Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Développement > Changement climatique

L’OMM confirme que 2023 sera l’année la plus chaude jamais mesurée

+1,5 degré : la limite à ne pas dépasser de l’Accord de Paris atteinte en 2023

samedi 13 janvier 2024


L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a officiellement confirmé que 2023 était de loin l’année la plus chaude jamais enregistrée. La température mondiale moyenne annuelle approchait 1,5° Celsius au-dessus des niveaux préindustriels – symbolique car l’Accord de Paris sur le changement climatique vise à limiter l’augmentation de la température à long terme (moyenne sur plusieurs décennies plutôt que sur une année individuelle comme 2023) à pas plus de 1,5° Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.


Six principaux ensembles de données internationales utilisés pour surveiller les températures mondiales et consolidés par l’OMM montrent que la température mondiale moyenne annuelle était de 1,45 ± 0,12 °C au-dessus des niveaux préindustriels (1850-1900) en 2023. Juillet et août ont été les deux mois les plus chauds jamais enregistrés.
« Le changement climatique constitue le plus grand défi auquel l’humanité est confrontée. Cela nous affecte tous, en particulier les plus vulnérables », a déclaré la Secrétaire générale de l’OMM, Celeste Saulo. « Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre plus longtemps. Nous agissons déjà, mais nous devons faire davantage, et nous devons le faire rapidement. Nous devons réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre et accélérer la transition vers les sources d’énergie renouvelables », a-t-elle déclaré.
« Le passage du refroidissement de La Niña au réchauffement d’El Niño d’ici le milieu de 2023 se reflète clairement dans la hausse des températures par rapport à l’année dernière. Étant donné qu’El Niño a généralement l’impact le plus important sur les températures mondiales après son pic, 2024 pourrait être encore plus chaud », a-t-elle déclaré.

« La crise climatique aggrave la crise des inégalités »

« Alors que les événements El Niño se produisent naturellement et vont et viennent d’une année à l’autre, le changement climatique à long terme s’intensifie, et cela est sans équivoque en raison des activités humaines. La crise climatique aggrave la crise des inégalités. Cela affecte tous les aspects du développement durable et sape les efforts visant à lutter contre la pauvreté, la faim, la mauvaise santé, les déplacements et la dégradation de l’environnement », a déclaré le professeur Saulo (Argentine), devenu secrétaire général de l’OMM le 1er janvier 2024.
Depuis les années 1980, chaque décennie a été plus chaude que la précédente. Les neuf dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. Les années 2016 (fort El Niño) et 2020 étaient auparavant classées comme les années les plus chaudes jamais enregistrées, avec 1,29 ± 0,12 °C et 1,27 ± 0,12 °C au-dessus de l’ère préindustrielle.
Sur la base des six ensembles de données, la moyenne sur dix ans 2014-2023 était de 1,20 ±0,12 °C au-dessus de la moyenne 1850-1900, en tenant compte d’une marge d’incertitude.
« Les actions de l’humanité brûlent la terre. 2023 n’était qu’un simple aperçu de l’avenir catastrophique qui nous attend si nous n’agissons pas maintenant. Nous devons répondre à l’augmentation record des températures par des mesures novatrices », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, António Guterres.
« Nous pouvons encore éviter la pire catastrophe climatique. Mais seulement si nous agissons maintenant avec l’ambition requise pour limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius et assurer la justice climatique », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Nombreuses destructions

La surveillance à long terme des températures mondiales n’est qu’un indicateur du climat et de son évolution. D’autres indicateurs clés comprennent les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre, la chaleur et l’acidification des océans, le niveau de la mer, l’étendue des glaces de mer et le bilan de masse des glaciers.
Le rapport provisoire de l’OMM sur l’état du climat mondial en 2023, publié le 30 novembre, montre que des records ont été battus dans tous les domaines.
Les températures à la surface de la mer ont été exceptionnellement élevées pendant une grande partie de l’année, accompagnées de vagues de chaleur marines graves et dévastatrices. L’étendue de la glace de mer en Antarctique était la plus faible jamais enregistrée, tant pour le minimum de fin d’été en février que pour le maximum de fin d’hiver en septembre.
Ces changements à long terme de notre climat se répercutent quotidiennement sur notre météo. En 2023, la chaleur extrême a eu des conséquences sur la santé et a contribué à alimenter des incendies de forêt dévastateurs. Des pluies intenses, des inondations et des cyclones tropicaux qui s’intensifient rapidement ont laissé une trace de destruction, de morts et d’énormes pertes économiques.
L’OMM publiera son rapport final sur l’état du climat mondial 2023 en mars 2024. Celui-ci comprendra des détails sur les impacts socio-économiques sur la sécurité alimentaire, les déplacements et la santé.

Accord de Paris

L’Accord de Paris vise à contenir l’augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels, tout en poursuivant les efforts visant à limiter l’augmentation de la température à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels.
Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat affirme que les risques liés au climat pour les systèmes naturels et humains sont plus élevés pour un réchauffement climatique de 1,5 °C qu’actuellement, mais inférieurs qu’à 2 °C.
Une étude réalisée l’année dernière par l’OMM et le Met Office du Royaume-Uni prévoyait qu’il y avait une probabilité de 66 % que la température mondiale moyenne annuelle à proximité de la surface entre 2023 et 2027 soit supérieure de plus de 1,5 °C aux niveaux préindustriels pendant au moins un an.
Cela ne signifie pas que nous dépasserons durablement le niveau de 1,5 °C spécifié dans l’Accord de Paris, qui fait référence à un réchauffement à long terme sur de nombreuses années.
La probabilité de dépasser temporairement 1,5 °C augmente régulièrement depuis 2015, où elle était proche de zéro. Pour entre 2017 et 2021, il y avait 10 % de chances de dépassement.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus