Environnement

La CINOR première collectivité à lancer la collecte des déchets alimentaires

Le « bac marron » sera collecté deux fois par semaine à Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne

Témoignages.re / 13 octobre 2020

La Cinor sera bien la première intercommunalité de La Réunion à s’engager dans la valorisation des déchets alimentaires et donc biodégradables ! Comme prévu, elle lance à compter du 1er décembre 2020 la collecte des bio déchets sur son territoire, avec 3 ans d’avance sur l’échéance imposée par la loi.

JPEG - 86.8 ko
L’ensemble des acteurs était réuni ce lundi 12 octobre au 250 rue maréchal-Leclerc, Ilot Saint-Jacques, dans le cadre d’un point étape de lancement.

La Communauté intercommunale du Nord de La Réunion a présenté hier son dispositif de collecte des déchets alimentaires lors d’une rencontre avec la presse dans l’immeuble SODIAC de l’Ilot Saint-Jacques dans le bas de la rue Maréchal Leclerc à Saint-Denis.
Cette nouveauté se concrétise donc sur Saint-Denis, ville chef - lieu, avant de s’étendre sur les deux autres villes membres de l’Agglomération : Sainte-Marie et Sainte-Suzanne.
A ceux qui peuvent encore s’étonner de petits retards sur les champs de l’opérationnel et de la communication le Président Maurice Gironcel a pris le soin d’emblée de rappeler à nouveau le contexte.
« Les interrogations sont sommes toutes légitimes, mais nous héritons d’une situation particulière, où le marché a été notifié sous l’ancienne mandature et où son déploiement a pris du retard du fait de la période de confinement et de la crise sanitaire, sans précédent, que nous traversons ».
« Malgré tout », a-t-il précisé, « nous sommes très en avance par rapport à la loi anti-gaspillage du 10 février 2020, qui nous oblige à collecter les biodéchets avant le 31 décembre 2023 ».
La Cinor se place ainsi comme la première intercommunalité de l’île et même de l’Outre-mer à s’engager dans la valorisation des déchets alimentaires et donc biodégradables directement à la source.

JPEG - 75.3 ko

Après le gris et le jaune, voilà donc venu le temps du bac marron.

Après le dépôt de 300 bacs collectif au pied des immeubles, 33 000 poubelles marrons vont être distribuées au sein des résidences individuelles et collective de la ville de Saint-Denis.
A compter du 1er décembre, ces bacs seront collectés 2 fois par semaine, en même temps que les bacs gris.
« Cette mutualisation nous permet d’optimiser les coûts, de faciliter la logistique et surtout de réduire notre empreinte carbone », se félicite le Président de la Cinor.

Un déchet transformé en compost

Ainsi, les déchets issus de nos collectes d’ordures ménagères et d’encombrants, seront transformés en compost.
« Ce compost, nous y tenons, sera remis aux filières agricoles et gratuitement à tous nos administrés via le réseau de nos déchetteries. Les usagers pourront ainsi récupérer le terreau qu’ils ont contribué́, par leur geste de tri, à réaliser. Voilà donc un procédé qui permet, un juste retour au sol et à l’usager », précise le Président Gironcel.
C’est ce qu’on appelle l’économie circulaire, et pour laquelle la CINOR vient d’être prime en étant la première intercommunalité réunionnaise à obtenir le label national.
Ce nouveau dispositif de tri constitue en effet un des axes du plan climat air énergie (PCAET) de la Cinor qui vise à la préservation des milieux naturels et des ressources par le compostage des déchets, de la collecte séparative, et de la création de jardins partagés.
« Nous renforçons donc notre arsenal de traitement des déchets ménagers à la Cinor pour poursuivre notre objectif absolu de réduction et d’amélioration continue de la valorisation des déchets sur notre territoire et éviter ainsi le tout enfouissement ».

La sensibilisation au pied des immeubles

Parallèlement la Cinor lance une campagne de sensibilisation à l’usage de ce bac marron auprès de ses administrés.
La Cinor dépêche ainsi actuellement ses équipes environnement ainsi que ses médiateurs dédiés. Elles occupent ainsi le terrain pour expliquer les consignes de tri et répondre à toutes les questions des administrés.
Dans cette mission d’information et de sensibilisation, Maurice Gironcel se réjouit de l’implication de la nouvelle Maire de Saint-Denis, « qui a souhaité actionner de manière plus forte la participation citoyenne. Des plateformes d’échanges sont ainsi attendus au pied des immeubles des quartiers de Saint-Denis ».

« Si nou occup pas du climat, le climat va occup de nou ! »

Tout cela va le sens de la déclaration d’urgence climatique de Maurice Gironcel, validée à l’unanimité lors de notre dernier Conseil Communautaire du 24 septembre 2020.
« Nous sommes face à une urgence ! Une urgence collective et planétaire ! La planète a déjà changé et ne nous attend pas. Il y a un choix à faire : modifier nos habitudes pour garantir l’avenir.
Et comme j’ai eu l’occasion de le dire à plusieurs reprises : si nou occup pas du climat, le climat va occup de nou ! »