Energies

Madagascar : l’électrification du pays se fait par des énergies renouvelables

David Gauvin / 23 novembre 2020

Avec seulement 15% de sa population raccordée, Madagascar est confronté à un manque d’accès chronique à l’électricité qui entrave son développement économique et social. Le pays a pourtant un énorme potentiel en énergie solaire, estimé à 2 000 kWh/m²/an grâce aux 2 800 heures d’ensoleillement annuel dont il bénéficie.

Les autorités malgaches conscientes du potentiel ont accéléré ces dernières années la construction de centrales solaires.

L’énergéticien allemand Oursun Green Power implantera trois centrales solaires d’une capacité combinée de 11 MW dans la capitale Antananarivo. Il vient de signer un accord avec la Jirama, la compagnie électrique nationale à ce sujet.

Les centrales solaires seront achevées d’ici un an selon l’Express de Madagascar qui relaie l’information. D’après la Jirama, ces centrales auront la particularité d’être installées sur des toits, avec la technologie rooftop afin de permettre une optimisation des surfaces disponibles dans la capitale.

Le fournisseur de systèmes solaires hybrides Mada Green Power vient de commencer les travaux de construction d’une centrale solaire hybride de 17 MW à Andranotakatra, dans le district de Mahajanga à Madagascar. L’installation devrait être mise en service en 2021.

Deja en 2018, la centrale solaire d’Ambatolampy a été construite sur un site de 28 hectares. Composée de 73 000 panneaux, l’installation affiche une capacité de 20 MWc. Cette puissance alimente 50 000 ménages à Antsirabé et Tananarive, ainsi que des zones industrielles de ces deux villes. La centrale permet également d’éviter les émissions de 24 400 tonnes de CO2 par an

Le recours aux énergies renouvelables est une composante clé de la stratégie de redressement de la Jirama, dont les ressources financières sont lourdement grevées par l’achat de combustible pour ses centrales thermiques.

Pendant ce temps la à la Réunion, on continue de mettre en chantier des centrales au énergies fossiles.

David GAUVIN