Environnement

Fakir rappelle le problème de l’aménagement

Passage bref et intense d’une tempête tropicale

Manuel Marchal / 25 avril 2018

JPEG - 77.5 ko

Routes détruites à Saint-Louis, quartiers inondés dans plusieurs villes du littoral, glissements de terrain dont un qui fit deux morts, cultures ravagées : le passage de la tempête tropicale Fakir a été bref, mais il a laissé derrière lui de nombreux dégâts dans toutes les communes.

Ceci rappelle une nouvelle fois la vulnérabilité de notre île aux phénomènes climatiques extrêmes, et la nécessité d’une politique d’aménagement du territoire pour y faire face.

Près d’un tiers des Réunionnais vivent dans une zone à risque. C’est une proportion qui a franchi le seuil de l’intolérable et expose notre île à la menace d’une nouvelle catastrophe.

Dans ces conditions, toute mesure susceptible d’aggraver ce risque doit être évitée. Cela suppose tout d’abord d’arrêter de construire dans les zones à risque et celles qui vont le devenir. Autant dire que le projet de ville nouvelle à Cambaie a du plomb dans l’aile.

Cela impose aussi d’arrêter de considérer La Réunion comme un gisement d’andains. Ces pierres situées en bord des champs de canne ont un rôle à jouer dans la lutte contre l’érosion. Il est donc important de mettre fin dès maintenant aux projets d’extraction.

M.M.