Environnement

Bichiques : espèce menacée

Rappel de la réglementation par la Préfecture de La Réunion

Témoignages.re / 16 octobre 2019

JPEG - 40.6 ko

Ces précieux poissons ont un cycle de vie incroyable : les adultes, les cabots bouche-ronde, se reproduisent et pondent leurs œufs en rivière, sous les cailloux. Après éclosion, les larves se laissent porter par le courant jusqu’à l’océan, où elles ont besoin de passer une partie de leur vie pour s’y développer jusqu’au stade juvénile. C’est à ce stade qu’on les appelle les « bichiques ». Ils se regroupent aux embouchures des rivières afin de commencer leur remontée des cours d’eau… et le cycle recommence !
Mais ces espèces sont très convoitées, en mer, aux embouchures et en rivière. Ainsi, elles disparaissent peu à peu de nos rivières. En effet, le suivi piscicole mené par l’office de l’eau met en évidence la diminution des stocks de cabots bouches rondes dans les rivières de La Réunion.

Voici un rappel de la réglementation relative à cette pêche

Seuls les professionnels titulaires d’un permis de pêche (à pied ou embarquée) sont autorisés à vendre le produit de leur pêche.
Des autorisations délivrées par le préfet sont nécessaires pour pratiquer la pêche des bichiques aux embouchures avec une vouve. Ces autorisations sont délivrées si les bénéficiaires s’engagent à pratiquer une pêche respectueuse de l’environnement et notamment en :
• utilisant des vouves en fibres naturelles de diamètre maximum 80 cm,
• excluant toute utilisation de plastiques, produits chimiques lors de la pêche,
• respectant et entretenant un chenal de 2 mètres de largeur sans pêche.
La pêche est interdite de la nouvelle lune à la pleine lune de mars. La pêche des adultes, les cabots bouche-ronde, est strictement interdite.En cas d’infraction, les peines encourues peuvent aller jusqu’à 22 500 euros d’amende et 2 ans d’emprisonnement.
Face au déclin de ces espèces et dans l’objectif d’une exploitation durable de ses stocks, les contrôles seront renforcés, sur la pêche et sur la vente des bichiques.