Energies

Les énergies renouvelables à Rodrigues

En finir avec la dépendance au pétrole et au charbon

Témoignages.re / 29 septembre 2007

C’est une île « Nature » et les habitants ont une grande affinité avec les énergies renouvelables. Pourtant Rodrigues dépend à 99% des importations de fossiles, et les extensions de power station (actuellement 9,8 MW Diesel installés à Port Mathurin) envisagées, sont essentiellement basées sur le fossile. L’importation de véhicules et de moteurs de bateaux ont considérablement cru ces dernières années. Aucun observatoire structuré n’existe en matière d’énergie, mais des statistiques sont régulièrement enregistrées. L’île possède une station météo. Des ressources en énergies renouvelables existent, non encore cartographiée ni évaluée globalement.

Source : "Document support de travail aux rencontres à l’île Rodrigues Octobre 2007 : Autonomie énergétiques, sécurité d’approvisionnement, Gaz à effet de serre, Développement Durable et Changement climatique"

L’énergie de l’Eau : (hydraulique, Houle, Courant)

La ressource en énergie hydraulique n’existe pas en tant que telle. Mais le relief de l’île autorise l’implantation de petits systèmes hydrauliques répartis de stockage et déstockage de l’énergie intermittente, d’origine éolienne, solaire et plus généralement renouvelable. Ces systèmes, avec réservoir haut et réservoir bas, exploitent des dénivelés de 300 à 700 mètres en zone de relief. Ils fonctionnent en circuit quasi fermé, et requiert une ressource en eau minime. Enfouis sous terre pour des questions d’intégration au paysage, ils assurent la régulation du réseau électrique de l’île et la production des énergies intermittentes stockées comme des unités de base, type power station, ou des unités de pointe, selon les besoins.
Une cartographie fine de l’ensemble des sites potentiels doit être réalisée.

La ressource en énergie de la houle existe. Une section de littoral en particulier présente des conditions d’exploitation potentielle favorable : entre Pointe Coton et Port Sud-est, le lagon est absent et la bathymétrie
de 50 à 100, puis 200 mètres de fond non loin de la côte est favorable et autorise un raccordement aisé du productible sur le réseau CEB.

La ressource en énergie des courants existe au moins en un point important : la grande passe de Port Sud- est d’une largeur de 50 mètres et d’une profondeur équivalente est un lieu propice à l’intégration d’hydroliennes. D’autres passes de moindre taille, mais avec des vitesses de courant significatives de plusieurs nœuds existent, qu’il faut évaluer et modéliser, exemple la passe de Saint-François.

La ressource en énergie thermique de la mer existe elle aussi. Elle est susceptible de nombreuses applications, dans des domaines diversifiés. Maurice organise une proposition stratégique dont Rodrigues pourrait bénéficier. La Réunion elle même examine de près cette technologie.


L’énergie du Vent

L’île Rodrigue est une île de vent. Les plantes se sont progressivement adaptées à des régimes de vents soutenus. Les Rodriguais sont des experts du vent et naviguent depuis tout temps à la Voile. La planche à voile et le kite-surf ont investi le grand lagon rodriguais. Depuis quelques années, les moteurs de bateaux se répandent.
Un premier projet de trois éoliennes a été développé à Trèfles, dans les années 1990, par une société allemande. Ce projet, par manque d’équipe sur site et de matériel de maintenance a peu fonctionné. L’absence de prise en considération des conditions cycloniques leur a ensuite été fatale. Ce site n’avait pas non plus été considéré en regard de proximité des habitations de Trèfles.
Dans les années 2000, une éolienne à axe vertical a été implanté par un inventeur au dessus de Port Sud-Est, mais n’a jamais fonctionné.
Autant dire que les technologies du vent laissaient les Rodriguais sceptiques.
Mais depuis 2005, trois éoliennes VERGNET de 60 kW ont été installées pour des raisons d’infrastructures existantes de raccordement au réseau, sur l’ancien site des machines allemandes. Les éoliennes VERGNET ont traversé plusieurs cyclones sans dommage. Elles ont fait leurs preuves dans de nombreuses îles du monde et la preuve est aussi faite que cela marche à Rodrigues.
Ces modèles d’éoliennes rustiques et adaptées au contexte insulaire éloigné nécessitent peu de maintenance et résistent bien. Elles sont plutôt bien intégrées dans le paysage général, mais sont aussi très proches d’un quartier d’habitations, avec des maisons à proximité immédiates. Comme toute machine éolienne, elles sont bruyantes à immédiate proximité et dérangent les habitants de Trèfles. Heureusement, de nombreux sites potentiels existent à Rodrigues loin de toutes habitations. Et dans un temps ultérieur, il peut s’avérer judicieux de les déplacer.
Un autre projet est en cours d’étude par le CEB.
La ressource en vent est l’une des meilleures de toutes les îles de l’Océan Indien. Le potentiel est important. La technologie VERGNET est avérée opérationnelle et adaptée. L’atlas de l’éolien pourrait être établi, recensant les sites propices, éloignés des habitations, et potentiellement en couplage technique possible avec le réseau du CEB ou avec les stations hydrauliques de stockages des énergies intermittentes, atlas destiné à garantir un développement rationnel de l’éolien et respectueux du paysage.


L’énergie du Soleil

La ressource solaire est très présente. Les quelques chauffe-eau solaires installés sont de mauvaise qualité et induisent une image plutôt négative de cette technologie. Quelques installations PV alimentent des bornes de signalisations maritimes. Les hôtels sont équipés en chauffe-eau électriques et climatiseurs, souvent anciens, de base qualité et de forte consommation.
Un plan économique du solaire pourrait être bâti, basé sur une analyse des besoins et sur des choix de technologies efficaces et de qualité. Par exemple, la Power Station du CEB, les écoles, collèges et bâtiments du gouvernement pourraient être équipés en solaire photovoltaïque. Les hôtels, pensions et restaurants, et l’hôpital pourraient systématiquement utiliser l’eau chaude solaire.


L’énergie de la Biomasse

L’île a connu une sévère déforestation dans le passé. Divers efforts de replantation ont été tentés et sont en cours avec des résultats inégaux selon les programmes et les époques, du fait notamment d’une dégradation des jeunes plants par le bétail, ou des besoins en eau non couverts. Il pourrait être négociées dans le cadre des MDP, des campagnes de plantation d’essences endémiques et adaptées, en vue de procurer du bois énergie, divers matériaux et produits issus de la biomasse utiles, et de reconstituer la couverture végétale sévèrement atteinte. Cela favoriserait le retour de micro climats plus humides et favorisera la lutte contre la sécheresse et l’érosion des sols.
Un projet de replantation de 100.000 arbres endémiques, actuellement en cours, dans le cadre d’un parc naturel et de réintroduction de la tortue terrestre à Rodrigues, dont 15 000 déjà plantés, peut servir en termes de méthode et d’exemple. (Espèce endémiques, absence de besoin en eau et protection contre le bétail, puit de carbone) Les élevages de volailles produisent une importante quantité de lisiers pouvant être valorisés sous forme diverses. La biomasse peut aussi subvenir aux besoins en matériaux de construction et d’isolation. On note aussi la présence de plants de Jatropha sur toute l’île, ayant probablement certains caractères endémiques. Avec l’huile des graines, on peut produire un carburant vert pour les tracteurs, les groupes diesels. C’est en outre une plante à valeur médicinale certaine ...


L’énergie non consommée : la Maîtrise De l’Energie

Un potentiel important d’économie d’énergie existe dans de nombreux secteurs. Une exploration soignée de ce potentiel pourrait être entrepris. Par exemple, une campagne de diffusion de 44 000 Lampes Low Energy pourrait être négociée dans le cadre des MDP et éviter une future extension de puissance de la Power Station.
D’autres actions telles que la climatisation performante, la conduite économique, le positionnement d’une nouvelle station d’essence sur l’île... sont susceptibles de générer de nombreuses économies.

(à suivre)