Environnement

Déchets : la Chine ferme sa poubelle, panique dans les pays riches

Un avertissement pour La Réunion : Aforstan alé a lo, i fo in zour kalbass i pèt !

Jean / 29 janvier 2018

JPEG - 43.5 ko
Que faire des filtres des incinérateurs, déchets ultimes ?

Confrontés à la décision de la Chine refusant de continuer à jouer le rôle de poubelle des déchets de l’Occident, certains pays (USA notamment) se préparent à user de l’Inde comme poubelle de remplacement. Pour une fois, l’Europe semble se poser les bonnes questions : « Nous devrions utiliser cette décision pour nous remettre en question et nous demander pourquoi nous, Européens, ne sommes pas capables de recycler nos propres déchets », argue le commissaire Frans Timmermans.

Mais, à La Réunion, les responsables préfèrent se boucher les yeux et, pratiquant la politique du « chien crevé au fil de l’eau », parvenir ainsi à nous imposer enfin les deux incinérateurs dont ils rêvent de nous faire le “cadeau”… empoisonné.

Rappelons que la solution de l’incinérateur super-ultra-moderne-non-polluant est un leurre, une tromperie absolue au moyen duquel les “responsables” administratifs et politiques tentent, depuis 1990, de nous faire oublier un incontournable principe énoncé par Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».

Que faire des filtres des incinérateurs ?

Et, s’il est indéniable que les filtres des incinérateurs modernes sont toujours plus efficaces, un fait incontournable demeure et dont personne n’accepte de parler : on ne sait toujours pas comment se débarrasser des filtres usagés.

Les brûler ? Ce serait, d’un coup d’un seul, balancer des années de polluants mortels dans l’atmosphère. Irréalisable !

Les immerger ? Et diluer des tonnes de polluants dans les océans. N’y en a-t-il déjà pas assez ?

Les enterrer ? Et faire ainsi cadeau à nos descendants d’une inévitable et gigantesque pollution des sols et des nappes phréatiques ?

Ou alors la “solution” Tchernobyl ? Vous savez : un gigantesque sarcophage inauguré en novembre 2016 avec un soulagement cyniquement résumé : « cela nous accorde un répit d’un siècle pour trouver une solution ». Qui, “Nous” ? Aucun des cyniques quinqua ou sexagénaires auteurs de cette déclaration n’ayant la possibilité de vivre jusqu’à 150 ou 160 ans, leur phrase signifie : « que nos descendants se dém… brouillent ! », la version “nucléaire” du non moins cynique « Après nous, le déluge ! ».

D’autres solutions possibles

Comment peut-on, de façon aussi méprisante, tenter de tromper les Réunionnais en les supposant crétins au point de ne pas comprendre la manœuvre des partisans de l’accumulation infinie des déchets visant à l’installation des deux incinérateurs dont rêvent, depuis des décennies, des industriels irresponsables ?

D’autres solutions existent et les représentants de l’administration ainsi que les élus les connaissent. Elles sont mises en œuvre tant au Brésil, qu’aux USA et même en Suisse pour ne citer que 3 pays fort différents. Question, pourquoi représentants de l’administration ainsi que nombre d’élus insistent-ils tant pour n’en point parler et pour nous fourguer leurs deux incinérateurs ?

Vous pensez à la même “raison” que moi ? Je redoute fort, hélas, que nous ayons raison !

Jean



Un message, un commentaire ?



Messages






  • La Raison c’est le fric, le bizness, le pognon pour les pollueurs et tant pis pour la génération future. Les barons industriels mondialistes n’ont rien à f..... du développement durable. Ce qu’ils veulent voir durer : leurs comptes dans les banques ou dans les paradis fiscaux. La santé de la planète et de tous ses habitants.....Ils s’en fichent.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Vrai, hélas, on vient de voir "C dans l’air", que je vous conseille de revoir (taper "www.france5.fr" puis sur cette bonne émission interactive) et là c’était au sujet des moteurs diésels où malgré la fin programmée, 2040, soit dans seulement 22 ans, on persiste à faire des moteurs diésels pour rentabiliser encore plus les investissements. Il va y avoir un croisement entre les courbes de l’essence et de ce carburant, majoritaire sur l’île de la Réunion, réservé souvent aux professionnels au départ (poids lourds, taxis) alors que tous le monde sait maintenant que ce n’est plus vraiment l’avenir. Même si les moteurs diésels modernes sont équipés de filtres, de HDI etc. Leur nombre a beaucoup trop augmenté, donc au final, les innovations technologiques sont négligeables face aux conséquences : création, dispersion de micro particules cancérigènes pour nos poumons, on ne peut plus alors les évacuer, car emprisonnées jusque dans les alvéoles. L’avenir, c’est l’électrique voire même mieux l’hydrogène, en partage. Voilà, bonne fin de semaine. Arthur qui tousse parfois même si je ne fume pas.

    Article
    Un message, un commentaire ?