Changement climatique

Pierre Larrouturou : intégrer le changement climatique dans la réforme de l’Union européenne

Conférence demain à 17 heures 30 à l’Université de La Réunion à Saint-Denis, campus du Moufia

Manuel Marchal / 5 mars 2018

Arrivé samedi à La Réunion, Pierre Larrouturou tiendra sa conférence « Crise climatique, crise financière : quelle solution » mardi à 17 heures 30 à l’Université. Ce report de 24 heures s’explique par la fermeture aujourd’hui des établissements scolaires et universitaires, en raison de l’approche du cyclone Dumazile. Les conditions climatiques ont également amené le report au 11 mars de la Marche pour le climat qui devait se tenir hier à Sainte-Suzanne. La séance de dédicace du livre « Pour éviter le chaos climatique et financier » s’est déroulée à l’heure prévue, samedi à la Médiathèque Aimé Césaire, avec une forte participation pour ce genre d’événement.

JPEG - 63.9 ko
Laurent Blériot (Université de La Réunion), Josette Ogire (CINOR), Pierre Larrouturou et Maurice Gironcel (président du SIDELEC) lors de l’arrivée à l’aéroport samedi du co-auteur du livre « Pour éviter le chaos climatique et financier ».

Pierre Larrouturou est arrivé samedi à La Réunion. Il a été accueilli à l’aéroport par Maurice Gironcel, président du SIDELEC, Laurent Blériot, réprésentant l’Université de La Réunion et Josette Ogire, élue de la CINOR. Ce sont trois des partenaires qui se sont mobilisés pour la venue dans notre île du co-auteur, avec Jean Jouzel, du livre « Pour éviter le chaos climatique et financier ».

Il s’est ensuite rendu à Sainte-Suzanne pour rencontrer le secrétariat du PCR. Cette rencontre a permis d’échanger sur les objectifs du collectif Climat 2020 et sur les actions menées par le PCR dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Pierre Larrouturou a souligné qu’en Europe, un rassemblement est en train de se constituer pour que l’Union européenne consacre à cette tâche les moyens nécessaires. L’économiste rappelle que la création monétaire depuis la crise de 2008 s’est élevée à 2.500 milliards d’euros, cela sans aucun contrôle citoyen. Plus de 80 % de cette somme est allée à la spéculation, et moins de 20 % à l’économie réelle. Climat 2020 constate également qu’au cours de ces 40 dernières années, le taux moyen de l’impôt sur les bénéfices des sociétés en Europe a été divisé par deux, pour tomber à 20 %. Durant la même période, il est resté à 35 % aux États-Unis. Même avec la baisse d’impôt très importante décidée par Donald Trump, il restera au-dessus du taux moyen européen.

Ceci souligne qu’il est possible de créer dans l’Union européenne un impôt de 5 % sur les bénéfices, destiné à financer les actions qui auront pour but de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en Europe d’ici 2050. Ceci suppose d’agir vite.

Dynamique de rassemblement

Climat 2020 compte se saisir du calendrier institutionnel pour imposer la question climatique. En effet, l’Union européenne doit travailler à un nouveau traité à la suite du départ de la Grande-Bretagne. Cette institution supranationale joue sa survie, car elle ne cesse de perdre son attractivité en raison de l’éloignement des citoyens des décisions.

L’Union européenne doit se réformer. Un Conseil européen le 18 octobre aura donc cette question à l’ordre du jour.

Un peu plus d’un mois plus tard se tiendra en Pologne, État membre de l’Union européenne, la COP24, conférence internationale des Nations-Unies sur le changement climatique.

Dans la perspective de ce rendez-vous, Climat 2020 œuvre à créer un rassemblement pour arriver à changer la donne. Autour de la table se retrouvent des personnes ayant des tendances politiques diverses. Des personnes ayant des visions économiques et sociales bien différentes arrivent à mettre leurs divergences de côté pour travailler ensemble sur une question essentielle. Pierre Larrouturou donne l’exemple des syndicats, d’organisations patronales, de mouvements citoyens.

JPEG - 61.4 ko
Dédicaces de Pierre Larrouturou samedi à la médiathèque Aimé Césaire de Sainte-Suzanne.

Progressistes

Afin de peser sur le Conseil européen et la COP24, ils oeuvrent à proposer pour le mois de septembre un projet de traité européen. Ils souhaitent que ces propositions puissent être intégrées dans l’évolution institutionnelle de l’Union européenne.

Si les responsables de l’UE font la sourde oreille, alors Climat 2020 a l’intention de placer la question du climat au coeur de la campagne électorale des élections européennes.

Pierre Larrouturou salue ce rassemblement en construction. Il note qu’un mouvement populaire est en train de se construire dans lequel tous les progressistes peuvent se retrouver. Compte tenu de l’échéance affichée pour diminuer par quatre les émissions de gaz à effet de serre, Climat 2020 souligne qu’il reste moins de trois ans pour que l’Union européenne s’engage à appliquer les orientations nécessaires.

C’est un combat qui converge avec celui mené de longue date à La Réunion, une lutte dans laquelle est impliquée le PCR.

M.M.