Changement climatique

« Les communistes doivent contribuer à cette prise de conscience planétaire »

3 questions à Élie Hoarau

Témoignages.re / 5 mars 2018

JPEG - 30.9 ko
Elie Hoarau, président du PCR.

Comment la protection de l’environnement et le changement climatique se sont-ils intégrés dans l’idéologie d’un parti communiste ?

Élie Hoarau : Le communiste considère que chaque être humain a droit à la vie dans le respect de sa dignité. Cette idéologie communiste préconise l’avènement d’une société d’égalité, de justice, de fraternité sans exploitation de l’un par l’autre, où chacun apportera selon ses moyens et recevra selon ses besoins. Cela suppose que la Terre reste vivable. Or, la vie sur terre est menacée ; en grande partie à cause des activités humaines irresponsables et du mode actuel de développement et de consommation. Par exemple l’exploitation et l’utilisation massives des énergies fossiles accélère le réchauffement climatique avec les conséquences dramatiques que l’on connait, tant sur le plan humain que sur le plan environnemental. Il est donc impératif de remettre en cause ce mode de développement porté par le capitalisme néo-libéral. Il est urgent d’agir dans ce sens sans quoi la vie s’éteindra peu à peu sur la Terre. Telle est la tâche prioritaire du militant et de la militante communistes aujourd’hui. Sans oublier les combats quotidiens pour améliorer le sort des humains.

Pourquoi Témoignages a-t-il participé à la COP15 à Copenhague ?

Élie Hoarau : Depuis le Sommet de la Terre à Rio en 1992, l’ONU organise régulièrement des rencontres mondiales sur le climat appelées COP. En 2009 s’est tenue à Copenhague la 15e rencontre sur le climat (la COP15). A cette rencontre des décisions importantes ont été prises (fixation d’objectifs pour limiter les émissions des gaz à effet de serre qui réchauffent le climat, aides aux pays en développement leur permettant d’atteindre ces objectifs…). Les élus communistes réunionnais de l’époque se sont fait un devoir d’être présents à cette COP, où se discute l’avenir du monde. En toute logique le journal du Parti, « Témoignages », les a accompagnés. D’autant plus que « Témoignages » ne cesse de relater tous les jours les effets du réchauffement climatique et d’alerter inlassablement l’opinion sur ces sujets.

Comment le communisme peut-il contribuer à une nouvelle civilisation ?

Élie Hoarau : Le communiste doit faire partager au plus grand nombre sa conviction de la gravité de la situation. La vie sur la terre est menacée. Pas seulement à cause de l’utilisation des énergies fossiles mais aussi à cause d’une agriculture industrielle chimique qui pollue l’air, l’eau le sol, etc. Tout cela fait que la bio-diversité disparait à une vitesse alarmante. Or, ces forêts, ces abeilles, ces poissons tous ces animaux et végétaux qui disparaissent sont nécessaires à la vie. Il faut stopper cet effondrement de la bio-diversité. C’est tout le mode de production et de consommation actuel qui est en cause. Il faut œuvrer pour une nouvelle façon de vivre, pour une nouvelle société. Des alternatives existent et elles sont créatrices d’emplois (énergies renouvelables propres, agriculture bio, permaculture, pêche raisonnée, transports en commun généralisés et non polluants…). Voilà ce que peut être la base d’une nouvelle société, avec la fin de l’exploitation des richesses de la terre et des peuples et la fin du modèle de « consommation-gaspillage ». Bien sûr tout doit être fait selon un plan pour permettre les reconversions nécessaires notamment de celles et ceux qui gagnent leur vie du mode actuel, car dans la nouvelle société personne ne doit rester au bord du chemin.
Une prise de conscience des peuples sur ces questions obligera les gouvernants d’avoir enfin une volonté politique d’agir dans ce sens. Les communistes doivent contribuer à cette prise de conscience planétaire et être ainsi les artisans de cette nouvelle société. Car les communistes savent que lorsque les peuples s’emparent d’une idée, cette idée se réalise.