Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Développement > Changement climatique

Ministres ou représentants débattent de la crise mondiale du plastique

Lutte contre la pollution plastique

lundi 29 mai 2023


Les ministres ou représentants d’une soixantaine de pays débattent des solutions à la crise mondiale du plastique, un sommet organisé par la France afin de donner de l’élan aux délicates négociations sur un futur traité mondial qui reprennent lundi à Paris.


"Le plastique est dans la nature et maintenant il est dans nos poumons, donc il est plus que temps d’arrêter cet envahissement, d’abord en stoppant la croissance de la production de plastique", a déclaré la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna avant le lancement des débats.

Il faut notamment "éliminer le plastique à usage unique (...) c’est 40% de la production mondiale qui est franchement inutile", a-t-elle ajouté.

Les discussions ont porté sur "la production, la consommation et l’utilisation durable des plastiques pour parvenir à une économie circulaire". Par la suite, ils ont débattu sur la "gestion rationnelle des déchets plastiques" et la prévention de leur rejet dans l’environnement.

Cependant, "il faut qu’on fasse attention à ce que la question du recyclage ne remplace pas le débat sur la réduction de la production de plastiques", a ajouté le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu.

Actuellement, les deux-tiers de la production mondiale de plastique partent au rebut après une seule ou quelques utilisations, et moins de 10% des déchets plastiques sont recyclés. Or la production annuelle a plus que doublé en 20 ans pour atteindre 460 millions de tonnes (Mt), elle pourrait encore tripler d’ici 2060 si rien n’est fait.

"Si on augmente nos taux de recyclage, mais qu’en parallèle on augmente notre production, on aura reculé dans la résolution du problème. Donc, premièrement on réduit, deuxièmement on majore la part de recyclage", a ajouté le ministre.

Ce dernier s’est basé sur l’objectif de "réduction de l’usage et de la production" mis en avant par les pays les plus ambitieux (une coalition de 55 pays conduits par le Rwanda et la Norvège, comprenant l’Union européenne, le Canada, le Chili et, depuis vendredi, le Japon et le Gabon). Cet objectif ambitieux est également souhaité par les ONG et les scientifiques.

Cependant d’autres nations, du côté de l’Asie (Chine et Inde notamment) ou des États-Unis, sont plus réticentes, car ils veulent des mesures pour privilégier le recyclage et lutter contre les déchets abandonnés dans la nature.

"Les données les plus probantes montrent que la réduction de la production sera essentielle pour résoudre le problème", a expliqué Richard Thompson, membre de la Coalition des scientifiques pour un traité plastique performant. La part minime du recyclage s’explique aussi car "peu de produits ont été conçus en vue d’une économie circulaire", a-t-il expliqué, rappelant la nécessité de "redessiner la conception des matériaux".

L’an dernier à Nairobi (Kenya), 175 pays ont trouvé un accord de principe pour mettre fin à la pollution plastique dans le monde avec l’ambition d’élaborer d’ici fin 2024 un traité juridiquement contraignant sous l’égide des Nations unies.

Après de première négociations techniques fin 2022 en Uruguay, Paris a accueillit du 22 au 26 mai la deuxième session sur les cinq prévues. Ces cinq jours de discussions ont permit d’établir les principales orientations, voire une première ébauche de texte. L’enjeu est de taille car le plastique, issu de la pétrochimie, est absolument partout, des emballages, fibres de vêtements, au matériel de construction et outils médicaux.

Des déchets plastiques de toutes tailles se retrouvent au fond des océans, dans la banquise, l’estomac des oiseaux et des baleines, et même au sommet des montagnes. De plus, des microplastiques ont été détectés dans le sang, le lait maternel ou encore le placenta. Une situation de plus en plus alarmante.

Le plastique joue un rôle dans le réchauffement climatique car il représentait 1,8 milliard de tonnes de gaz à effet de serre en 2019, 3,4% des émissions mondiales. Ce chiffre pourrait plus que doubler d’ici 2060 selon l’OCDE. En avril au Japon, le G7 s’est fixé comme objectif de réduire à zéro les rejets plastiques dans l’environnement d’ici 2040.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus