Environnement

La lutte continue contre les projets de carrière de la route en mer

Après l’arrêt du Conseil d’État

Témoignages.re / 9 février 2018

Trois collectifs de riverains opposés aux projets de carrière à Saint-Leu, La Possession et La Saline, respectivement Touch Pa Nout Roche, Lataniers Nout Ker d’Vie et Detruit Pa Nout Bellevue, ont donné leur position à la suite de l’arrêt du Conseil d’État responsable du report de l’enquête publique sur le projet de carrière de Bellevue.

JPEG - 97.5 ko

« L’actualité récente nous montre qu’une autorité préfectorale ne peut être juge et partie et que la France se met en conformité avec le droit européen.

La justice française a rappelé qu’il ne peut y avoir de collusion entre une autorité compétente pour autoriser des projets majeurs impactant l’environnement et l’autorité environnementale appelée à donner un avis préalable, indépendant et impartial, sur ces mêmes projets.

Le Conseil d’Etat dans son arrêt du 6 décembre 2017 a rappelé ce principe.

Ceci entraîne de facto le report de l’enquête publique sur le projet de carrière de Bellevue, et devrait remettre également en cause le PIG décidé par le préfet pour Bois Blanc.

Nous pouvons nous réjouir de ces faits.

Cependant, la vigilance s’impose et l’inquiétude reste au rendez-vous. Les multinationales ne vont certainement pas renoncer. Les digues représentent un pactole de 800 millions d’Euros (0,8 MILLIARD d’Euros !!!).

Aux Lataniers, elles ont répondu à l’appel d’offres pour une concession de travaux de la mairie de la Possession. La commune doit choisir son concessionnaire lors d’un prochain conseil municipal.

Pour Bellevue, l’enquête publique est seulement reportée et non annulée.

Pour Bois Blanc, la Région et les multinationales envisagent de déposer un troisième dossier, pour une troisième enquête publique !! Didier Robert, président de la Région affirme dans une conférence de presse du 31 janvier que la carrière ouvrira au premier semestre 2019.

Nous, collectifs ainsi que tous ceux qui nous accordent leur voix et leur confiance, nous restons déterminés à lutter contre l’ouverture de ces carrières de roches massives dont les nuisances ne sont plus à démontrer aussi bien en termes de santé, que de paysage, de faune et de flore, de circulation, de risque de dégradation de notre environnement proche ….

Nos collectifs se rapprochent, pour unir nos forces, nos moyens humains et juridiques, et nous ne laisserons rien passer en cette année 2018. »

La mobilisation contre les carrières de la route en mer a été l’occasion de la plus importante manifestation pour la défense de l’environnement jamais organisée à La Réunion, c’était à Bois-Blanc.