Environnement

Éruption volcanique à La Reunion : recommandations sanitaires

Le Piton de la Fournaise en éruption

Témoignages.re / 22 avril 2021

L’éruption du Piton de la Fournaise, débutée le 9 avril 2021, se poursuit. Le phénomène volcanique émet dans l’air des substances telles que le dioxyde de souffre (SO2), un gaz irritant des voies respiratoires, ou encore des particules fines.

JPEG - 9.5 ko

Ces substances peuvent entraîner chez les personnes vulnérables [1], en cas de concentration importante, des manifestations physiques telles qu’une toux, une exacerbation d’asthme, une baisse de la capacité respiratoire ou une irritation.
Aussi, les autorités sanitaires appellent à la vigilance la population se rendant sur le volcan ou vivant à proximité. Par ailleurs, les autorités recommandent, notamment aux personnes vulnérables, de consulter un médecin avant de se déplacer pour observer l’éruption et rappellent l’importance de ne pas manipuler les cheveux de Pelé.
 

La qualité de l’air des zones habitées

 
L’association agréée de surveillance de la qualité de l’air de La Réunion, Atmo-Réunion, assure le suivi de la concentration en SO2 et particules fines au niveau des principales zones habitées de l’île par l’intermédiaire d’un réseau de stations fixes de surveillance. Des stations fixes à Bourg-Murat et à Grand Coude sont spécifiquement dédiées au suivi des émanations du volcan.
 
A ce jour, les concentrations en SO2 et particules fines liées au volcan, relevées sur l’ensemble des stations fixes de surveillance de l’île sont restées faibles, en dessous des seuils sanitaires d’alerte. Des hausses peu marquées de la teneur en SO2 ont été observées sur une courte durée (2 à 4h) sur les stations de Bourg Murat et de Grand Coude.
 
La situation est susceptible d’évoluer rapidement à tout moment compte tenu de l’activité volcanique et de la météorologie.
 
 

Conduite à tenir lors de l’observation sur site

 
A proximité immédiate du volcan, la qualité de l’air n’est pas analysée en continu. Des fortes concentrations en SO2 ou particules fines notamment peuvent avoir lieu.
 
Il est recommandé aux personnes vulnérables de :
· demander au préalable l’avis à leur médecin traitant avant de se rendre sur le site
· consulter rapidement un médecin, en cas de gêne respiratoire ou cardiaque (essoufflement, sifflement, palpitations) constatée pour les personnes venues observer l’éruption.
 

[1Personnes vulnérables : personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques, femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans.