Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Développement > Changement climatique

Malawi et Zambie : mobilisation des élèves pour un calendrier adapté au climat

Pas de chauffage dans les salles de classe en plein cœur de l’hiver

mercredi 10 août 2022


Le Malawi et la Zambie sont parmi les pays les plus vulnérables au changement climatique, le plein impact de la crise climatique se faisant déjà sentir sous la forme d’événements météorologiques extrêmes. Les enfants du Malawi et de la Zambie demandent à leurs gouvernements de modifier le calendrier scolaire et de fermer pendant les mois d’hiver de juin et juillet, le changement climatique entraînant des températures plus froides, empêchant les élèves de se concentrer et sautant les cours, a déclaré hier Save the Children.


Parlement africain des enfants du mois dernier en Zambie (photo Save the Children)

Les écoles ferment actuellement pour l’hiver au Malawi et en Zambie entre la mi-août et septembre car de nombreuses salles de classe n’ont pas de chauffage. Cependant, les changements climatiques ont fait que les hivers se refroidissent et les enfants veulent que les vacances soient avancées afin qu’ils puissent rester à la maison où ils ont une meilleure chance de se réchauffer.

Les températures moyennes en juin et juillet dans les deux pays oscillent entre 9 °C et 23 °C. Bien qu’elles ne soient pas considérées comme glaciales dans de nombreuses régions du monde, les pays d’Afrique australe ne sont pas habitués à de telles températures, et les maisons et les écoles ne sont pas construites avec un chauffage ou une isolation adéquats. Alors que les données climatiques hivernales sur la Zambie et le Malawi sont rares, dans toute l’Afrique australe, il y a eu une augmentation de la fréquence des événements de froid extrême induits par des changements dans les modèles climatiques régionaux, tels que le nombre de fronts froids qui se déplacent sur l’Afrique du Sud.

Depuis le début de l’hiver en juin, les enfants des pays d’Afrique australe se plaignent des journées extrêmement froides qui nuisent à leur vie et les empêchent de jouir de leur droit à l’éducation.
Faith, 13 ans, militante des droits de l’enfant au Malawi, est passionnée par le changement climatique et son impact sur les enfants. Elle a dit à Save the Children qu’elle avait remarqué un changement dans les conditions météorologiques au cours des dernières années.
« Le froid était là, mais ce n’était pas comme celui que nous vivons actuellement. Il faisait froid, bien sûr, mais parfois le soleil pouvait être au rendez-vous. Mais ce froid que nous subissons… c’est difficile à supporter ». « C’est une période froide, bien sûr, mais le froid est au-delà du supportable car il atteint la mesure où les enfants ne vont pas à l’école. Je suis dans un internat. Il arrive qu’on doive se baigner à l’eau froide. C’est trop difficile pour nous, alors nous sautons des cours de temps en temps »
Lors du premier Parlement africain des enfants du mois dernier en Zambie, Faith a appelé son gouvernement et d’autres gouvernements africains à réviser le calendrier scolaire afin que les enfants aient des vacances d’hiver en juin et juillet. Son message a été accueilli par une salve d’applaudissements par les autres enfants, ce qui pourrait créer un précédent pour d’autres nations du continent.

Jo Musonda, directeur national de Save the Children en Zambie, a déclaré :
« Les conditions climatiques extrêmes dont les saisons froides sont devenues régulières pour l’Afrique australe et une source de préoccupation pour les familles et les enfants. Save the Children est aux côtés des enfants dans leur quête pour que le calendrier scolaire soit révisé et nous répondrons à cet appel et l’inclurons dans notre plaidoyer et notre dialogue en cours avec le ministère de l’Éducation et espérons obtenir des résultats positifs pour les enfants. »

Le directeur national de Save the Children au Malawi, Kim Koch, a déclaré :
« Nous savons que le changement climatique affecte d’abord et surtout les enfants et les empêche de jouir de leurs droits fondamentaux, y compris le droit à l’éducation. Alors que le nombre de catastrophes liées au climat a triplé au cours des 30 dernières années, les chocs climatiques fréquents et récurrents — tels que les inondations et les cyclones — mettent à plusieurs reprises la vie et les rêves des enfants, notre génération future, en grand danger. »


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus