Changement climatique

Protéger les Réunionnais des effets du changement climatique

Continuer un des combats menés par Paul Vergès

Manuel Marchal / 17 mars 2018

Hier pendant plusieurs heures, la circulation était impossible de Saint-Denis à La Possession sur la route du littoral en raison de la forte houle. Cela provoqua d’importants embouteillages à Saint-Denis rendant les déplacements des Dionysiens très difficiles. Avec la montée du niveau de la mer, la fréquence de ce type d’événement ne pourra qu’augmenter, à cause de l’absence d’un ouvrage adapté au changement climatique pour assurer la liaison entre le Nord et l’Ouest de La Réunion.

JPEG - 21.5 ko

Hier, de 11 heures à 18 heures, la route du littoral a été fermée dans le sens Saint-Denis/La Possession. Le seul moyen pour se rendre dans l’Ouest était alors la route de la Montagne, un itinéraire qui n’est pas calibré pour accueillir un tel trafic. La raison de cette fermeture était la forte houle. Les conséquences ont été importantes à Saint-Denis. En effet, toutes les personnes qui étaient venues le matin étaient prises au piège de l’embouteillage. Soit elles étaient condamnées à faire plusieurs heures de routes pour sortir de Saint-Denis et ensuite rejoindre La Possession par la route de la Montagne, soit elles attendaient que la route du littoral soit de nouveau ouverte.

Un tel événement a eu un important impact pour les Dionysiens. Car c’est à l’heure où le trafic sortant de Saint-Denis vers l’Ouest est le plus important que le seul chemin était la route de la Montagne. Or, les axes menant au début de la route de la Montagne était encombré de milliers de véhicules roulant pare-choc contre pare-choc.

La mer monte

La cause de la fermeture des voies côté mer est un événement climatique lié à la géographie de La Réunion. La forte houle est un phénomène courant, lorsqu’une dépression tropicale se situe à quelques centaines de kilomètres de La Réunion.

La route du littoral se situe à 8 mètres du niveau de la mer. Cette hauteur ne suffit pas à mettre les usagers à l’abri de vagues qui peuvent charrier des galets. Un problème de sécurité se pose alors en raison des vagues et des projections de matériaux.

Or, en raison du changement climatique, le niveau de la mer monte. Cela aura pour conséquence une fréquence plus importante de la fermeture de la chaussée côté mer de la route du littoral à cause de la houle.

Apparemment, cette menace est faite pour durer. En effet, le manque de matériaux nécessaire à la construction d’une digue entre La Possession et la Grande Chaloupe rendu du coup très hypothétique la livraison. Ce qui a amené la Région à inclure dans ses réflexions la possibilité de l’ouverture d’une demi-route en mer dans quelques années, le reste de l’itinéraire étant renvoyé aux calendes grecques.

Un combat de Paul Vergès

Le succès des événements autour de la venue de Pierre Larrouturou a montré que la lutte contre le changement climatique est une cause qui rassemble. Lors des obsèques de Paul Vergès le 15 novembre 2016, Elie Hoarau avait prononce un discours dans lequel il affirmait qu’une des tâches des communistes était de poursuivre les combats menés par le dirigeant disparu.

Le consensus qui s’est établi autour de la nécessité de s’unir pour faire face aux effets du changement climatique, est un exemple de la poursuite de ce combat. Il s’est exprimé à l’occasion d’une conférence à l’Université initialement prévue le jour de l’anniversaire de la naissance de Paul Vergès. Le fondateur du PCR était aussi celui de l’ONERC, Observatoire national sur les effets du changement climatique. En effet l’ONERC avait été créé à la suite de l’adoption à l’unanimité et en termes identiques de la proposition de loi faisant de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité nationale.

L’urgence d’agir

L’ONERC a notamment « pour missions principales de collecter et diffuser les informations sur les risques liés au réchauffement climatique, formuler des recommandations sur les mesures d’adaptation à envisager pour limiter les impacts du changement climatique », est-il rappelé sur son site. L’élargissement du rassemblement à la lutte pour l’adaptation au changement climatique est un autre combat à mener pour continuer les batailles menées par Paul Vergès. Là aussi, l’urgence prime et un large rassemblement permettra de lancer au plus vite les chantiers nécessaires pour protéger la population des effets du changement climatique. Plusieurs de ces chantiers ont été rappelés par la Section PCR de Saint-Pierre : endiguement des ravines, éradication des radiers, construction de retenues collinaires pour lutter contre la sécheresse. Ailleurs dans l’île, la réalisation d’infrastructures adaptées au changement climatique s’impose, comme aurait dû l’être le tram-train, aujourd’hui vivement regretté par les Réunionnais qui assistent au fiasco de la route en mer.

M.M.