Changement climatique

Somalie : 1 million de réfugiés à cause de la sécheresse et le conflit

Changement climatique

Témoignages.re / 31 octobre 2017

Plus de 1 million de personnes en Somalie ont été forcées à abandonner leurs domiciles cette année, à la recherche de nourriture et d’eau, en raison principalement de la sécheresse, a indiqué ce mercredi, une agence humanitaire internationale.

JPEG - 79 ko
Photo IRIN

« Nous sommes préoccupés par le niveau inquiétant de la crise. En moyenne, on estime á 3500 environ, le nombre de personnes qui ont fui leurs maisons chaque jour au cours de cette année, à la recherche d’eau et de nourriture pour survivre », a indiqué le directeur régional du Conseil norvégien en charge des réfugiés (NRC), Gabriella Waaijman.

« Nous assistons présentement à un exode massif de populations originaires des zones rurales, ce qui n’avait pas été vu depuis la famine des années 2011-2012 qui avait causé la mort de 260.000 personnes ».

Le Conseil norvégien pour les réfugiés a déclaré dans un communiqué publié ce mercredi, que les zones arides dans les communautés rurales en Somalie se sont transformées en villes - fantôme, en raison des mauvaises récoltes, des morts enregistrées au niveau du bétail et de la fuite des familles en grand nombre après que les réserves alimentaires furent épuisées.

Rien qu’au mois de septembre, quelque 49.000 personnes auraient fui leurs domiciles. La plupart ont migré dans des camps surpeuplés situés dans les zones urbaines où les Somaliens racontent et partagent mutuellement leurs mésaventures et leurs chances de survie.

« J’ai été victime de la sécheresse qui avait ravagé mon village et la région entière du bas Shabelle », a déclaré Asha Ali Hussein. Elle avait fui, il y a 8 mois, son village de Kontuwarey avec ses quatre enfants, en direction de Mogadiscio ».

« J’ai abandonné mon travail d’agriculteur sur une superficie d’un hectare en raison du manque d’eau. Les fleuves se sont asséchés ; il n’y avait nulle part la moindre goutte d’eau. Nous avons creusé la terre à la recherche d’eaux souterraines, mais nous n’avions rien trouvé. Tous les points d’eau ont disparu ».

Selon le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), la sécheresse a empiré au cours de cette année 2017. La moitié de la population, soit environ 6,2 millions de personnes, est en besoin d’assistance humanitaire, et parmi ces derniéres, 3,1 millions sont en situation de crise. Avec les familles qui se déplacent à la recherche de nourriture, 388.000 enfants âgés de moins de 5 ans sont ainsi en situation de malnutrition aiguë.

Mme Asha, victime de la sécheresse, qui l’a forcée à quitter son domicile, aurait reçu du soutien financier du Conseil norvégien pour les réfugiés au cours des quatre derniers mois, y compris la somme de 81 dollars américains pour le compte de ce mois, pour acheter de la nourriture, de l’eau, pour payer les soins de santé et les frais de scolarité de ses enfants âgés de 4 à 10 ans. Ces dons ont été financés par l’agence humanitaire de l’Union européenne dans le cadre du programme de l’Union intitulé « l’alliance Cash » destiné aux Somaliens affectés par la sécheresse. Au total, 400.000 personnes ont, par ailleurs, bénéficié de ce programme à travers le pays.

« Nous devons continuer cette réponse urgente pour prévenir l’apparition d’une autre famine en Somalie. Les bailleurs ont ainsi offert des contributions significatives en direction de cette urgence humanitaire, mais davantage de fonds sont requis. Les prévisions pour la prochaine saison des pluies sont défavorables. La lenteur des contributions risque de pousser les gens à bout, par conséquent, les soutiens continus sont nécessaires », a averti M. Waiijman.

Alors que la sécheresse est la principale cause de déplacement en Somalie pour cette année, d’autres causes incluent l’insécurité et les inondations.