Environnement

La tempête Fakir au plus près

Fermeture des écoles

Témoignages.re / 24 avril 2018

C’est la fin du mois d’avril et la période des cyclones n’est pas terminée. C’est ce que rappelle le déclenchement de l’ « alerte météorologique » depuis hier soir et la fermeture des écoles aujourd’hui par décision du préfet. La raison est le passage d’une tempête tropicale modérée au plus près de La Réunion dans la journée.

JPEG - 50 ko
Hier à 16 heures, le coeur de la tempête était à moins de 600 kilomètres de La Réunion.

En cette fin de mois d’avril, la menace d’une tempête tropicale est toujours présente. Durant la nuit, la tempête Fakir a continué de se rapprocher de l’île. Elle doit passer au plus près de La Réunion dans la journée, et il n’est pas exclu que le centre du phénomène passe même sur les terres.

Ce phénomène était hier classé comme tempête tropicale modérée. Au moment de son passage aujourd’hui, des vents à 100 km/h sont prévus. Ils s’accompagneront d’une houle de plus de 3 mètres et de fortes pluies. Depuis minuit, les vigilances fortes pluies et forte houle ont été activées. Bien qu’il n’y ait pas de menace cyclonique à 24 heures, le préfet a décidé d’appliquer la principale mesure de l’alerte orange, la fermeture des établissements scolaires et des crèches.

Les fortes pluies rendront en effet la circulation très difficile. Des cumuls de pluie pouvant dépasser 40 centimètres sont annoncés pour Salazie, Takamaka et le volcan. Cette eau de ruissellement va sans doute submerger de nombreux radiers et favoriser les éboulis. Le Sud sera une nouvelle fois particulièrement concerné, en raison de la fragilité de la route de Cilaos, de la mise hors-service temporaire du radier du Ouaki et de la possible submersion de celle du Gol.

Les habitants du littoral à Saint-Louis qui ont subi des dégâts voici cinq jours à cause d’une forte houle se préparent à revivre un phénomène potentiellement tout aussi destructeur. C’est la même menace pour l’Ouest, avec en plus le risque d’inondation des zones littorales à cause de l’arrivée massive d’eau apportée par les ravines.