Education-Formation

Vague de chaleur : pour une réforme nécessaire du calendrier scolaire à La Réunion

Le climat de La Réunion n’est pas celui de la France

Manuel Marchal / 28 février 2019

La vague de forte chaleur observée depuis le début de l’année a des conséquences dans de nombreux domaines, en particulier à l’école. Cela pose de nouveau le problème d’un calendrier adapté au climat de notre île.

JPEG - 48.7 ko

Dans la République, le calendrier scolaire à La Réunion a une particularité. Les vacances les plus longues sont en hiver. C’est la conséquence d’une démarche poursuivie depuis de nombreuses années, elle vise à rapprocher le calendrier scolaire à La Réunion de celui qui existe en France.

A 10000 kilomètres de notre île, les vacances les plus longues sont en été. Elles durent au moins deux mois et précèdent la rentrée scolaire de septembre. Ceci permet entre autres aux élèves et aux autres membres de la communauté éducative d’échapper à la canicule.

Auparavant à La Réunion, les grandes vacances se situaient en été. Elles commençaient fin décembre pour se terminer deux mois plus tard, début mars. Aujourd’hui, les vacances d’été durent à peine un mois. La rentrée a lieu alors que le mois de janvier n’est pas terminé.

Obstacle aux apprentissages

Cette année, les températures observées sont encore plus chaudes que d’habitude. Ceci a des répercussions dans les écoles. En effet, la plupart des établissements scolaires n’ont pas été conçus selon la démarche haute qualité environnementale qui prévoit des dispositifs pour atténuer les effets de la chaleur. À la différence des centres commerciaux ou des administrations, les salles de classe ne sont pas climatisées. Il ne reste alors comme seule solution que des brasseurs d’air. Quant aux activités sportives en plein soleil de février, elles ne peuvent pas se dérouler dans les meilleures conditions.

Il est évident que cette chaleur ne peut que constituer un obstacle à l’apprentissage. Ceci souligne alors que le calendrier scolaire à La Réunion n’est pas fait dans l’intérêt des élèves, qui sont pourtant les principaux usagers du système éducatif.

Effet du changement climatique

Parmi les opposants à un calendrier scolaire adapté au climat, un argument affirme que des vacances d’été de deux mois sont une trop longue coupure dans l’année. Ce problème peut être résolu par un changement de date de la rentrée scolaire. Pourquoi en effet ne pas la placer à la fin de l’été comme en France ? C’est-à-dire au mois de mars.

Et à ceux qui disent que cela imposera des difficultés insolubles à ceux qui veulent continuer leurs études en France après le bac, il suffit de répondre qu’au sein de la République, la Nouvelle-Calédonie, autre collectivité de l’hémisphère Sud, applique un calendrier scolaire de ce type, avec une rentrée à la fin de l’été.

Ce changement est d’autant plus important qu’avec l’amplification des effets du changement climatique, la vague de chaleur actuelle pourrait bien devenir la norme.
Il est donc nécessaire que le calendrier scolaire ne soit pas un obstacle à la réussite scolaire des jeunes Réunionnais.

M.M.