Changement climatique

L’Affaire du siècle : 1,5 million de signatures pour que l’État agisse contre le changement climatique

Succès sans précédent d’une pétition lancée sur Internet par 4 associations : les collectivités interpellées

Manuel Marchal / 24 décembre 2018

Le succès fulgurant d’une pétition demandant de traduire l’État en justice parce qu’il ne respecte pas ses engagements sur le climat doit interpeller toutes les collectivités de La Réunion : où sont leurs engagements pour se mettre en conformité avec l’Accord de Paris, entré en vigueur depuis plus de deux ans déjà ?

JPEG - 123 ko

Lancée le 18 décembre, une pétition demande que l’État réponde devant la justice parce qu’il ne respecte pas ses engagements dans la lutte contre le changement climatique. En 5 jours, elle a recueilli plus de 1,5 million de signatures, c’est un record pour ce genre de mobilisation en France.
Voici un extrait du texte de cette pétition :

« Quatre associations, Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France ont décidé, au nom de l’intérêt général, d’attaquer l’État français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vies, nos territoires et nos droits. C’est l’Affaire du Siècle.
La France a pris un retard conséquent. D’aveu public, elle n’atteint pas ses objectifs sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les inégalités face au changement climatique s’aggravent. L’État a l’obligation d’agir. Il doit prendre les mesures politiques qui s’imposent, tout en garantissant la justice sociale. Il doit réduire notre dépendance au pétrole et nous fournir des alternatives en matière de transport. Il doit investir dans la rénovation des logements et promouvoir l’usage des énergies renouvelables, en abandonnant le recours aux énergies fossiles et nucléaire. Il doit instaurer l’accès de tous à une alimentation suffisante, saine et de qualité, garantir un revenu décent pour les agriculteurs et lutter contre la déforestation. Il doit aussi mettre en place les dispositifs indispensables à l’adaptation de nos territoires et à la protection de nos côtes. Toutes ces mesures auront un impact positif sur nos vies. Pourtant, ce qui est sur la table aujourd’hui est largement insuffisant. »

Le succès de cette initiative souligne d’une part combien la question du climat imprègne aujourd’hui l’opinion et d’autre part le développement de l’appropriation de l’Internet par la population. La pétition des 4 ONG intervient d’ailleurs peu après une grande première juridique. Aux Pays-Bas, l’État a été condamné à « revoir à la hausse ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre », rappelle le texte de l’Affaire du siècle.

La pétition doit également interpeller toutes les collectivités de La Réunion : où sont leurs engagements pour se mettre en conformité avec l’Accord de Paris, entré en vigueur depuis plus de deux ans déjà ?

La Réunion à la traîne

Or, depuis l’arrivée de Didier Robert à la présidence de la Région Réunion, collectivité compétente en matière de politique énergétique, la part des énergies renouvelables ne cesse de diminuer dans la consommation. C’est notamment parce que cette collectivité a choisi de stopper le chantier de reconstruction du train à La Réunion, et de basculer les crédits prévus vers un chantier de route en mer dédié au tout-automobile. Les importateurs de voitures et de camions peuvent d’ailleurs se féliciter d’une embellie permanente de leurs ventes, avec plus de 25000 véhicules vendus par an. Ce sont autant de sources d’émissions de gaz à effet de serre.

D’où l’urgence de mettre sur la table des mesures pour revenir à la politique menée quand Paul Vergès était président de Région : l’autonomie énergétique totale de La Réunion qui devait être atteindre dès 2025. Presque 9 ans de perdu, c’est déjà beaucoup trop.

M.M.

Voir en ligne : https://laffairedusiecle.net/