Changement climatique

Manifeste de la jeunesse pour le climat

Les marches et les grèves de jeunes pour le climat se multiplient dans le monde

Témoignages.re / 16 février 2019

Hier à 14 heures devait avoir lieu un rassemblement devant le ministère de la Transition écologique. C’est une initiative des auteurs du Manifeste de la jeunesse pour le climat. Ce texte émane des réflexions du groupe de travail dédié à la rédaction de l’ultimatum, créé à la suite de l’assemblée générale inter-fac rassemblée vendredi 8 février 2019 et comportant des étudiant.e.s et lycéen.ne.s de divers établissements de la région parisienne. Cette AG a été organisée par plusieurs associations étudiantes parisiennes écolos en vue de lancer le mouvement de grève pour l’environnement de la jeunesse reconduite chaque vendredi à partir du 15 février. Voici des extraits de ce texte :

JPEG - 104.4 ko
Manifestation de jeunes solidaires de victimes du changement climatique : les habitants des îles.

« Nous, la jeunesse, sommes né.e.s dans un modèle de société mondialisé responsable de la catastrophe environnementale et sociale actuelle, et c’est notre futur qui se dérobe sous nos yeux.
Heureusement, quelque chose se passe aujourd’hui. Une colère verte gronde sur fond de désordres écologiques toujours plus visibles. La démission de Nicolas Hulot, les impressionnants chiffres de participation aux marches pour le climat, l’État français porté en justice pour « inaction climatique » par plus de deux millions de ses citoyen.ne.s, tandis que les gens affirment qu’« On est prêt » et qu’« Il est encore temps » : les événements récents confirment que le mouvement écologiste prend de l’ampleur.
La jeunesse se mobilise elle aussi : ces dernières semaines, les grèves scolaires pour le climat en Suède, en Australie, en Allemagne, en Suisse, aux Pays-Bas et en Belgique en témoignent. De plus, en France, le mouvement des Gilets jaunes revendique un système social plus juste, et a permis d’engager un nouveau rapport de force. Tous ces mouvements montrent l’urgence d’une transformation globale où questions sociale et écologique fusionnent pour devenir le projet du XXIe siècle : celui d’un mode de vie et d’un modèle de société viables à terme, incompatibles à tous les niveaux avec le capitalisme, qui ne sera jamais "vert".
La jeune suédoise Greta Thunberg appelle à la Grève mondiale de la jeunesse pour le climat le 15 mars prochain. Nous, la jeunesse, consciente de l’urgence climatique, allons commencer sans attendre la mobilisation à Paris suivant le principe du mouvement mondial Fridays for future (Les vendredis pour l’avenir), en reconduisant la grève tous les vendredis à partir du 15 février.

Nous entrerons en résistance, car face à l’inaction politique la seule solution est la désobéissance civile

A ceux qui s’appliquent à détruire ce monde et prétendent faire preuve de « pédagogie », nous entendons donner une leçon : chaque vendredi, nous présenterons une revendication impérative afin d’éviter le désastre écologique. Vous, dirigeants et dirigeantes aurez des devoirs à faire, et nous donnerons une semaine à l’État pour mettre en place notre proposition. Si ces devoirs ne sont pas rendus avant le vendredi suivant, vous serez sanctionnés : nous entrerons en résistance, car face à l’inaction politique la seule solution est la désobéissance civile. Soyez prêt.e.s pour l’examen du 15 mars. En parallèle, nous présenterons des alternatives citoyennes allant dans le sens de ces propositions et les mettrons en pratique.
Chaque vendredi, nous nous réunirons donc en assemblées locales le matin, avant de nous rejoindre pour une action commune l’après-midi. Soyons le plus nombreu.se.x possible afin de montrer aux dirigeant.e.s que nous n’acceptons plus ce système destructeur de l’environnement. Portons collectivement ce combat jusqu’à ce que cesse l’inaction politique face au dérèglement climatique.
Chaque samedi, nous vous invitons à rejoindre les Gilets jaunes dans leurs manifestations contre ce système qui ravage l’environnement. Vendredi vert, samedi jaune...

