Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Développement > Changement climatique

Un rapport australien tire la sonnette d’alarme sur le changement climatique

vendredi 25 novembre 2022


La hausse des températures entraîne une dégradation générale de l’environnement en Australie et aggrave les catastrophes naturelles, ont déploré des scientifiques australiens dans un rapport gouvernemental publié le 23 novembre.


Le changement climatique entraîne également une lente fonte au niveau des régions alpines de l’immense île-continent, déjà fragiles, tout en contribuant à une acidification des océans et à une élévation du niveau de la mer, selon le rapport sur l’état du climat.

Le climatologue Ian Lowe a qualifié ce rapport de "signal d’alarme" effrayant pour l’Australie, car la croissance économique du pays dépend en grande partie des exportations de gaz et de charbon.

"L’ampleur des changements démontre que l’assainissement de notre consommation d’énergie est une priorité urgente", a expliqué le chercheur, ajoutant que "nous devons également réduire nos exportations de charbon et de gaz".

Ce rapport est le résultat d’une coopération entre les services météorologiques du gouvernement et l’agence scientifique nationale. Les rapporteurs estiment que le climat de l’Australie s’est réchauffé en moyenne de 1,47 degré Celsius depuis le début des relevés en 1910.

La ministre de l’Environnement, Tanya Plibersek, a déclaré que "pour notre environnement, pour nos communautés, ce rapport renforce la nécessité d’une action climatique en urgence".

D’autant plus que ces dernière années, l’Australie a connu une série de phénomènes météorologiques extrêmes liés à la hausse des températures mondiales. Début novembre, certaines régions situées en Nouvelle-Galles du Sud ont connu des inondations soudaines ayant emporté des bâtiments entiers dans des villes rurales.

De plus, des dizaines de milliers d’habitants de Sydney ont reçu en juillet l’ordre d’évacuer à la suite d’inondations en périphérie. Quatre mois plus tôt, le littoral de la côte orientale a été frappé par de violentes tempêtes accompagnées de pluies torrentielles, ayant fait plus de 20 morts.

Les exemples ne manquent pas, ainsi en 2019 et 2020, des feux de forêt dévastateurs ont ravagé durant plusieurs mois la côte du sud-est du pays. De son côté, la Grande Barrière de Corail subit depuis 2016 un "blanchiment" dû au réchauffement de la température de la mer. "Ces changements se produisent à un rythme accru", ont constaté les rapporteurs.

Les experts attestent que la dernière décennie a été marquée par des records extrêmes en terme de températures qui ont conduit à des catastrophes naturelles ayant exacerbées par le changement climatique anthropique causé par l’homme.

Le Premier ministre Anthony Albanese a annoncé que son pays ce portait candidat pour accueillir le sommet de la COP en 2026, cherchant ainsi à redorer l’image de l’Australie, qui est en retard en matière de changement climatique.

Le gouvernement de centre-gauche du leader travailliste, s’est fixé comme objectif zéro émission nette d’ici 2050, mais de nombreuses voix se sont élevées pour qu’il en fasse davantage et agisse rapidement.

Andrew King, climatologue à l’Université de Melbourne, a indiqué que "les conséquences de notre utilisation continue des combustibles fossiles sont claires en Australie comme ailleurs. Nous devons agir rapidement pour décarboniser notre économie afin de limiter les dégâts supplémentaires causés par l’aggravation des événements extrêmes."

De son côté, Ailie Gallant, du Centre d’excellence australien sur les changements climatiques extrêmes, a assuré que la détérioration du climat du pays "se poursuivrait sans une réduction profonde et agressive des émissions de carbone".


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus