Environnement

Faire le choix entre l’agro-chimie et l’agro-biologie

Un grave problème de société

LB / 16 mars 2019

Dans le cadre du Salon ‘’La Ferme en Ville’’ ouvert depuis mercredi dernier jusqu’à ce dimanche au Parc des Expositions à Saint-Denis (NORDEV), s’est tenue ce vendredi 15 mars une conférence très intéressante organisée par le rassemblement citoyen Oasis Réunion sur un des moyens essentiels pour changer notre société et préserver la vie dans notre pays comme dans le monde entier. Il s’agit de transformer d’urgence notre agriculture, dominée par les produits chimiques polluants et donc par les profits de la finance au détriment de la santé des citoyens comme des agriculteurs eux-mêmes. Pour cela, nous devons toutes et tous nous mobiliser afin de passer de l’agro-chimie à l’agro-biologie.

JPEG - 62.6 ko
Parmi les intervenants à cette conférence, de gauche à droite, Simon Vienne, Bernard Astruc, Joana Écormier et le Dr Bruno Bourgeon.

Cette conférence a été ouverte par Joana Écormier, juriste et coordinatrice du collectif Oasis Réunion, qui a présenté le programme de la rencontre et donné la parole à un jeune artiste réunionnais, Bruno, pour proclamer un très beau chant créole qui nous appelle à « ankor tou fé pou nou sanzé, pou nou sové ». Ensuite a pris la parole l’animateur de la conférence, Bernard Astruc, conférencier en consommation éco-responsable et co-coordinateur du collectif, qui a notamment mis en avant lors d’un exposé très pertinent « la nécessité de militer tous ensemble, face à un lobbying très puissant, en faveur d’un bien commun pour tous ».
Dans l’annonce de cet événement, les organisateurs avaient d’ailleurs souligné « la nécessaire transformation qualitative de l’agriculture réunionnaise pour accéder à une Alimentation relocalisée (via les Systèmes Alimentaires Territorialisés), saine, sûre, durable, pour tous, et à un juste prix pour le cultivateur comme pour le consommateur (ce qui était l’objectif initial des États Généraux de l’Alimentation en 2017, très malconnus et sur lesquels le ministre Stéphane Travert n’a pas assez communiqué) ». Pour aller dans ce sens, le rassemblement citoyen Oasis Réunion, qui « compte déjà plus de 22.000 soutiens », a affiché son appel à la mobilisation (voir l’affiche ci-après).

JPEG - 105.9 ko
L’affiche de l’appel du rassemblement citoyen Oasis Réunion à la mobilisation.

De nombreux partenaires de ce collectif ont également pris la parole pour justifier ce combat, comme par exemple : Hermann Hosteing, président du Groupement d’Agriculture Biologique (GAB 974) ; Annie-Claude Abriska, présidente de l’ADÉFAR (Association pour la Défense de l’Agriculture Réunionnaise) ; Simon Vienne de Cacao Péi ; Philippe Lucas du Collectif Bio-dynamie de La Réunion ; le Dr Bruno Bourgeon de l’AID (Association Initiatives Dionysiennes) ; le Dr Étienne Bon, résistant aux aliments anti-biotiques ; et Laura, de l’Avenir Dépend de Nous.
D’où la conclusion de Bernard Astruc : « l’avenir est entre nos mains ». C’est pourquoi nous rappelons que dans son programme pour « un plan global et cohérent de développement durable et solidaire de La Réunion », le Parti Communiste Réunionnais préconise notamment qu’il faut « s’orienter vers l’agriculture biologique afin d’améliorer la santé de la population ».

L.B.