Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Développement > Changement climatique

Où le changement climatique est-il le plus apparent ?

Rapport du Groupe de travail I au sixième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat -3-

vendredi 19 août 2022


Les signes du changement climatique sont sans équivoque à l’échelle mondiale et sont de plus en plus apparents à des échelles spatiales plus petites. Les hautes latitudes septentrionales présentent la plus forte augmentation de température, avec des effets évidents sur la banquise et les glaciers. Le réchauffement dans les régions tropicales est également moins apparent parce que les variations naturelles de température d’une année à l’autre y sont faibles. Des changements à long terme d’autres variables telles que les précipitations et certains extrêmes météorologiques et climatiques sont également devenus apparents dans de nombreuses régions.


On a remarqué pour la première fois que les terres émergées de la planète se réchauffaient dans les années 1930. Bien que l’augmentation des concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone (CO2) ait été suggérée dans le cadre de l’explication, il n’était pas certain à l’époque si le réchauffement observé faisait partie d’une tendance à long terme ou fluctuation naturelle : le réchauffement climatique n’était pas encore apparent. Mais la planète a continué à se réchauffer et, dans les années 1980, les changements de température étaient devenus évidents ou, en d’autres termes, le signal était apparu.

Imaginez que vous surveilliez les températures au même endroit depuis 150 ans. Qu’auriez-vous vécu ? Quand le réchauffement serait-il devenu perceptible dans vos données ? Les réponses à ces questions dépendent de l’endroit où vous vous trouvez sur la planète.

Les observations et les simulations de modèles climatiques démontrent toutes deux que les tendances de réchauffement à long terme les plus importantes se situent dans les hautes latitudes septentrionales et que les tendances de réchauffement terrestres les plus faibles se situent dans les régions tropicales. Cependant, les variations de température d’une année à l’autre sont les plus faibles sous les tropiques, ce qui signifie que les changements y sont également apparents, par rapport à la gamme des expériences passées.

Les changements de température ont également tendance à être plus apparents sur les terres que sur l’océan et sont souvent plus apparents dans les régions qui sont plus vulnérables au changement climatique. On s’attend à ce que les changements futurs continuent de montrer les signaux les plus importants aux hautes latitudes septentrionales, mais avec le réchauffement le plus apparent sous les tropiques. Les tropiques sont également ceux qui bénéficieront le plus de l’atténuation du changement climatique dans ce contexte, car la limitation du réchauffement climatique limitera également l’ampleur des changements climatiques par rapport à l’expérience passée.

Des changements dans d’autres variables climatiques sont également apparus à des échelles spatiales plus petites. Par exemple, les changements dans les précipitations moyennes deviennent clairs dans certaines régions, mais pas dans d’autres, principalement parce que les variations naturelles des précipitations d’une année à l’autre ont tendance à être importantes par rapport à l’ampleur des tendances à long terme.

Cependant, les précipitations extrêmes deviennent plus intenses dans de nombreuses régions, augmentant potentiellement les impacts des inondations à l’intérieur des terres. Le niveau de la mer monte également clairement sur de nombreuses côtes, augmentant les impacts des inondations causées par les ondes de tempête côtières, même sans aucune augmentation du nombre de tempêtes atteignant la terre. Une diminution de la quantité de banquise arctique est apparente, à la fois dans la zone couverte et dans son épaisseur, avec des implications pour les écosystèmes polaires.

Lorsque l’on considère les impacts liés au climat, ce n’est pas nécessairement l’ampleur du changement qui est le plus important. Au lieu de cela, il peut s’agir du taux de changement ou de l’ampleur du changement par rapport aux variations naturelles du climat auxquelles les écosystèmes et la société sont adaptés. Au fur et à mesure que le climat s’éloigne des expériences passées et entre dans un état sans précédent, les impacts peuvent devenir plus importants, ainsi que le défi de s’y adapter.

Quand la tendance à long terme devient distincte des variations naturelles à court terme dépend de l’aspect du climat considéré (par exemple, la température, les précipitations, la glace de mer ou le niveau de la mer), la région considérée, le taux de changement, ainsi que l’ampleur et le moment de variations naturelles. Lors de l’évaluation des impacts locaux du changement climatique, l’ampleur du changement et l’amplitude des variations naturelles sont importantes.

Source : GIEC


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus