Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Développement > Environnement

Plus de 200 kilos de bichiques saisis à des braconniers

Protection de la biodiversité

samedi 23 mars 2024


Pour éviter la disparition des bichiques à La Réunion, leur pêche est interdite du 1er mars au 31 août inclus. Malgré cela, des braconniers pratiquent cette pêche très lucrative malgré l’interdiction. Des contrôles de la Police de l’environnement ont abouti à la saisie de plus de 200 kilos de bichiques depuis le début du mois.


La pêche bichiques est autorisée à La Réunion du 1er septembre à fin février : compte tenu de la dégradation de l’état de conservation de la population, leur pêche est donc interdite du 1er mars au 31 août inclus. Depuis la clôture de la période de pêche, il n’est donc plus possible de pêcher les bichiques et la police de l’environnement a d’ores et déjà effectué des contrôles sur les cours d’eau réunionnais.
Suite à des contrôles de la Police de l’environnement, plus de 200 kilos de bichiques ont ainsi été saisis depuis le début du mois, pour une valeur supérieure à 20 000 euros.
Au début du mois, deux pêcheurs avaient été contrôlés pour pêche illégale de bichiques. Leurs vouves (instrument de pêche) avaient été saisies et les 3,5 kilos de poissons pêchés, relâchés en milieu naturel.
Récemment, les inspecteurs de l’environnement ont été alertés de nouveaux faits de braconnage à l’embouchure de la Rivière du Mât. Appuyés par la gendarmerie nationale, ils ont découvert à bord d’un véhicule plus de 190 kilos de bichiques.
Le même jour, à la rivière Sainte-Suzanne, 6 pêcheurs ont été reconnus en infraction et 14 vouves ont également fait l’objet d’une saisie.

Lutte contre le braconnage de bichiques

Le service départemental de l’office français de la biodiversité rappelle que ces prélèvements, en dehors de la période autorisée, sont considérés comme des actes de braconnage.
D’après le Code rural et de la pêche maritime, les pêcheurs risquent jusqu’à 22 500 euros d’amende, ainsi que la confiscation des engins de pêche et véhicules ayant servi à l’infraction. En dehors de la période d’ouverture, il est interdit de détenir, transporter, pêcher, vendre ou acheter en connaissance de cause des bichiques à La Réunion.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus