Changement climatique

Pratiques agricoles face au climat pour aider les petits exploitants en Afrique

Mozambique

Témoignages.re / 31 octobre 2017

La hausse des températures, l’évolution des précipitations et la fréquence accrue des phénomènes météorologiques extrêmes devraient ralentir les progrès en matière de productivité des systèmes de culture et d’élevage et améliorer la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne, selon un rapport annuel sur les tendances et perspectives 2016. (ATOR).

JPEG - 78.5 ko
Sécheresse au Mozambique. (Photos : Leopoldino Jeronimo / Kepa)

L’ATOR a été lancé mercredi par le ReSAKSS, un programme régional facilité par l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), lors de l’ouverture officielle de la conférence annuelle ReSAKSS 2017, organisée par l’IFPRI en partenariat avec la Commission de l’Union africaine.

La conférence, intitulée « Un secteur agricole prospère dans un climat changeant : atteindre les objectifs de la Déclaration de Malabo grâce à une agriculture intelligente face au climat », a promu, examiné et dialogué sur le programme de mise en œuvre du Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA) parmi les décideurs politiques, les partenaires au développement, les chercheurs, les groupes de plaidoyer, les organisations paysannes, le secteur privé et d’autres acteurs clés d’Afrique et d’ailleurs.

Les faits montrent que le changement climatique risque de constituer une menace majeure non seulement pour l’agriculture africaine, mais aussi pour atteindre les objectifs de la Déclaration de Malabo, en particulier l’élimination de la faim d’ici 2025.

Le dernier rapport décrit comment l’Agriculture intelligente face au climat (CSA) peut aider à relever les défis liés aux moyens de subsistance, à la sécurité alimentaire et au changement climatique.

Outre le partenariat avec le secteur privé, les politiques et programmes de CSA performants devront tenir compte des interrelations entre les sexes, les changements climatiques, l’agriculture et la nutrition lors de la conception des politiques et programmes de CSA », a déclaré Josefa Sacko, Commissaire à l’économie rurale et à l’agriculture de la Commission de l’Union africaine (CUA).

« Au fil des ans, le monde a connu une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes qui menacent de ralentir les progrès vers une productivité agricole accrue et la réduction de la faim et de la malnutrition, en particulier chez les petits agriculteurs africains », a déclaré Shenggen Fan, directeur général de l’Institut International de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI). « Cela appelle de toute urgence pour un cadre intégré pour faire face à cette menace multiforme. Je suis convaincu que la CSA, avec son approche multidisciplinaire, offre un outil intégré pour relever les défis de la satisfaction des futures demandes de sécurité alimentaire et nutritionnelle dans un climat changeant ».