Changement climatique

Le PCR propose un fonds vert pour financer le développement durable

Transition écologique

Manuel Marchal / 3 mai 2019

Le passage de Kenneth aux Comores et au Mozambique rappelle les effets dévastateurs du changement climatique dans notre région. La Réunion est concernée.

JPEG - 63.6 ko
Photo Comores Infos

Après le passage de Kenneth aux Comores et au Mozambique, la solidarité s’organise tant au niveau international avec l’ONU qu’à La Réunion avec les associations. Le PCR réitère la demande à Région, Département, et aux communes d’agir.
Maurice Gironcel rappelle qu’après le cyclone Joahina qui a frappé Rodrigues le 26 mars dernier, une motion a été votée à l’unanimité et en urgence par le Conseil départemental. Ce texte était présenté le 27 mars 2019 par Maurice Gironcel et Michèle Caniguy. Il contenait notamment la « demande que soit élaboré dans les priorités de la conférence territoriale élargie un plan d’adaptation au changement climatique pour La Réunion ».
« Cela dénote une prise de conscience qui s’élargit », salue Maurice Gironcel.
Concernant les dégâts de Kenneth au Mozambique, l’île Ibo a été détruite à 90 %, c’est une catastrophe environnementale et économique. La Réunion n’est pas à l’abri.

Progrès de la prise de conscience

Pour faire avancer cette prise de conscience, le secrétaire général du PCR revient sur le travail de Paul Vergès. Ce fut notamment une loi adoptée à l’unanimité en 2001 qui créa l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique, que Paul Vergès présida jusqu’à son décès. Le 3 juin 2014, il fit un projet de résolution signé par des sénateurs de différents groupes, pour un co-développement durable et solidaire dans l’Océan Indien avec trois points : la mer et les océans, l’énergie, la transition démographique.
Maurice Gironcel insiste sur l’importance de se mobiliser et de sensibiliser les Réunionnais à cette préoccupation. « Si le climat était une banque, on l’aurait déjà sauvé ». Et de rappeler qu’en 2008, 2000 milliards d’argent public ont été trouvés pour des banques privées.
Or, force est de constater les difficultés de l’ONU pour trouver les millions nécessaires pour venir en aide aux victimes d’Idai.
« Nous sommes face à une urgence climatique, planétaire. Nous devons modifier nos habitudes pour garantir l’avenir, le climat a déjà changé ».
Si la saison cyclonique a pris fin dans notre région, dans le Nord c’est le début. Le cyclone Fanny menace l’Inde avec des vents de plus de 200 km/h. Les prises de position et les actions à travers le monde se multiplient. Le succès de la 2e édition de la marche réunionnaise pour le climat avec plus de 1000 participants témoigne de cette prise de conscience.

« Jardiner nos forêts »

Le responsable communiste évoque également le Sommet de Paris sur la biodiversité. Il a travaillé sur la première évaluation mondiale des écosystèmes depuis près de 15 ans. Le constat est alarmant. A La Réunion, l’ONF tire la sonnette d’alarme. La proposition d’un service public dans l’environnement prend tout son sens, « pour jardiner nos forêts ». « Ce sont des milliers d’emplois qui ne sont pas délocalisables ».
Le secrétaire général du PCR parle aussi de la « possibilité de développer une filière bois, une filière biomasse, avec la fin annoncée du charbon et du fioul comme matière première des centrales thermiques électriques ». De plus, « la filière biomasse permet de lutter contre les espèces invasives ».
Maurice Gironcel évoque aussi la « souveraineté alimentaire, pour une coopération gagnant-gagnant pour une agriculture diversifiée, avec la filière canne comme pivot ».
« D’où la proposition d’un fonds vert régional pour mener à bien cette politique, abondé notamment par la globalisation des crédits européens », conclut le secrétaire général du PCR.

M.M.