Nous sommes tou.te.s concerné.e.s par cette mobilisation : nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend !

Pour ce vendredi 15 février, nous proposons au gouvernement de réviser les bases avec une première leçon.
Le dérèglement climatique ainsi que les bouleversements sociaux et environnementaux auxquels nous nous confrontons nécessitent une considération systémique et ne peuvent se réduire au périmètre du ministère de la Transition écologique et solidaire. C’est pourquoi nous appelons le gouvernement français à prendre ses responsabilités et à déclarer l’état d’urgence écologique et sociale afin de débloquer un plan interministériel à la hauteur des risques encourus. (...)
Nous appelons le gouvernement à débloquer des moyens exceptionnels et contraignants pour s’engager dans la voie d’une réduction annuelle de 4 % d’émissions de gaz à effet de serre afin s’aligner sur l’Accord de Paris et de lutter contre le dérèglement climatique et ses conséquences sur notre monde.
Si le gouvernement persiste dans son manque de volonté et maintient ses notes aussi proches de 0, un conseil de discipline sera organisé pour envisager une réorientation.
Face à la catastrophe, cet enseignement est celui de notre futur, l’échec n’est donc pas une option. Nous saurons vous le rappeler incessamment.
Nous donnons rendez-vous à tous les grévistes, ce vendredi 15 février à 14 heures, devant le ministère de la Transition écologique et solidaire pour le premier rendu des copies. »



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Bravo pour cette initiative, hélas, je ne pense pas que sur l’île de la Réunion, ce mercredi 13 Mars, les jeunes soient mobilisés. Et c’est bien dommage. Déjà, lors des mouvements de grève contre la réforme de la loi travail, qui pourtant les concerne, quasiment personne parmi les futurs travailleurs n’est venu rejoindre les rangs des manifestants. On pense aux apprentis des CFA, futurs lauréats des Bac Pro, BTS et DUT, Licence Pro, ingénieurs péi... On aurait aimé les voir en tête, majoritaires, suivis des actifs puis des retraités que nous sommes, en fin de cortège. Osons rêver tous ces citoyens qui entonneront l’Internationale à la Préfecture.... Idem pour les 1° Mai,c’est comme finalement si les jeunes étaient soit pas concernés, non informés (alors qu’ils sont abreuvés d’info à longeur de connexion)ou encore trop individualistes, pire, résignés... ? L’initiative de cette lycéenne suédoise Gréta est un signal d’alerte, un de plus après ceux d’autres personnalités, hélas transformés en coup d’épée dans l’eau. Protection, soucis de l’avenir, lutte contre le réchauffement avec le développement des transports collectifs propres, voire même gratuits (celaexiste dans plus de 20 communes déjà en France, c’est donc possible quand on veut vraiment), vive le retour du train, l’arrivée des vélibs ici, l’autonomie énergétique avec tout ce que le département-région offre de local, d’inépuisable et gratuit comme la géothermie, le vent, le soleil, la biomasse aussi et pour finir, le développement des circuits courts, du bio, de la vente en vrac pour lutter contre les emballages, les sur emballages qui ne font que poursuivre le saccage organisé sans conscience.
    Voir sur " www.franceinter.fr " l’émission "CO2 mon amour de ce samedi 16.2.19 qui avait comme sujet : " des paysans et des territoires" on est en plein dedans, même à 10 000 km de Paris qui va organiser,comme à chaque année, ce mois-ci encore, le salon de l’Agriculture hélas trop encore "conventionnelle", soit, pour les non initiés, " chimique" pour le plus grands plaisir de ceux qui ne pensent qu’au profit au lieu de la santé, de la Vie. Arhur.

    Article
    Un message, un commentaire ?