Changement climatique

Madagascar : le PAM renforce son assistance pendant la période de soudure

Lutte contre une des conséquences du changement climatique : la faim

Témoignages.re / 27 décembre 2019

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a annoncé qu’il prévoit d’apporter une assistance alimentaire et nutritionnelle à 230.000 personnes souffrant d’insécurité alimentaire dans les régions du sud de Madagascar, fréquemment frappées par la sécheresse.

JPEG - 87.1 ko
Des femmes à Amjampaly, Madagascar, collectent des denrées ainsi que de la nourriture prête à consommer. (Photo PAM/David Orr)

« Les efforts coordonnés des différents acteurs ont contribué à éviter une dégradation de la situation alimentaire et nutritionnelle des familles les plus désœuvrées dans les régions du sud », a souligné Moumini Ouedraogo, le Représentant du PAM à Madagascar. « Cependant les dernières évaluations indiquent que certains districts, comme Ampanihy, ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence, du fait d’une sècheresse prolongée qui a affecté les dernières récoltes ».
Selon le PAM, le pic de la soudure (de décembre 2019 à Janvier 2020) coïncide également avec la période culturale. L’assistance de l’agence onusienne va permettre aux ménages de se concentrer sur leurs activités agricoles.

La distribution de rations alimentaires, qui comprennent du riz, de l’huile végétale et du Supercereal (une bouillie fortifiée riche en nutriments) ou d’argent en espèces devrait être relayée par des activités de relèvement précoce telles que la réhabilitations ou création de biens communautaires indispensables dans la préparation aux urgences et de réduction des risques et de catastrophe (reboisement, protection des bassins versants, pistes rurales …), ainsi que des formations en techniques agricoles.

L’assistance alimentaire et nutritionnelle du PAM est possible grâce à une étroite collaboration avec ses partenaires, dont le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes de Madagascar (BNGRC), l’Office national de nutrition (ONN), le Ministère de la population, de la protection sociale et de la promotion de la femme, avec le soutien des donateurs tels que l’Allemagne, la Corée du Sud, les Etats-Unis (USAID), la France, le Japon, la Principauté de Monaco et l’Union Européenne (ECHO).

Urgence au Lesotho à cause du climat

Par ailleurs, toujours dans notre région, l’ONU a lancé depuis le 20 décembre un appel aux dons pour le Lesotho. 34 millions de dollars sont nécessaires pour venir en aide à plus de 260.000 personnes touchées par la sécheresse.
Cet appel vise à fournir de la nourriture, une aide financière, de l’eau potable pour les établissements de santé et les écoles ainsi que des campagnes de vaccination pour prévenir les épidémies ou la propagation des maladies. Les fonds sollicités doivent également permettre d’aider le Lesotho à mieux préparer la prochaine saison de plantation ainsi que de soigner les enfants malnutris, les femmes enceintes et les personnes séropositives.

« Au total, un demi-million de personnes - plus d’un quart de la population du Lesotho, un petit pays enclavé - sont confrontées à une grave insécurité alimentaire en raison d’une grave sécheresse qui a frappé le pays au moment même où la population approche du pic de la période de soudure », a déclaré, Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), lors d’un point de presse à Genève.

La saison des semis en début d’année au Lesotho a été presque ruinée par l’arrivée tardive des pluies et les températures extrêmement chaudes qui ont entraîné de très mauvaises récoltes. Dans l’ensemble, la production céréalière a diminué de plus de 60% par rapport à 2018. Le 30 octobre, le gouvernement a déclaré une catastrophe nationale et a publié un plan d’intervention et de résilience à la sécheresse.