Environnement

La Russie impactée par les changements climatiques

Changement climatique

Témoignages.re / 6 septembre 2019

Les autorités russes ont annoncé posséder cinq nouvelles îles suite à la fonte d’un glacier en Arctique et expliqué que le pays se réchauffe deux fois et demie plus vite que l’ensemble de la planète.

Le ministère russe de l’Environnement a indiqué dans un rapport, publié récemment que les quatre dernières années étaient les plus chaudes depuis que les températures sont enregistrées au niveau mondial.

En moyenne depuis 1976, le mercure est monté en Russie de 0,47 degré par décennie, alors que dans le reste du monde, cette augmentation s’élève à 0,17 ou 0,18 tous les dix ans. Cette hausse des températures s’explique par les effets de l’élévation de la concentration des gaz à effet de serre due au changement climatique.

Moscou y voit de nouveaux défis. Ainsi, la route maritime du Nord, accessible seulement quelques mois dans l’année, est désormais navigable sur des périodes plus longues. Le gouvernement russe encourage l’utilisation de cette voie nautique pour le commerce, et dynamiser la région.

De même, les autorités ont découvert cinq nouvelles îles, auparavant recouvertes par un glacier en Arctique. Situées près de l’archipel de la Nouvelle-Zemble (Novaya Zemlya), entre la mer de Barents et la mer de Kara, ces îles avaient été remarquées pour la première fois en 2016 sur des photos satellite de l’Académie maritime de l’amiral Makarov à Saint-Pétersbourg.

Des relevés topographiques et des photographies ont depuis été menés afin de confirmer la découverte. Les cinq îles, dont la surface varie entre 900 et 54.500 mètres carrés, ont émergé depuis le dessous du glacier Nansen, un immense bloc de glace de 48 km de long sur 16 km de large.

Au fur et à mesure de sa fonte, le glacier se rétrécit et expose les terres émergées sous-jacentes. Ces dernières années, la fonte des glaces en Arctique a atteint des proportions inquiétantes.

D’après Météo France, « avec 7,59 millions de km² en moyenne, jamais la superficie de la banquise Arctique n’a été aussi faible au cours d’un mois de juillet depuis le début des observations satellitaires il y a 40 ans ! ».

En janvier, des chercheurs ont annoncé que des terres ensevelies depuis 40.000 ans sous la glace avaient été exposées à la surface pour la première fois au Canada.

En février, la NASA s’inquiétait de la fonte du glacier Thwaites, l’un des géants de la zone de la mer d’Amundsen qui fait 120 kilomètres de large, 600 de long et atteint 3 km de profondeur par endroits. Car ce "monstre" glacier est responsable, chaque année, de 4% de la montée du niveau de la mer dans le monde.