Changement climatique

L’eau : un droit fondamental à garantir

Plaidoyer de l’Union européenne

Témoignages.re / 27 mars 2018

Rappelant que le droit à l’eau potable est un droit fondamental pour la pleine jouissance de la vie et de tous les droits humains, l’Union européenne (UE) a réaffirmé le 22 mars dernier, que tous les Etats doivent remplir leurs obligations envers l’accès à l’eau potable, qui doit être disponible, accessible, sûre, acceptable et abordable pour tous sans discrimination.

JPEG - 59.1 ko
Il est possible que l’eau du robinet puisse couler toute l’année partout à La Réunion, à condition de créer dans notre île un réseau de retenues collinaires à mi-pente. (photo Toniox)

« L’accès à l’eau potable est un droit fondamental, mais reste un défi dans de nombreuses régions du monde », a déclaré la haute représentante de l’UE, Federica Mogherini, dans une déclaration marquant la Journée mondiale de l’eau.

L’UE a également souligné l’importance du mandat du rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme à l’eau potable et à l’assainissement, et a appelé tous les Etats à collaborer avec le rapporteur actuel. « Partout dans le monde, les défenseurs des droits de l’homme qui protègent et promeuvent les droits à l’eau potable et à l’assainissement font souvent l’objet de poursuites, de menaces et de violences. Aujourd’hui, l’Union européenne rend un hommage spécial à ces personnes courageuses qui se lèvent chaque jour pour défendre les droits fondamentaux et la protection de l’environnement.

90 % du Lac Tchad a disparu

« Le changement climatique fait des ravages dans les régions les plus sèches de la planète. Déjà, l’un des plus grands lacs d’Afrique, le lac Tchad, a diminué de 90 % en raison des changements climatiques, de l’utilisation de l’eau et de la sécheresse prolongée. La réduction a détruit les moyens de subsistance et entraîné la perte d’une biodiversité inestimable. Le Conseil de sécurité de l’ONU a également reconnu les effets néfastes des changements climatiques et des changements écologiques entre autres facteurs sur la stabilité de la région du lac Tchad », a indiqué la déclaration.

Comme l’a reconnu le rapport 2017 du Groupe d’experts de haut niveau sur l’eau et la paix, l’eau est non seulement un moteur du développement social et économique, mais aussi de la paix et de la sécurité. La disponibilité de l’eau est l’un des facteurs clés pouvant conduire à des conflits et des déplacements massifs.

Alors que la coopération accroît la résilience et la stabilité en prévenant les conflits et en consolidant la paix, l’UE a affirmé qu’elle continuera à promouvoir l’adhésion mondiale à la Convention de l’UNECE sur l’eau et partagera avec ses partenaires sa longue expérience dans la gestion durable des ressources en eau.

L’UE veut respecter l’Accord de Paris

L’UE a également réitéré son engagement à l’égard de l’Accord de Paris et de la Proclamation d’action de Marrakech qui réaffirmait la détermination du monde à lutter contre le changement climatique et à atténuer les effets du changement climatique sur l’environnement, y compris sur l’eau.

« L’UE continuera à soutenir la gestion durable de l’eau grâce à sa coopération avec les principaux pays partenaires dans les dialogues politiques, la coopération au développement, les partenariats multipartites et à travers une approche stratégique du développement régional. « Promouvoir et protéger l’accès aux ressources fondamentales signifie promouvoir et protéger les droits et la sécurité non seulement du présent, mais aussi des générations futures », a déclaré M. Mogherini.