère du Pétrole, des Mines et de l’Énergie de la République islamique de Mauritanie, ajoutant : « Nous avons créé notre code des hydrocarbures, établi un code de contenu local formellement en vigueur à partir de l’année prochaine, et nous révisons également le code de l’investissement. Nous continuons la politique en promouvant les données et en promouvant les pôles, surtout à Nouakchott, dans une zone dédiée à l’énergie. »

Avec des réserves prouvées de gaz de 80 billions de pieds cubes (tcf) et une production estimée de 10 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an, le développement du champ gazier conventionnel de BirAllah, au large de la Mauritanie, est sur le point de transformer le paysage énergétique du pays d’Afrique de l’Ouest. Pendant ce temps, à cheval sur la frontière maritime entre le Sénégal et la Mauritanie, Greater Tortue Ahmeyim (GTA) — qui devrait commencer la production commerciale en 2024 — est estimée contenir jusqu’à 30 tcf de ressources de gaz récupérables, établissant le bassin comme une province gazière de classe mondiale.

« La géologie ne connaît pas de concept de frontières géographiques », a déclaré Elisabeth Gillbard, géologue pour la société de données et d’analyse énergétique TGS. « Nous savons que nous avons un système source incroyable sur toute la partie nord du bassin MSGBC. Rien que au large de la Mauritanie, il y a eu 11 découvertes majeures et presque chaque puits contient du pétrole ou du gaz. C’est un système source très actif. »

Au cours de la session, Chems Dine Sow Deina, directeur de l’exploration de la Société mauritanienne des hydrocarbures (SMH), a parlé de l’importance de l’exploration dans le bassin offshore de la Mauritanie, mettant en avant les systèmes pétroliers de la région et les gisements de gaz géologiques. « L’exploration doit continuer car c’est un bassin très stable, et s’il y a une découverte, elle sera probablement significative », a déclaré Deina, soulignant les champs GTA, BirAllah et Banda comme certaines des principales découvertes du pays ces dernières années.

Outre les immenses projets GTA et BirAllah, les développements gaziers dans les perspectives de Banda et Pelican — comprenant chacune 1,2 tcf de réserves de gaz — ouvrent la voie à des opportunités accrues de production d’électricité, avec un accent particulier mis sur l’électrification dans les plans de développement des projets. Ainsi, le potentiel des plus petits champs gaziers au large de la Mauritanie a été souligné comme une opportunité exceptionnelle pour le développement d’un hub énergétique en Afrique de l’Ouest.

« Il y aura un déficit de production d’électricité dans les années à venir, donc l’intention ici est de développer ces petits champs pour des petits projets gaz-électricité », a déclaré Elhanefy Eybih, directeur des opérations et de l’exploitation à la SMH, ajoutant : « L’intention est également d’avoir la capacité de développer d’autres opportunités telles que les produits chimiques, le GNL à petite échelle ou le gaz naturel compétitif. »

COP28Impasse du modèle

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?