Energies

Pour une énergie solaire à coût compétitif

Énergies renouvelables : Un programme européen de développement du photovoltaïque

Témoignages.re / 19 mars 2004

La Commission européenne lance un programme de développement de l’énergie photovoltaïque, confié au Conseil consultatif de recherche technologique sur le photovoltaïque (PV-TRAC), dont l’objectif est d’atteindre d’ici 2010 une puissance installée de 3 GW pour l’ensemble de l’Union européenne.

La mission confiée depuis décembre 2003 au Conseil consultatif pour le photovoltaïque est de contribuer à un développement rapide d’une production durable d’électricité à un coût compétitif. L’élément clé de la mission confiée au Conseil est la préparation d’un rapport prévisionnel donnant une vision de la technologie photovoltaïque à l’horizon 2030 au moins. Il s’agit d’identifier les obstacles techniques et non-techniques et d’assurer une percée du photovoltaïque et son déploiement en Europe et dans le monde. La définition d’une Plate-forme stratégique dans l’exécution de ce programme est aussi envisagée.

Le Conseil consultatif pour le photovoltaïque a été installé par Loyola de Palacio, vice-président de la Commission européenne en charge de l’Énergie et des Transports, et Philippe Busquin, commissaire européen à la Recherche. Le Conseil se compose d’un large éventail donnant une représentation équilibrée des principaux partenaires de ce secteur, incluant l’industrie du photovoltaïque (de la production à la chaîne des fournisseurs), la communauté des chercheurs des secteurs public et privé, les services publics, les autorités régulatrices et le secteur de la construction.

Des obstacles à surmonter

La composition du Conseil a été étudiée de manière à garantir un rapport prévisionnel équilibré et crédible, capable d’interpréter correctement le rôle que peut jouer le photovoltaïque dans le dispositif global des énergies renouvelables. Il est dirigé par Emilien Perezagua, responsable en chef des opérations chez Isofoton Spain, et François Démarcq, directeur général de l’ADEME (France), la Commission européenne assurant dans un premier temps le secrétariat.

En dépit de ses avantages, le photovoltaïque n’est pas encore compétitif en raison de son coût, comparé aux autres processus de production d’électricité. Toutefois, les recherches en cours et des améliorations continuelles ont fait baisser son coût. Sa contribution est encore modeste mais sa part potentielle est beaucoup plus importante.

L’objectif de la Commission européenne est d’augmenter la puissance installée en photovoltaïque jusqu’à 3 GW pour l’ensemble de l’Union européenne d’ici 2010. Pour atteindre ce but, il faut s’engager à surmonter les obstacles qui subsistent. Le développement technique seul n’est pas suffisant : il doit s’accompagner d’une étude socio-économique visant l’information d’un large public, d‘un programme de formation pour les installateurs et enfin d’une harmonisation des codes et standards européens.

Un fort potentiel pour la production solaire d’électricité

L’Europe est déjà le deuxième plus grand producteur de photovoltaïque, avec 24% de la production mondiale, derrière le Japon (44%) et juste devant les États-Unis (22%). Les prévisions laissent entrevoir un fort potentiel pour la production solaire d’électricité, dont le taux moyen de croissance annuelle a été de 30% ces dix dernières années.

Néanmoins, le niveau d’installation du photovoltaïque dans l’Union européenne est encore généralement assez bas en dépit du soutien de la Commission européenne à la recherche et aux projets expérimentaux menés dans ce domaine : un budget d’environ 200 millions d’euros a accompagné près de deux cents projets ces dix dernières années.

D’où l’intérêt d’un rapport prévisionnel exhaustif, comme outil livré à l’ensemble des partenaires de ce secteur, pour que l’orientation de la future politique et sa coordination au niveau national et européen permette au photovoltaïque d’atteindre tout son potentiel dans la répartition d’ensemble des énergies renouvelables.

La version finale du rapport prévisionnel devrait être remise fin-mai, suivie d’une phase de consultation publique de juin à août 2004. La présentation publique du rapport et sa discussion sont renvoyées à une Conférence de Bruxelles programmée pour la fin septembre 2004. (Source : CIRCA - traduction de “Témoignages”)