Education-Formation

Une infime minorité instrumentalisée pour imposer un calendrier scolaire inadapté à La Réunion

Plus de 200.000 élèves obligés de travailler sous la canicule

Manuel Marchal / 5 novembre 2019

Un dossier publié par La1ere, sous le titre « Études supérieures : rester ou partir, l’épineux choix des jeunes d’Outre-mer », étudie les parcours de jeunes bacheliers. À peine un jeune bachelier Réunionnais sur 10 poursuit son cursus en France, soit à peine un millier. C’est ce millier sur une population scolaire de plus de 200.000 qui est la justification principale pour maintenir à La Réunion un calendrier scolaire qui s’oppose à la réussite des jeunes Réunionnais dans ce système éducatif.

JPEG - 61.6 ko
Les jeunes Réunionnais seront-ils condamnés à aller à l’école pendant les mois de canicule à cause d’un calendrier scolaire qui nie la réalité du climat de La Réunion ?

Pour expliquer le rapprochement du calendrier scolaire réunionnais de son homologue français, la poursuite des études est fréquemment mise en avant. La Réunion est en effet la seule Académie de l’Éducation nationale située dans l’hémisphère Sud. Si l’application d’un calendrier français dans les anciennes colonies de l’hémisphère Nord pose beaucoup moins de problèmes en raison de la concordance des saisons avec la France, à La Réunion les données sont bien différentes. En France, les saisons sont inversées par rapport à La Réunion. C’est pendant l’hiver septentrional que les élèves réunionnais doivent aller en cours, or c’est ici l’été, période la plus chaude de l’année.

Un dossier de La1ere, intitulé « Études supérieures : rester ou partir, l’épineux choix des jeunes d’Outre-mer », donne un coup de projecteur sur le nombre de bacheliers réunionnais poursuivant leurs études en France. Voici ce qui y est écrit :
« À La Réunion, en revanche, les étudiants sont peu mobiles en dehors de leur académie d’origine. À peine plus d’un sur dix quitte l’île Bourbon dans le but de poursuivre ses études. La Réunion dispose d’un grand pôle universitaire, si bien que les néo-bacheliers réunionnais sont les plus mobiles, mais au sein même de leur académie. » Cette proportion est précisée plus loin : 12,8 %.

Chaque année, le nombre de nouveaux bacheliers est d’environ 10 000. Ce qui voudrait donc dire que ce sont à peine un millier de personnes qui quittent La Réunion pour aller en France continuer leurs études.
C’est donc ce millier qui est utilisé par l’administration pour justifier un calendrier scolaire anti-climatique à plus de 200.000 élèves.
Sur la base d’une telle donnée, il est urgent de réfléchir au meilleur moyen d’aller vers l’intérêt général. Cela ne peut passer que par l’application à La Réunion d’un calendrier scolaire adapté aux contraintes climatiques de La Réunion, afin que ce calendrier puisse être un outil au service de la réussite des jeunes à l’école.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Le calendrier scolaire de la Réunion est surtout adapté aux enseignants originaires de métropole et d’une manière générale aux métropolitains qui viennent travailler à la Réunion avec leur famille avant d’être adapté au climat de l’île de la Réunion située dans l’hémisphère sud .

    La plupart des mouvements des métropolitains qui viennent travailler à la Réunion sont décidées à la fin de l’année scolaire vers le mois de juillet de manière à ce que leurs enfants puissent terminer leur année scolaire avant de suivre leur parents qui ont une affectation à la Réunion , mais aussi pour permettre à ces enfants de commencer leur année scolaire en même temps que leur camarade de métropole .

    Quant aux enseignants originaires de métropole ils sont bien contents de pouvoir prendre leur vacance en même temps que leurs collègue de métropole mais surtout de pouvoir rejoindre leur famille pendant les périodes de vacances .

    Ce ne sont donc pas les enseignants originaires de métropole ou les métropolitains qui trouvent du travail la Réunion qui vont faire grève pour avoir un calendrier scolaire adapté au climat tropical de l’hémisphère sud ; bien au contraire le calendrier actuel les arrangent .
    .
    Le calendrier scolaire que nous avons actuellement n’est sans doute pas parfait mais il a le mérite de tenir compte des intérêts de tout le monde ; : de ceux qui viennent de métropole mais aussi de ceux des réunionnais . Car il ne faut pas oublier que pendant que les enfants de métropole travaillent en Janvier ceux de la Réunion sont en vacances . Par ailleurs les enfants de métropole partent en vacances en fin d’année scolaire avant les enfants réunionnais . Et dans l’ensemble le nombre de jours de vacances des enfants réunionnais est sensiblement égal ceux des enfants de métropole .

    C’est vrai que les enfants de la Réunion sont quelquefois bloqués chez eux par les alertes cycloniques mais les enfant de métropole sont aussi bloqués chez eux en Hiver par les grands froids ou les tempête de neige qui empêchent toute circulation .

    Je ne pense pas que le calendrier scolaire soit fixé pour permettre aux jeunes réunionnais qui veulent continuer leurs études en France de pouvoir le faire sans problème . Il y a d’autres raisons qui peuvent être acceptables tant que tout le monde y trouve son compte et que les enfants réunionnais ne sont pas en situation d’infériorité par rapport aux enfants de métropole .

    En France les salles de classe sont chauffées et à la Réunion elles peuvent être climatisées . Il suffit donc de faire un effort pour rétablir l"équilibre si le climat tropical nous est défavorable . Mais je ne crois pas que ce soit vraiment le cas .Le taux de réussite scolaire des enfants de la réunion n’est pas si mauvais que cela et s’il est un peu plus bas que celui de métropole c’est probablement parce que plus de 40% de la population réunionnaise vit en dessous du seuil de pauvreté et que la pauvreté peut influer défavorablement sur le travail des enfants plus que le climat . On travaille mal quand on est mal logé, mal nourri et que l’environnement social et géographique est difficile mais on peut s’habituer à la chaleur et au froid et il faut bien l’admettre, il existe maintenant des moyens techniques qui nous permettent de lutter contre le froid ou la chaleur sans que cela coûte les yeux de la tête ..

    Je pense que nous devons être plutôt fiers d’avoir 10000 bacheliers par an malgré nos difficultés et malgré la pauvreté de la population, et s’il n’y a seulement que 10% d’entre eux qui peuvent aller en Métropole ou dans d’autres pays du monde pour continuer leurs études c’est sans doute parce que la situation économique et sociales ne permet pas aux autres de le faire de le faire . Le changement de calendrier scolaire ne changerait d’ailleurs rien à ce constat tant que plus de 40% de la population réunionnaise vivra au dessous de seuil de pauvreté . Les enfant de la réunion préfèrent en majorité entrer dans la vie active immédiatement après leur bac et essayer d’améliorer le sort de leur famille plutôt que de d’augmenter leur charges en poursuivant des études souvent coûteuses en France ou ailleurs et qui en définitive ne déboucheront que sur un emploi payé au SMIG ou sur une période de chômage pour une durée indéterminée .

