Changement climatique

La lutte contre le réchauffement climatique base d’un nouveau rassemblement

Plusieurs centaines de personnes pour une conférence sur la crise climatique et des moyens d’y remédier

Manuel Marchal / 7 mars 2018

Reportée à hier en raison de l’alerte pré-cyclonique, et malgré les conditions de circulation difficiles, la conférence tenue par Pierre Larroutourou a rencontré un grand succès grâce à une forte participation des militants communistes, et parce que la prise de conscience de la nécessaire lutte contre le réchauffement climatique est un sujet qui commence à rassembler. L’exposé et le débat se sont conclus par un appel à renforcer le collectif Climat 2020. Une adresse mail a été créée afin de rassembler les soutiens réunionnais à cette cause : collectif974@climat-2020.eu

JPEG - 115.2 ko

Fermée toute la journée en raison des conditions climatiques, l’Université avait exceptionnellement ouvert ses portes hier soir pour permettre la tenue de la conférence « Crise financière, crise climatique, quelles solutions », tenue par Pierre Larrouturou, co-auteur avec Jean Jouzel du livre « Pour éviter le chaos climatique et financier ».

Cet événement a été rendu possible grâce au travail de l’équipe technique de l’Université qui a passé de nombreuses heures à rendre l’amphithéâtre bioclimatique utilisable par plusieurs centaines de personnes. En effet, à la suite des fortes pluies amenées par le passage au large du cyclone Dumazile, il a fallu évacué une importante quantité d’eau qui avait envahi l’amphi.

Malgré les conditions de circulation difficile, plusieurs centaines de personnes avaient répondu présentes. Les efforts des camarades du Port doivent notamment être soulignés, car ils ont fait un détour de plus de 100 kilomètres pour venir à la conférence en raison de la fermeture totale de la circulation causée par les coupures des routes du littoral et de la Montagne. D’autres camarades du Sud sont également passés par la route des Plaines afin d’être présent à cet important événement. Au total, c’est une forte délégation de sections communistes venues de toute l’île qui a contribué à assurer le succès de la conférence.

« L’ouverture d’une ère nouvelle »

Outre de nombreux militants du PCR, des étudiants et des enseignants, plusieurs responsables politiques et associatifs avaient montré leur intérêt pour le sujet, tout comme plusieurs élus de la Région, de la CINOR dont le président Gérald Maillot. Deux maires étaient également dans le public : Marco Boyer et Gilbert Annette.

Jean-Claude Carpanin-Marimoutou a tout d’abord pris la parole au nom de l’Université pour le mot d’accueil. Saluant le travail fait par le personnel de l’établissement pour garantir le déroulement de la conférence, il a remercié Maurice Gironcel, président du SIDELEC et maire de Sainte-Suzanne, d’inviter Pierre Larrouturou à La Réunion et d’avoir proposé à l’Université d’être partenaire. Il a également souligné l’importance de l’enjeu de la question abordée par la conférence. Jean-Claude Carpanin-Marimoutou a notamment rappelé que cet événement avait lieu au lendemain de l’anniversaire de Paul Vergès, qui avait inscrit la lutte contre le réchauffement climatique dans son action politique.

Maurice Gironcel a pour sa part noté la responsabilité de l’être humain dans le réchauffement climatique actuel. « La planète change, nous devons changer nos comportements », a-t-il dit, appelant à « l’ouverture d’une ère nouvelle de responsabilité collective ». Un pas important est franchi depuis la ratification le 4 novembre 2016 de l’Accord de Paris qui prévoit de contenir la hausse de la température moyenne de la Terre de 2 degrés tout au plus. Soulignant que « Sainte-Suzanne est une commune à énergie positive », et rappelant que SIDELEC est une instance consensuelle, Maurice Gironcel a salué la diversité du public rassemblé pour la conférence. Et a conclu en ces termes : « si nou occupe pa du climat, le climat va occupe anou ».

JPEG - 62.3 ko
A la tribune : Maurice Gironcel, président du SIDELEC, Pierre Larrouturou et Jean-Claude Carpanin Marimoutou, Université de La Réunion.

