Environnement

Centrale bagasse/biomasse inaugurée en Martinique

Recyclage des déchets végétaux : plus besoin de charbon dans la centrale thermique de l’usine de Galion

Témoignages.re / 4 octobre 2018

Le 26 septembre dernier, Albioma a mis en service une centrale bagasse/biomasse en Martinique. Elle permet de fournir toute l’année de l’électricité à partir d’énergies renouvelables obtenue à partir de la collecte ce qui était considéré avant comme des déchets. Selon Albioma, avec cette centrale, la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique de l’île passera de 7 à 22 %.

JPEG - 68.2 ko
Si au Gol ou à Bois-Rouge (notre photo), les centrales thermiques fonctionnent majoritairement au charbon, celle de Galion 2 en Martinique a uniquement besoin d’énergies renouvelables.

Dans un communiqué, Albioma annonce la mise en service industriel, le 26 septembre 2018, de sa centrale 100 % bagasse/biomasse Galion 2 en Martinique.
« Les essais de la centrale ont débuté en janvier 2018, l’installation a pu fournir à la sucrerie du Galion la vapeur dont celle-ci avait besoin pendant la campagne sucrière, les tests de conformité au référentiel EDF se sont déroulés pendant l’été. La validation des résultats de cette dernière étape permet le démarrage du contrat conclu avec EDF pour une durée de 30 ans. Sous l’effet de l’allongement du calendrier de mise en service, l’investissement du projet s’élève à 210 millions d’euros ».

La centrale fournira une puissance de 40 MW. L’électricité sera produite « à partir de la combustion de bagasse, résidu fibreux de la canne à sucre, d’autres formes locales de biomasse d’origine végétale et de résidus de bois d’oeuvre, en provenance d’exploitations forestières gérées durablement ».
Comme les centrales bagasse/charbon de La Réunion, celle de Galion 2 fournira de la vapeur pour alimenter la sucrerie du Galion : « à l’instar de toutes les installations thermiques du Groupe implantées en Outre-mer, à l’île Maurice et au Brésil, Galion 2 allie technologie de pointe et innovation en mettant en oeuvre le principe d’économie circulaire : la centrale apporte à la sucrerie du site une solution qui améliore son approvisionnement en énergie en optimisant la valorisation du résidu de la canne à sucre, la bagasse ».

Cette centrale permet la création de plus de 40 emplois directs.
« La centrale Galion 2 multipliera par trois la production d’électricité renouvelable sur l’île (passant de 7 % à 22 %) et contribuera à la décarbonation du mix énergétique martiniquais, dans le respect des normes environnementales les plus strictes », précise le communiqué.