Changement climatique

Pour le gouvernement c’est 3,3 sur 10

Avis de la convention citoyenne pour le climat sur la loi climat résilience

David Gauvin / 4 mars 2021

Les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat se sont retrouvés ce week-end en visioconférence pour évaluer les réponses apportées par le gouvernement à leurs propositions. Le projet de loi climat autant que l’attitude déloyale du Président de la République ont été décriés. Les citoyens ont administré un véritable camouflet au gouvernement.

JPEG - 57.1 ko

Après la note sévère rendue par la Convention citoyenne, le gouvernement s’applique à promouvoir sa loi Climat. Dimanche 28 février 2021, les 150 citoyens ont attribué la note de 3,3/10 à Emmanuel Macron, un verdict cinglant qui n’a rien d’étonnant. Il s’inscrit dans la continuité des multiples avis d’experts et institutions qui affirment depuis le début de l’année que le projet de loi Climat n’est pas à la hauteur. Pour l’instant, le texte ne permettra pas de réduire de moins de 40 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

Ce week-end, au moment où les conventionnels faisaient part de leur colère et de leur sentiment de trahison, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, signait avec Pascal Canfin une tribune dans les Échos, où elle assurait que « oui, la France est leader de la bataille pour le climat en Europe ». « Les faits sont les faits », précisait-elle avant de vanter « le caractère pionnier » du gouvernement et de la loi Climat.

Malgré le vote implacable des citoyens, la ministre de la Transition écologique a déclaré, lundi 1er mars, devant la commission spéciale de l’Assemblée nationale, « avoir repris l’esprit de tout ce que voulaient les membres de la Convention citoyenne ». Il n’y a, selon elle, « aucune baisse d’ambition ».

Lundi 1er mars au matin, sur les plateaux et les radios, des membres de la Macronie étaient invités à défendre le bilan du chef de l’État. Dans l’émission Bonjour chez vous, sur Public Sénat, le député et délégué général de La République en marche (LREM), Stanislas Guerini, a ainsi estimé que « ce quinquennat sera le plus vert de l’histoire : nous avons fait beaucoup et nous allons continuer à changer le quotidien des Français avec cette loi qui traduira un grand nombre des propositions des citoyens »

Cette déferlante ne masquera pas la pauvreté des engagements que s’apprête à prendre la France.
Mais pendant ce temps nous attendons toujours la stratégie de la Région et du Département. Les accords de Paris s’imposent aussi aux collectivité, charge à eux de proposer une stratégie de lutte contre le changement climatique dans la limite de leur compétence. Mais ceux la sont toujours plus préoccupés à se demander par quel miracle il pourraient être réélus.
Il sera temps au mois de juin de tourner la page à l’inaction climatique, car le climat ne nous attendra pas longtemps.

David GAUVIN