    Si on veut que les enfants de la Réunion puissent poursuivre des études supérieures comme les enfant de métropole Il faudrait que les pouvoirs publics et les élus se mobilisent pour leur donner les moyens de le faire sans pour autant toucher au calendrier scolaire qui a mon avis n’est pas si mauvais que cela . compte tenu des différentes contraintes auxquelles il doit faire face .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Ne pas oublier les TOM qui sont présents, se développent aussi et qui font partie de l’hémisphère austral. Lesquels ? Tous sauf St Pierre et Miquelon (SPM), soit, la Nouvelle-Calédonie-Kanaky (NC), Wallis et Futuna (WF) et la Polynésie française (PF), Rien que ça. En NC, l’année scolaire débute en Février, et s’achève en Décembre, vers le 20, comme sur l’île de la Réunion. Les élèves passent leur examens en Novembre-Décembre, et participent aux demandes pour poursuivre les études en Métropôle ou l’étranger, Australie, Nouvelle-Zélande, Japon par exemple, en Mars, comme pour les métropolitains, alors que l’année scolaire démarre, c’est dont plusieurs mois qui sont "perdus", il est souvent alors employé pour trouver du travail pour augmenter son budget, se faire une petite expérience, toujours bienvenue, ou encore passer son permis de conduire, plus facile là bas, ou tout simplement, profiter de la vie, partir en vacance sur ce beau térritoire, ou pour finir, partir s’installer avec des mois d’avance, conclusion, on transforme en avantage, ce qui semblait un inconvénient. Pour les collègiens, lycées, qui partent en Décembre, souvent, ils se retrouvent, avec l’accord des parents en classe du niveau supérieur à celle qu’il viennent de terminer, ils enchaînent et souvent, à la rentrée métropolitaine suivante, ils refont la même année, en entier cette fois, c’est donc comme une nouvelle année avec 5 trimestres, pour eux. Est-ce que la Réunion copiera la NC ? Je sais que là bas, en 2011,il y avait eu un sondage dans lequel, une des propositions avait été, d’adopter le calendrier de la Réunion car territoires placés sur le même parallèle dont subissant le même climat. Résultat, les électeurs avaient préféré garder leur solution, même si elle a des inconvénients, les gens s’adaptent, tout simplement, Arhur.
    _____________________________________________________________________

    En NC,

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Il faut peut être dire également que sur les 88% des bacheliers qui ne vont pas continuer leurs études en Métropole ou ailleurs il y a beaucoup qui font des études supérieures courtes ou longues la Réunion pour préparer un concours pour entrer dans une grande école ;pour préparer un BTS ou pour préparer une licence ou un master ..

    L’ïle de la réunion a une une université qui permet à ceux qui veulent étudier sur place de le faire pour pratiquement toutes les filières . C’est vrai que pour certaines études notamment les études médicales et pharmaceutiques et les études d’architecture ,les étudiants doivent se rendre en Métropole après deux ou trois années de scolarité mais ils peuvent commencer leur cursus ici la Réunion lorsque le déplacement vers la métropole est plus onéreux ..

    L’université de la Réunion offre aux étudiants qui préfèrent rester dans leur île de bonnes conditions d’accueil et de travail et elle n’est pas la dernière dans le classement des universités de France .

    Enfin il faut aussi signaler que certains étudiants cumulent un emploi et leurs études, notamment les plus pauvres pour lesquels les aides et bourses de l’Etat ou des collectivités territoriales ne suffisent et dont les parents ne peuvent pas faire face au coût de leurs études ; et au lieu d’être la charge de leurs parents ce sont eux qui aident leurs parents dans le besoin tout en continuant leurs études supérieures ..

    Cette situation est de plus en plus difficile car les offres d’emploi cumulable avec des études sont rares mais les plus courageux arrivent encore à se débrouiller .Peut être que ceux qui partent en métropole ou ailleurs visent également cette situation de cumul peut être plus facile sur le territoire métropolitain ou l’étranger .

    En conclusion ;bien entendu il faut encourager les jeunes réunionnais qui veulent aller ailleurs pour continuer des études ou pour trouver du travail à le faire et je pense que le calendrier scolaire de la Réunion tel qu’il est appliqué actuellement peut les aider dans ce choix . Et par conséquent ceux qui restent la réunion devront s’adapter au climat mais ils pourront mieux réussir si les pouvoirs publics prennent mieux en compte les handicap climatiques et favorisent les formations par alternance qui permettent aux jeunes d’avoir en même temps un pied dans le milieu du travail et un petit revenu tout en continuant leurs études .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Pas mal du tout tout ça, précision, pour l’école d’archi de la Réunion, la seule des outre-mer, faut le savoir, demande à ses étudiants de terminer leur formation en Métropôle, c’est avec celle de Montpellier que la plupart d’entres eux vont. Ce n’est pas une obligation, les autres, comme Paris, Marseille, Toulouse, Nantes, etc peuvent aussi les accueillr bien sur. Je trouve cela pas mal car, les émisisons Tv, les reportages, c’est bien gentil mais rien ne remplace la réalité, la Vie, Vivre le changement, fait prendre conscience, comme pour les militaires, fonctionnaires, surtout si les lauréats des sélections ne sont jamais sortis de leur île. Malgré les 5 compagnies aériennes qui desservent maintenant depuis longtemp le département-région-académie.
    Concernant les enseignants, seuls les professeurs des écoles sont dispensés de partir, Ayant passé le concours à la Réunion, les candidats sont certains de rester ici. "Privilège" issu du temps où la même chose se faisait pour les instituteurs. Veinards ! Par contre, leur départ à la retraite, est fixé à 62 ans, au lieu de 55 jadis et ils n’ont plus droit au logement de fonction, une sacrée économie de loyer sur toute une carrière, surtout ici où les loyers sont exorbitants, sans oublier Paris, une folie.

