Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Développement > Changement climatique

Le littoral de La Réunion toujours plus vulnérable à la force de l’océan

Alerte vigilance vagues submersion : vagues de 9 mètres attendues dans l’Ouest et le Sud

mardi 19 septembre 2023, par Manuel Marchal


Des vagues pouvant atteindre 9 mètres sont susceptibles de toucher le littoral Ouest et Sud de La Réunion aujourd’hui 19 septembre 2023, entre Le Port et Saint-Philippe. La montée du niveau de la mer est une conséquence de la crise climatique provoquée par le capitalisme. Elle va rendre toujours plus vulnérables les maisons construites sur le littoral. Plus le niveau des océans sera élevé, plus forte sera la puissance des vagues.


Ce mardi 19 septembre, les côtes de l’Ouest et du Sud de La Réunion seront concernées par une forte houle. La moyenne de la hauteur des vagues pourrait dépasser 4 mètres, voire 4,50 mètres lors du pic du phénomène selon Météo France. Mais « les vagues les plus hautes sont susceptibles d’atteindre jusqu’à 2 fois les hauteurs spécifiées dans ce bulletin », soit 9 mètres de haut.
Les autorités concernées ont pris les mesures nécessaires pour interdire les activités nautiques et l’accès au littoral. Mais il n’en demeure pas moins que toutes les maisons et les équipements construits à proximité de la mer peuvent s’attendre à subir des dégâts.

Une conséquence du capitalisme

Avec le changement climatique, le niveau de la mer monte. Cela signifie que la hauteur de vagues lors des épisodes de houle suivent la même tendance. Sans le capitalisme, les vagues qui vont toucher aujourd’hui La Réunion aurait pu être moins hautes et donc potentiellement faire moins de dégâts. Il est important de ne pas oublier que la crise climatique n’est pas le résultat d’une somme de mauvaises petites actions, elle est le résultat d’une orientation politique : le choix du capitalisme comme système économique dominant.
Il n’échappe en effet à personne que la date de référence pour la température moyenne retenue dans les traités internationaux n’est pas aujourd’hui mais 1850. 1850 correspond au début de la domination du capitalisme en Occident, avec à la clé le début de la consommation massive des énergies fossiles comme le charbon, puis le pétrole.

Le niveau de la mer continuera de monter

Tant que l’objectif du système économique dominant sera la quête du profit d’une classe dominante au mépris de l’environnement et de la majorité de l’humanité, il est illusoire de croire que la crise climatique s’atténuera. La montée actuelle du niveau de la mer est le résultat de la pollution de l’atmosphère depuis plusieurs décennies. Son niveau continuera à s’élever dans les décennies et sans doute siècles suivants compte tenu de la dynamique enclenchée.
Ceci rappelle une évidence : ne plus construire d’équipements importants et de logements dans la zone littorale. Si la hauteur d’un mètre peut sembler faible, il ne suffira pas de dresser un mur correspondant à cette hauteur pour se protéger. Le volume global des océans va continuer à augmenter et donc la force des vagues. C’est bien tout un aménagement qui est à revoir.

Littoral = vulnérable

De nombreuses maisons ont été construites près de la mer ces dernières années. Elles seront donc en première ligne lors de cet épisode de forte houle. Se pose la question de leur durabilité avec la montée du niveau de la mer, l’accroissement de la force et de la hauteur des vagues.
Au moment de ces constructions, la crise climatique n’était pas suffisamment connue ou négligée. Elle est aujourd’hui une réalité.
La montée du niveau de la mer va donc imposer des remises en cause. Le passage d’un train de ce train de houle permettra d’en avoir une première idée.

M.M.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Messages

  • Bonjour, je suis réunionnais, pour moi rien n’a changé ces dernières années.
    Chaque année les fréquences des ondes restent stables......
    Beaucoup de gens ont des souvenirs, ceux qui y croient les ont oubliés.


Facebook Twitter Linkedin Google plus