Sortir du charbon et du pétrole

Pierre Larrouturou a commencé son exposé en constatant que le réchauffement climatique est une crise irréversible, causée par les êtres humains. La température est d’aujourd’hui 1,2 degré plus élevée que la moyenne 1880-1920. Cela entraîne un dérèglement du cycle de l’eau, d’où des sécheresses et la diminution brutale du cycle de l’eau. Face à 4 fois plus d’événements climatiques extraordinaires, et un réchauffement climatique 50 fois plus important que le dernier réchauffement, la prise de conscience a été initiée par les scientifiques. Pierre Larrouturou rappelle l’appel l’an dernier de 15.000 scientifiques affiché à la « une » du « Monde ».

Si rien ne change, les perspectives sont inquiétantes, avec la paix mondiale en jeu. Par exemple, dans 30 ans, la France connaîtra des pics de canicule à plus de 55 degrés. L’Asie du Sud sera inhabitable pendant un tiers de l’année car il fera trop chaud et trop humide. Les engagements pris par les États à la suite de l’Accord de Paris restent insuffisants. Ils entraîneront une hausse de la température moyenne de 4 degrés. Pour arriver à l’objectif de l’Accord de Paris, +1,5 degré, il faudra diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre. Cela suppose d’agir pour qu’une nouvelle politique soit mise en place, avec les bases fixées dans les deux années à venir. C’est l’objectif du collectif Climat-2020.

Deux ans pour agir

Cela suppose d’importants investissements en Europe que Pierre Larrouturou propose de financer par deux outils. C’est tout d’abord la création monétaire. La Banque centrale européenne crée 80 milliards d’euros par mois pour relancer l’économie. Cela fait plus de 1.000 milliards par an. 89 % de cette somme va à la spéculation et seulement 11 % à l’économie réelle. D’où la proposition de consacrer cette somme à la conversion de l’industrie européenne vers le zéro émission de gaz à effet de serre, à l’isolation des bâtiments et à de nouveaux modes de transport. L’autre source de recette est un impôt européen de 5 % sur les bénéfices des sociétés. La marge de manœuvre existe, car le taux de cet impôt en Europe est passé en moyenne de 40 % à 19 % entre 1990 et aujourd’hui. Les sommes obtenues permettront de financer des investissements selon la proposition suivante : 50 % en subvention, et 50 % en prêt à taux zéro. Une telle politique entraînerait la création de 600.000 emplois nets en France, et plusieurs millions en Europe. Une partie de ce fonds serait affecté à l’Afrique, 50 milliards par an.

Le collectif Climat 2020 milite pour inscrire ces orientations dans un nouveau traité européen, jugé nécessaire après le Brexit et la défiance croissante des peuples vis-à-vis de l’Europe. Il demande que ce traité soit soumis au vote de tous les citoyens des États membres la même semaine.

Pierre Larrouturou rappelle qu’en trois semaines a été créée la Communauté européenne de l’acier et du charbon, qui plaçait sous un contrôle international les matières premières des armes. L’envoi d’astronautes sur la Lune quelques années après la décision, ou la réalisation de l’école pour tous en France sont des précédents qui montrent qu’à partir d’une volonté politique, il est possible de changer radicalement de politique en un temps court.

« Chacun peut apporter une parole »

Après l’exposé, Elie Hoarau est intervenu. Le président du PCR a situé l’enjeu du débat : comment sauver la vie sur la planète. « Il faut changer radicalement, on sait comment faire, tout le monde est d’accord. Mais pour agir, des intérêts considérables doivent être surmontés ». Le dirigeant communiste a insisté sur les mentalités à changer : « il faut expliquer, prendre conscience de la situation et des alternatives ».

« Chacun peut apporter une parole, en tant que Réunionnais nous pouvons le faire auprès de l’Europe », a-t-il poursuivi. Il a salué l’initiative du collectif Climat-2020, « il faut amorcer, l’Union européenne peut être pionnière »

La conférence s’est poursuivie par des interventions de plusieurs partenaires de la venue de Pierre Larrouturou. Le public a ensuite été invité à enrichir le débat.

La soirée s’est conclue par la présentation du relais à La Réunion de la campagne menée par Climat-2020. Toutes les personnes intéressées peuvent apporter leur contribution en écrivant à l’adresse mail suivante : collectif974@climat-2020.eu

M.M.