Education-Formation

Coronavirus : Les enfants des pays les plus pauvres ont perdu près de quatre mois de scolarité

Selon un rapport de l’UNESCO, d’UNICEF et de la Banque mondiale

Témoignages.re / 30 octobre 2020

Les écoliers des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur ont déjà perdu près de quatre mois de scolarité depuis le début de la pandémie, contre six semaines dans les pays à revenu élevé, selon un nouveau rapport publié hier par l’UNESCO, l’UNICEF et la Banque mondiale.

JPEG - 42.1 ko

Un nouveau rapport examine les réponses de l’éducation nationale à la COVID-19, notamment les pertes d’apprentissage, le soutien à l’apprentissage à distance pour les élèves, les parents et les enseignants, les plans de réouverture des écoles, les protocoles de santé et le financement.

« Nous n’avons pas besoin de regarder bien loin pour voir les ravages que la pandémie a causés sur l’apprentissage des enfants dans le monde entier. Dans les pays à revenu faible et moyen inférieur, cette dévastation est amplifiée car l’accès limité à l’enseignement à distance, les risques accrus de coupes budgétaires et le retard des plans de réouverture ont contrecarré toute chance de retour à la normale pour les écoliers », a déclaré Robert Jenkins, responsable de l’éducation à UNICEF. « Il est essentiel de donner la priorité à la réouverture des écoles et à la mise en place de classes de rattrapage indispensables. »

Le rapport compile les résultats d’enquêtes sur les réponses de l’éducation nationale à la COVID-19 menées dans près de 150 pays entre juin et octobre. Les écoliers des pays à faible et moyen revenu étaient les moins susceptibles d’accéder à l’enseignement à distance, les moins susceptibles de faire l’objet d’un suivi de leur perte d’apprentissage, les plus susceptibles de connaître des retards dans la réouverture de leurs écoles et les plus susceptibles de fréquenter des écoles dont les ressources sont insuffisantes pour assurer la sécurité des opérations, selon le rapport.

De grandes inégalités

· Alors que plus des deux tiers des pays ont rouvert totalement ou partiellement leurs écoles, un sur quatre n’a pas respecté la date de réouverture prévue ou n’a pas encore fixé de date de réouverture, la plupart étant des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur.
· Seul 1 pays à faible revenu sur 5 a déclaré que les jours d’apprentissage à distance comptent comme jours de classe officiels, reconnaissant ainsi le faible impact des mesures d’apprentissage à distance, comparé aux trois quarts des pays dans le monde.
· Sur les 79 pays qui ont répondu aux questions relatives au financement, près de 40 % des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur ont déjà connu ou prévoient une diminution du budget de l’éducation de leur pays pour l’année fiscale en cours ou la prochaine.
· Si la plupart des pays ont indiqué que l’apprentissage des élèves est suivi par les enseignants, un quart des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur ne suivent pas l’apprentissage des enfants.
· La moitié des personnes interrogées dans les pays à faible revenu ont déclaré ne pas disposer de fonds suffisants pour les mesures de sécurité, telles que les installations de lavage des mains, les mesures de distanciation sociale et les équipements de protection pour les élèves et les enseignants, contre 5 % des pays à revenu élevé.
· Environ 2 pays à faible revenu sur 3 introduisaient des mesures pour soutenir l’accès ou l’inclusion des personnes menacées d’exclusion.
· Plus de 90 % des répondants à revenu élevé et moyen supérieur ont exigé des enseignants qu’ils continuent à enseigner pendant les fermetures d’écoles, contre moins de 40 % des répondants des pays à faible revenu.

« Nous devons tous rendre des comptes »

« La pandémie va combler le déficit de financement de l’éducation dans les pays à faible et moyen revenu. En faisant les bons choix d’investissement maintenant, plutôt qu’en attendant, ce fossé pourrait être considérablement réduit », a déclaré Stefania Giannini, sous-directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation. « Lors de la réunion mondiale sur l’éducation convoquée par l’UNESCO avec le Ghana, la Norvège et le Royaume-Uni, le 22 octobre, une quinzaine de chefs d’État et de gouvernement, près de 70 ministres de l’éducation et des partenaires du développement se sont engagés à protéger le financement de l’éducation et à agir pour rouvrir les écoles en toute sécurité, soutenir tous les enseignants en tant que travailleurs de première ligne et réduire la fracture numérique. Nous devons tous rendre des comptes. »

Parmi les autres conclusions, on peut citer :
· Presque tous les pays ont inclus l’apprentissage à distance dans leur réponse en matière d’éducation, sous la forme de plateformes en ligne, de programmes de télévision et de radio et de paquets à emporter chez soi.
· 9 pays sur 10 ont facilité l’accès à l’apprentissage en ligne, le plus souvent par le biais de téléphones portables ou en offrant un accès à Internet subventionné ou gratuit, mais la couverture de cet accès était extrêmement variée.
· 6 pays sur 10 ont fourni du matériel pour aider à guider les parents dans l’apprentissage à domicile, tandis que 4 pays sur 10 ont fourni des conseils psychosociaux aux enfants et aux personnes s’occupant d’eux pendant les fermetures d’écoles. Ces efforts étaient plus fréquents dans les pays à revenu élevé et dans les environnements où les ressources étaient déjà disponibles.