    Lycées, étudiants, travaillez, osez, et partez pour aller voir ailleurs, 350 000 emplois non pourvus en France, comme : les métiers de bouche, vétérinaire, aide à lapersonne, géomètre, soudeur, boucher, chaudronnier, BTP, il y a de quoi faire pour celui, celle qui en veut vraiment, c’est certain, pour, ensuite, s’installer, trouver un CDI, pourquoi pas jusqu’au Canada, pays francophone accueillant, surtout au Québec. Il y fait froid, mais quelle belle nature, vaste, où tout reste à faire, les réunionnais installés là bas, ne se plaignent pas, ils reviennent à la Réunion en vacances pour les familles, se ressourcer, et repartent au lieu de vivoter ici, tourner en rond, des jours, des semaines, des mois, des années, toute leur vie en somme, quel gâchis ! Soyez ambiteux, courageux, on n’a rien à perdre quand on est dos au mur pour se lancer dans la vie, n’est-ce pas ? Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • C"est bien d’encourager les réunionnais à quitter leur île pour aller faire leurs études ailleurs ou trouver du travail . Mais il faut aussi leur donner la possibilité de revenir dans leur pays ne serait ce que pour maintenir le liens familiaux .

    Beaucoup de réunionnais sont partis s’installer en France ou à l’étranger . Certains ont même été déracinés dès leur plus jeune âge et ont été coupé de leur famille de force pour être placés dans des famille d’accueil de la Creuse ou d’ailleurs ,mais la plupart de ceux qui sont parti ont gardé des contact avec leur famille à la Réunion et revienne les voir quand ils ont les moyens. Et quand ils ne peuvent pas venir ce sont les membres de leur famille restés à la Réunion qui vont les voir avec ou sans l’aide pour la continuité territoriale .

    Par ailleurs le flux migratoire entre la Réunion et la France métropolitaine ne concerne pas seulement les Réunionnais . Il y a beaucoup de métropolitains ou d’européens qui viennent s’installer la Réunion pour trouver du travail ou tout simplement pour y vivre parce que le climat est favorable . Et ceux là aussi ont besoin de temps en temps de repartir en France pour passer du temps avec leur famille et le meilleur moment pour cela c’est quand même pendant les vacances scolaires .

    La meilleure époque pour les visites familiales de ces familles c’est quand même la période de vacances scolaires
    Mais si nous modifions le calendrier scolaire de la Réunion tel qu’il existe actuellement nous rendrons plus difficile les contacts entre ceux qui sont partis ou qui sont venus avec leur famille d’origine lorsqu’ils n’ont pas le choix de voyager hors des périodes de congé scolaire. Il y a maintenant un lien familial très fort et très important qui existe entre la Réunion et la France et il est probable qu’il n’y ait plus une seule famille installée la Réunion qui n’ait pas une partie de leur membre installée en France métropolitaine .Un changement de calendrier scolaire pourrait être dramatique pour ces familles s’ils ne peuvent plus se rencontrer pendant les périodes de vacances scolaires et il vaudrait mieux éviter de le modifier sans avoir recueilli au préalable l’accord de tout le monde soit par un sondage soit par un référendum local .Mais mon avis la période des vacances communes tout le monde devrait rendre difficile le changement .

    Article
    Un message, un commentaire ?