Changement climatique

Venue de Pierre Larrouturou : déclarations des partenaires du SIDELEC

Le co-auteur de « Pour éviter le chaos climatique et financier » à La Réunion

Témoignages.re / 23 février 2018

JPEG - 61.3 ko

François L’Hermet, vice-doyen de la Fac de droit et d’économie de l’Université de La Réunion rappelle que « depuis quelques années, nous proposons un master de développement durable afin que de jeunes Réunionnais puissent être des acteurs de cette transition énergétique. Notre objectif est d’insérer nos jeunes dans ce type de manifestation pour qu’ils puissent être acteurs ».

Jean-Claude Carpanin Marimoutou, Université de La Réunion.
Pour la Faculté des lettres et de sciences humaines, la conférence est importante. Tout d’abord sur le plan de la formation. Ensuite, pour le développement d’une conscience critique en phase avec les grands enjeux contemporains. Une telle conférence a pour but de mettre à portée d’un maximum de personnes les résultats des recherches.
Jean-Claude Carpanin Marimoutou rappelle que Jean Jouzel était venu à La Réunion pour tenir une conférence organisée par la MCUR à la Région. Et il souligne que ce 5 mars correspond à l’anniversaire de Paul Vergès, ancien président de l’ONERC.

Laurent Blériot, dirigeant de Bioalgostral et intervenant en master de développement durable rappelle que « 5 extinctions de masse ont déjà eu lieu sur la planète Terre. C’est aujourd’hui la 6e extinction, et pour la première fois, elle est liée à un habitant de la planète ».
Il constate que « sur une île, nous sommes les premiers concernés par ce changement climatique. On a jamais pensé à faire inscrire le climat comme patrimoine de l’UNESCO, or il n’a pas de frontière. Il est temps qu’il y ait une prise de conscience de l’État. Il relève que « Pour éviter le chaos climatique et financier » « est un exemple de travail en commun de mondes qui ne se côtoyaient pas. Un économiste et un climatologue présentent des solutions. 1.000 milliards d’euros injectés dans le système financier sans contrepartie en 2008. Pour sauver la planète, il faudrait mettre sur la table 1.000 milliards de dollars.

Aline Murin Hoarau (Région) explique que la Région contribue à promouvoir des actions pour le respect de l’environnement.

Yvette Ducheman (Département) souligne l’implication de sa collectivité dans la manifestation et revient sur son expérience personnelle : faire son maximum pour aider les générations futures.

Gérald Maillot, président de la CINOR, salue l’exemple de Sainte-Suzanne en matière de production d’électricité à partir des énergies renouvelables.

Jean-Claude Yepke, Club des entrepreneurs, souligne que le changement climatique est intérieur à nous, chaque entreprise qui disparaît a un impact sur l’environnement, car les contraintes augmentent sur le territoire.