Environnement

Kolportaj pour la lutte contre les déchets sauvages à La Réunion

Premières actions dans plusieurs communes

Témoignages.re / 30 juillet 2020

Dans une dynamique de co-construction et de co-réalisation, le projet Kolportaj est né de l’association de plusieurs organismes animés par l’envie d’empêcher la prolifération des déchets sauvages à La Réunion. Dans ce but, quatre actions de ramassage des déchets et de sensibilisation ont déjà été menées.

JPEG - 111.2 ko

Le projet Kolportaj a été impulsé par l’association GRANDDIR (Groupement régional des acteurs de l’éducation à l’environnement pour un développement durable de l’Ile de La Réunion). Sa coordination a été confiée à l’ONG l’Homme et l’Environnement La Réunion. Les phases 1 et 2 de ce projet, pensé de manière pluriannuelle, sont financées par la DEAL. L’objectif de la phase 1 du projet est d’associer des groupes intercommunaux et des relais locaux associatifs pour faire face aux problématiques concernant les déchets sauvages. Ses trois premières actions ont ainsi été menées en collaboration avec les intercommunalités de la Casud, du TCO et de la Cirest.

Quatre premières actions concrètes de ramassage des déchets sauvages

A la fin du mois de juin et au mois de juillet, quatre actions de ramassage des déchets et de sensibilisation ont été organisées sous différentes formes pour conforter la mise en place des comités de territoires. L’objectif étant de sensibiliser tant les participants que la population par des actions annexes complémentaires : expression orale, tri et pesée des déchets et échanges sur les potentielles finalités artistiques de ces objets ramassés dans la nature.

Au Tampon, une première action de collecte des déchets sauvages a été organisée le 26 juin avec la collaboration de participants citoyens, des associations Allons jouer mangue et la ligue d’improvisation théâtrale de La Réunion et de la Casud. Cette collecte, tout en permettant de nettoyer la nature des mégots, canettes, gisements de pneus et polystyrène, a débouché sur une prise de parole des participants autour de cette problématique.

A St-Benoît, le 4 juillet, les déchets sauvages ramassés sur la zone littorale. Ainsi, quelque 216 kg de déchets sauvages provenant de l’océan ont été ramassés en l’espace de 3h. Ils ont été pesés et triés pour alerter la population sur la diversité des déchets qui se retrouvent dans l’écosystème marin. Après avoir effectué ce tri, l’Observatoire marin de La Réunion, partenaire de l’opération, estime que 87 % de ces déchets sont recyclables.

A La Possession, en collaboration avec la mairie, Papangue Prod et Cordaze, une action de ramassage a été organisée le 5 juillet. Elle a permis de réfléchir sur les actions à mener pour pallier le problème et sur le recyclage de ces déchets dans le domaine artistique, notamment par la création de sculptures.

Hier matin, à St-Louis, la Mairie, l’ONG l’Homme et l’Environnement La Réunion et l’association Art et traditions culturelles malbares ont organisé un ramassage de déchets sauvages le long du Bras de Cilaos. Outre cette opération « coup de poing », l’objectif est de co-construire une équipe de médiateurs socio-environnementaux qui pourrait intervenir au plus près des citoyens régulièrement.

La deuxième phase du projet

Dans la perspective 2020-2021, l’organisation d’une cinquantaine d’actions est prévue dans le cadre du projet Kolportaj 2 en collaboration avec les intercommunalités partenaires. Certaines seront effectuées en parallèle de la Semaine Européenne du Développement Durable (SEDD) en septembre/octobre 2020 et auront pour objectif de renforcer le message transmis durant cet événement.

A propos de GRANDDIR

Le réseau associatif GRANDDIR a été fondé en 2013 à l’initiative des acteurs de l’éducation à l’environnement de La Réunion. Il met en réseau des personnes morales et physiques, d’horizons différents et impliquées dans l’Education à l’environnement et au développement durable (EEDD). Il s’inscrit dans la promotion et le développement d’une éducation à l’environnement de la population réunionnaise.