Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Développement > Environnement

Le World Clean Up Day à La Réunion : c’est parti !

Plus de 50 actions de ramassage des déchets dimanche 18 septembre

vendredi 16 septembre 2022


Ça devient une habitude, dans le monde, au national et à La Réunion. Pendant un week-end, on ramasse, on trie les déchets à l’appel d’une association internationale. Depuis maintenant 4 années, des citoyens volontaires, des groupes de collègues, des jeunes et des enfants scolarisés se mobilisent pour nettoyer notre île. Plus de 50 clean up vont avoir lieu jusqu’à dimanche 18 septembre à La Réunion.


Le World Clean Up Day (WCUD) réunionnais est un succès chaque année ! La mobilisation est au rendez-vous et cette année, ce sont déjà 44 actions de ramassage qui sont enregistrées sur le site www.worldcleanupday.fr.
« L’adhésion à cette journée de mobilisation est encourageante. En plus de cette problématique des déchets, les citoyens ont encore plus pris conscience de l’urgence des enjeux climatiques cette année 2022. Il y a eu de fortes chaleurs en métropole et dans tout l’hémisphère nord. Les feux et les catastrophes naturelles ont été dévastatrices. Le GIEC nous alerte. Le désir d’agir est désormais largement partagé. Et maintenant il faut passer à l’action. Participer à un simple ramassage de déchets peut être un bon début pour changer nos mentalités et nos habitudes », se félicite Julie Cochard, coordonnatrice du WCUD à La Réunion. Plus de 50 Clean-up sont inscrits dont 23 écoles (près de 50% des clean-up sont donc réalisés par des jeunes ou des enfants scolarisés), 12 associations, 3 citoyens, 3 collectivités et 4 entreprises. La sensibilisation des jeunes est primordiale.

Effectivement, ici, presque plus qu’ailleurs, les dégâts causés par la makoterie sont visibles. Les bords du chemin, les fond de ravine, et même les plages laissent imaginer la quantité de déchets qui terminent dans l’océan Indien. C’est toute la biodiversité réunionnaise qui en souffre. Des emballages en tout genre sont jetés dans la nature, tout comme du mobilier, des gravas ou mêmes des simples mégots de cigarettes sur les trottoirs : les déchets sauvages sont devenus partie prenante de notre quotidien, quel que soit l’endroit où nous nous situons sur l’île. Bien entendu, cela va jusqu’à atteindre des zones lointaines et moins visibles comme le fond des océans. Notez que 80% des déchets qui sont retrouvés en mer proviennent de la terre et qu’une bouteille en plastique met des centaines d’années à se dégrader et ne disparaît jamais complètement. Bien entendu, les détritus peuvent se retrouver dans nos assiettes. On sait que les Français mangent l’équivalent d’une carte bancaire plastique chaque semaine ! N’est-ce pas dissuasif ?

« C’est pour cela qu’une journée de collecte des déchets est importante à organiser : non seulement l’île est plus propre mais en plus, l’information a circulé, la sensibilisation à ces enjeux également. Nous devons prendre conscience de notre production de déchets et donc nous devons agir en faisant évoluer notre consommation », continue la bénévole militante.
Car oui, maintenant, il faut aller au-delà. « Nous devons modifier notre consommation. Il est important de privilégier les produits avec le moins d’emballages possible, les produits locaux. Il est important de réparer plutôt que de jeter. Le meilleur déchet est celui que nous ne produisons pas », explique Bernard Padé.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus