Education-Formation

69 millions de postes d’enseignants à pourvoir dans les pays en voie de développement

Perspectives de l’OIT pour les 15 prochaines années

Témoignages.re / 7 octobre 2016

La Journée mondiale des enseignants était hier l’occasion de revenir sur les besoins considérables de formateurs dans les pays en développement. Pour les Réunionnais, c’est une opportunité d’emplois qui se dessine avec la croissance de la population de Madagascar. Sous la présidence de Paul Vergès, la Région Réunion avait lancé un plan de coopération dans ce domaine, avec des premiers éclaireurs. Si une politique visant à renforcer la francophonie dans notre région est mise en œuvre, alors les jeunes Réunionnais diplômés qui sont privés de travail dans notre île peuvent envisager un avenir à Madagascar, 800 kilomètres de La Réunion, plutôt que de s’exiler en Europe à 10.000 kilomètres de leur île.

JPEG - 96.8 ko
Photo Toniox

« Aujourd’hui, les écoles, les parents et les élèves du monde entier célèbrent la Journée mondiale des enseignants. A cette occasion, notre message est clair. Rien ne peut remplacer un bon enseignant – ni la technologie, ni les tablettes ni les programmes d’enseignement. Chacun d’entre nous se souvient de ces enseignants qui ont changé nos vies, qui ont fait naître des vocations ou encore nous ont ouvert l’esprit. Aujourd’hui – plus que jamais – le monde a besoin d’un plus grand nombre d’enseignants, mieux formés et mieux mis en valeur.

Il y a cinquante ans, 75 pays adoptaient une norme internationale sur une profession confrontée à de nombreux défis, lors d’une conférence organisée par l’Organisation internationale du Travail (OIT) et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Elever le niveau de formation

La Recommandation OIT/UNESCO concernant la condition du personnel enseignant définit les droits et responsabilités des enseignants et exige une formation, des salaires et un appui adéquats. Elle rappelle aussi l’importance d’impliquer les enseignants et leurs organisations dans la définition de leurs conditions de travail et de la politique éducative en général. Le monde – et, avec elle, l’éducation – ont connu de profonds bouleversements depuis 1966. Cependant, le contenu de cette Recommandation n’a pas pris une ride.

Les enseignants sont des acteurs du changement placés en première ligne, ils servent de modèles et ont l’influence la plus forte sur le succès des élèves. Cependant, ils doivent souvent affronter des conditions de travail difficiles. Dans de nombreux pays en développement, les salaires demeurent trop bas pour attirer et retenir de bons enseignants. Même dans les pays développés, selon une étude récente de l’OCDE, les enseignants du primaire et du collège gagnent respectivement 78 et 80 pour cent de moins que des travailleurs possédant un niveau de formation similaire.

Conséquence de la hausse de la population

Entre 2015 et 2030, la demande en enseignants dans les pays à revenus faibles ou dans la tranche inférieure des revenus intermédiaires devrait augmenter de 60 pour cent, passant de 22 millions à 37 millions. Nous estimons que près de 69 millions d’enseignants devront être recrutés afin de permettre à toutes et à tous d’avoir accès à l’éducation. Voilà une raison évidente de rendre cette profession attractive.

Selon le Rapport 2016 de l’UNESCO de suivi mondial sur l’éducation, plus de la moitié des enseignants de préprimaire ainsi qu’un quart de ceux des écoles secondaires ont un niveau de formation insuffisant. Nous devons donc améliorer la formation des enseignants ainsi que les niveaux de qualification requis afin de faire face à la demande, et soutenir les enseignants qui exercent leur métier dans les régions les plus reculées ou encore dans des situations de crises et de conflits. »

Source OIT