37e assemblée de l’Union africaine

L’Union africaine prend des mesures pour relever les défis de l’éducation en Afrique

19 février

La réalisation de l’Aspiration 1 de l’Agenda 2063 pour « Une Afrique prospère basée sur une croissance inclusive et un développement durable » nécessite que l’Afrique investisse considérablement dans l’éducation dans le but de développer le capital humain et social à travers une révolution de l’éducation et des compétences mettant l’accent sur l’innovation, la science et la technologie.

Même avec une augmentation substantielle du nombre d’enfants africains ayant accès à l’éducation de base, un grand nombre d’entre eux ne sont toujours pas scolarisés. Cette réalité est préoccupante.
L’UA, à travers sa Stratégie continentale d’éducation pour l’Afrique (CESA), s’efforce d’élargir l’accès non seulement à une éducation de qualité, mais également à une éducation adaptée aux besoins du continent, étant donné que la population du continent augmente rapidement. Le CESA vise à réorienter les systèmes d’éducation et de formation africains afin qu’ils répondent aux connaissances, aux compétences, aux aptitudes, à l’innovation et à la créativité nécessaires pour nourrir les valeurs fondamentales de l’Afrique et promouvoir le développement durable aux niveaux national, sous-régional et continental.

Les principaux objectifs du CESA sont les suivants : 

Revitaliser la profession enseignante pour garantir la qualité et la pertinence à tous les niveaux.
Élargir l’accès à une éducation de qualité en construisant, en réhabilitant et en préservant les infrastructures éducatives et en élaborant des politiques garantissant un environnement d’apprentissage permanent, sain et propice dans tous les sous-secteurs.
Exploiter la capacité des TIC pour améliorer l’accès, la qualité et la gestion des systèmes d’éducation et de formation.
Assurer l’acquisition des connaissances et des compétences requises ainsi que l’amélioration des taux d’achèvement à tous les niveaux et groupes grâce à des processus d’harmonisation à tous les niveaux pour l’intégration nationale et régionale.
Accélérer les processus menant à la parité et à l’équité entre les sexes.
Lancer des campagnes d’alphabétisation globales et efficaces sur tout le continent pour éradiquer l’analphabétisme.
Renforcer les programmes de sciences et de mathématiques et diffuser les connaissances scientifiques et la culture scientifique dans la société africaine.
Développer les opportunités d’EFTP aux niveaux secondaire et supérieur et renforcer les liens entre le monde du travail et les systèmes d’éducation et de formation.
Revitaliser et développer l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation pour relever les défis continentaux et promouvoir la compétitivité mondiale.
Promouvoir l’éducation à la paix ainsi que la prévention et la résolution des conflits à tous les niveaux d’éducation et pour tous les groupes d’âge.
Renforcer et renforcer les capacités de collecte, de gestion, d’analyse et de communication des données et améliorer la gestion du système éducatif ainsi que l’outil statistique, grâce au renforcement des capacités de collecte, de gestion, d’analyse, de communication et d’utilisation des données.
Mettre en place une coalition de tous les acteurs de l’éducation pour faciliter et soutenir les initiatives découlant de la mise en œuvre du CESA.

80 % de taux de scolarisation dans le primaire

Il convient de rappeler qu’à l’aube de l’indépendance, les nouveaux dirigeants africains n’ont pas tardé à accorder la priorité à l’éducation dans leurs programmes de développement, alors que les gouvernements commençaient à construire des écoles et à affecter des enseignants, même dans les coins les plus reculés du continent.
Les enfants ont commencé à remplir les salles de classe et l’éducation de base était en cours. Assurer l’éducation primaire universelle, affirment les États membres de l’OUA, aiderait l’Afrique après l’indépendance à se sortir de la pauvreté abjecte. Par conséquent, selon une déclaration de l’UNESCO, chargée de coordonner la coopération internationale dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la culture et de la communication, le taux de scolarisation primaire en Afrique est supérieur à 80 % en moyenne, le continent enregistrant l’une des plus fortes augmentations de scolarisation primaire au monde. Au cours des dernières décennies, plus d’enfants en Afrique que jamais vont à l’école.


Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?