Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Développement > Changement climatique

La pollution par habitant liée au charbon augmente dans les pays du G20

Hausse des émissions carbones par habitant dans certains pays

mercredi 6 septembre 2023


12 pays membres du G20 sont parvenus à réduire leurs émissions carbones par habitant. D’autres au contraire ont vu ce chiffre exploser. Ainsi, en Indonésie, les émissions de CO2 liées au charbon par habitant ont grimpé de 56% depuis 2015.


La pollution par habitant liée au charbon continue d’augmenter dans les pays du G20, selon un rapport publié par le groupe de réflexion dédié au climat et à l’énergie Ember. Les chercheurs expliquent que les pays du G20 sont à l’origine de 80% des émissions mondiales liées à l’énergie.

En juillet, les ministres de l’Environnement du G20 ne sont pas parvenus à trouver un accord sur le plafonnement des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2025, afin de faire face au changement climatique.

Entre 2015 et 2022, les émissions de carbone liées au charbon par habitant au sein des pays du G20 ont augmenté de 9%, précise le rapport d’Ember. Alors que douze pays membres du G20, dont la Grande-Bretagne, l’Allemagne et les États-Unis, ont réussi à réduire considérablement leurs émissions par habitant.

Ainsi l’Inde, l’Indonésie et la Chine, ont vu leurs émissions augmenter. En Indonésie, les émissions de CO2 liées au charbon par habitant ont grimpé de 56% depuis 2015, selon les rapporteurs. Pourtant un groupe de pays riches et d’institutions internationales s’était engagé en 2021 à verser à cet État 20 milliards de dollars pour réduire sa dépendance au charbon.

Parmi les pays parvenus à réduire leurs émissions globales, certains continuent d’émettre bien plus que d’autres des émissions de carbone d’après la moyenne mondiale par habitant, souligne le rapport.

« La Chine et l’Inde sont souvent accusés d’être les principaux pollueurs au charbon. Mais si l’on tient compte de la population, la Corée du Sud et l’Australie étaient encore les plus gros pollueurs en 2022 », a expliqué Dave Jones, responsable chez Ember.

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les centrales électriques au charbon qui ne déploient pas de technologie permettant le captage du carbone doivent réduire leurs émissions de 70 à 90% d’ici 2031.

Cependant, de nombreux pays du G20 n’ont pas encore dévoilé de stratégie pour réduire leurs émissions liées au charbon, selon Ember. « L’essor de l’énergie éolienne et solaire contribue à réduire les émissions de charbon par habitant dans de nombreux pays, mais ce n’est pas encore suffisant pour répondre à la demande croissante en électricité dans la plupart des pays émergents », ont expliqué les rapporteurs.

En vue du prochain sommet du G20, les 8 et 9 septembre à New Delhi, le groupe de réflexion dédié au climat et à l’énergie Ember a appelé les pays membres du G20 à s’accorder sur un plan pour tripler l’utilisation d’énergies renouvelables d’ici à 2030, et réduire progressivement la production d’électricité à partir du charbon.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Messages

  • On peut peut être calculée avec plus ou moins de précision la pollution par personne causée par l’utilisation du charbon , mais comment calculer l’impact sur la pollution de la planète des incendies de forêts qui brûlent chaque année des centaines de millions d’ha de forêt qui vont prendre des années pour se regénérer. Est ce qu’il existe une organisation internationale pour gérer les feux de forêts qui ont des conséquences internationales et qui exigent des moyens internationaux pour les éteindre rapidement ?
    Ce qui s’est passé à Hawai , au Canada et en Grèce cette année devrait nous interpeller tous .
    Lorsque des millions d’ha brûlent c’est la planète entière qui en supporte les conséquences , car les grands incendies peuvent influer sur le climat , et il faut que tout le monde soit mobilisé pour les éteindre . Les grandes forets équatoriales qui constituent les poumons de la planète doivent être absolument protégées , même chose pour les grandes forêts située en bordure du pôle Nord.


Facebook Twitter Linkedin Google plus